gruyeresuisse

15/02/2017

Klara Ianova et le corps des femmes

Ianova.pngIl existe dans les œuvres de Klara Ianova une tension entre les formes biomorphiques et l'orthogonalité du format. Le tracé peint courbe l'espace. Comme si chaque tableau devait à chaque fois être à nouveau le ring où s'affrontent la géométrie du code (le cadre, le format, la surface) et la distorsion sinueuse du corps. Invisible autrement il ne saurait figurer que par cette courbure distordue dans l'ordonnancement symbolique des abscisses et des ordonnées.

 

Ianova 4.jpg

 

 

Parfois un tremblé vaporeux fait nimbe autour de la sévérité du tracé. Le cerne des formes vacille mais tient. Parfois le corps se creuse, se projette vers nous de manière grave, discrètement érotique ou ironique. Le plus près impulse. Ianova 2.pngQuelque part entre la tentation du toucher (réel) et la résistance à ce toucher (l’interdit), dans une sorte d’asymptote méticuleuse de fragments de volupté à peine suggérée. Le relevé fait sublimation, l’amour du corps des femmes s’y inscrit sans falbala.

Jean-Paul Gavard-Perret

13/02/2017

Rita Lino : poses et pauses

Rita Lino 7.pngRita Lino accorde un potentiel poétique à un érotique presque (le presque est très important) hard-core mais qui joue tout autant de la caresse. Le corps devient un reliquaire blasphématoire. Il met l'accent sur les avatars voire les pressions que subit la féminité. Souvent avec drôlerie et de manière « réaliste ». Le corps n’est pas traité comme un objet magique même si une sorte d’incantation paradoxale est présente dans les « parades » (au sens théâtral) que l’artiste propose à travers sa propre scénarisation dégingandée : les culottes sont trop hautes, les soutiens gorges trop larges.

Rita Lino 4.jpgSurdouée Rita Lino feint la négligence mais elle permet de triompher d'obstacles en apparence infranchissables. D'un hasard qui n'est pas - mais que l'artiste fait prendre pour tel - naît un monde ou le fétiche est détourné. Il donne accès à un royaume où le corps propre de l’artiste est revisité selon une forme de "nécessité naturelle" des choses d’où naît parfois le charme au sens premier du terme et qui se moque des maquillages en tout genre. Se découvre toujours ce qui n'est pas attendu. L’humour en premier. Chaque œuvre possède son ombre mais grâce à lui elle n’est possédée par celle-ci.

Rita Lino 6.jpgLa déstructuration de l’éros fait passer outre toute navigation habituelle de regard. Il est mis en contact avec un univers habité par un jeu des forces et de farces nouvelles. Le voyeur éprouve un trouble comme si les images présentées n’étaient pas « les bonnes ». Cela permet à la femme de reconquérir liberté qui peut s'incorpore au désir mais ne fait pas participer le voyeur au rêve "étrange et pénétrant" cher à Baudelaire.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

12/02/2017

Christine Célarier : le temps et les heures

 

célarier.pngCet homme, Le père (presque) déjà parti, tout revient. Emoi de midinette diraient certains. Mais bien plus. Du Piaf mais bien plus. L’énergie de l’artiste en boucles circulaires. Et spirales. Deux « œuvres » sont en cours en des sons parfois amplifiés et la voix claire, nette, grave de Christine Célarier. Elle ponctue les séquences avant de commenter face à la caméra son livre, le film. Elle et lui. Père et fille. L’artiste se met dans sa tête. « Il s’appelle Louis il a été marié, il a deux filles. Où sont-elles ? Il les a aimées d’un amour invalide ». Le vide en lui à la mort de sa mère. A celle de son père aussi avec son cri d’alors « Maman Maman ». La fille le rappelle sobrement, le scande. Sans pathos. De manière presque nue.

Christine Célarier inscrit sa recherche de l’identité en perdant la sienne (du moins en apparence). Elle se met dans celle de l’autre - le père. Christine Célarier parle, décalant le point de vue du livre. Avec une seule question : « Sait-il encore ? » Sait-il sa longue fatigue. Celle du quatrième abîme qui l’aspire. Le scanner l’a dit. Mais on est presque au-delà de l’Alzheimer. Avant il a déjà butté contre des morts qu’il a dû charrier. Rien d’autres ne sera dit. Juste une aporie. Parfois il redevient homme au contact de l’étoffe qu’il revêt - la caressant, le froissant. Avant, bien avant, il aimait prendre des photos avec son épouse. Dans la ville (sans dire laquelle) pour inventer des récits. Avant qu’un jour sa femme ne puisse plus marcher. Il se mit à classer, restaurer, entasser des livres, des tableaux, des montres et tout un atelier d’horloger. Le temps soudain engrangé dans une des chambres de ses filles. Comme pour les remplacer - inconsciemment. Tenter non de tuer le temps de leur départ mais de le remonter. « C’est comme ça qu’on freine » aurait dit Bashung.

Célarier 2.jpgL’automne c’était le bord de la mer. L’odeur de la pipe dans la voiture. Il fallait s’arrêter » pour faire vomir les filles. Répulsion sourde qu’elles éprouvaient en cette emprise. Sans pouvoir encore « changer d’air ». Dans la famille il déambulait nu au mépris de « ses » trois femmes. Sa puissance d’homme s’affichait par la violence de cette nudité presque « perverse ». Jusqu’à la perte finale : « Où sont-elles ? » dit-elle. Racontant ce qui est difficile. L-‘impudeur. La pudeur et la vérité. Voir autrement. « Le père » devenu « mon petit papa ». La douceur de sa main. Aphasique Papa. « La remontée du temps. Corps cassé. La rage. La violence d’une forme de « nudité ». « Le moi petite fille guidant le moi adulte » .

Une relation continue, suit son cours. Plus tranquille ce cours. « Du bonus ». Tout est dit. De cet amour. Cœur à vif. L’abandon à la douceur que le père ignorait en lui. Et l’auteur de rappeler le baiser sur la tempe, la main dans les cheveux. Boule de neige pour sédimenter le temps : eau libre, libation, noyade, remontée. Passage des heures – le temps, le temps, le temps. Sur l’horloge comtoise il remontait les heures le retardant de quelques minutes. Jusqu’au noir. Final. Son ensevelissement. Momie et destruction. Mots mis.

célarier 3.jpgD’où l’émission d’une transgression pudique selon une grande maîtrise en un travail du geste (souple, en volute) et de la réflexion par effets de rythme et de pulsation d’actes plus suggérés que montrés. L’œuvre reste de l’ordre de la trace minimaliste, stimulante au sein de ses émotions en une forme d’ascèse. Tout joue du pli et de l’ouverture par fragments au sein d’écho d’actes imbibés d’une tension filiale. Les images jusqu’au bout resteront implicites plus qu’explicites pour désarticuler les apparences avec un regard du dedans.

Jean-Paul Gavard-Perret.

"L'homme perdu" de Christine Célarier réalisé par Gilles Framinet, adapté du roman écrit par Christine Célarier. https://www.youtube.com/watch?v=Z_VxVVUC4hs