gruyeresuisse

03/05/2018

Sara Elise Abramson : prises, reprises, déprises

Abramson.pngIntéressée par les puissances de l’inconscient comme des spectres de la lumière et du noir, du bien jusqu’au mal, Sara Elise Abramson s’introduit dans divers lieux vernaculaires. Par exemple les ventes d’objets d’occasion devant les maisons de particuliers comme c’est souvent le cas aux USA.

Ambramson 2.pngL’artiste crée dans ces situations des atmosphères de rêve au moyen de ses modèles nues afin de promouvoir un univers féminin qui se veut sans âge. D’autant que si les habits risquent de “dater” une prise, la nudité à l’inverse est sans âge. Elle crée ainsi un univers d’intimité en connection entre le regardeur et l’image.

Ambramson 3.pngA travers ses modèles la photographe s’empare du trident de Neptune pour le donner aux Vénus. Celles-ci fomentent de nouveaux cordages au possible. La folie rit derrière son masque, certains plombs sautent et laissent la place à l'insolence des songes. Au flamboiement de tels bûchers les oracles de la masculinité se taisent. Ce ne sont plus les loups qui hurlent dans la sensualité et la foudre d'arpèges sauvages mais les chaperons rouges  délivrés de leurs entraves.

Jean-Paul Gavard-Perret

02/05/2018

Romaine Fauchère : appartenance et incorporation (Aperti 2018)

Romaine Fauchère Bon.pngRomaine Fauchère, Aperti, 5 et 6 mai 2018 Lausanne

Après des études aux Beaux-Arts de Florence et Milan et depuis 1991 Romaine Fauchère a créé une trentaine de scénographies pour le théâtre, l'opéra et le cinéma en France, Allemagne, Italie et Suisse. Quelques siècles plus tôt cela lui aurait sans doute causé des procès en sorcellerie. Et ce pour deux raisons majeures : des trompes l’œil architecturaux et des correspondances entre lignes horizontales et verticales.

Romaine Fauchère 2.jpgA la jonction de divers genres et plus particulièrement entre Optical Art et Art Concret, l’artiste joue de divers espaces et techniques (scénographie, peinture, sculpture, dessin d’objets) afin que le non-verbal trouve une transcription et une narration capables de suggérer des émotions intenses. Le jeu du concret et de l’illusion crée une beauté particulière : elle n’est pas d’apparence mais d’appartenance, d’incorporation.

Romaine Fauchère 3.jpgL’artiste propose un art aussi conceptuel que physique. Elle accorde une nouvelle identité à l’image : elle ne parle que par son propre langage. Existe aussi une déconstruction formelle pour générer une réflexion sur l’art lui-même. Tout est donc conçu selon des architectures improbables, des géométries que l’artiste traite en noir et blanc afin de créer un nouvel ordonnancement. Le travail permet une sublimation ou plutôt un dépassement des modèles concrets ou abstraits en ce qui est moins une transposition qu’une exploration du monde des formes et des sensations qu’elles induisent.

Jean-Paul Gavard-Perret

30/04/2018

Stéphanie Miguet : Paris reste une fête

Miguet.pngStéphanie Miguet, "La vie en ville" Musée Gruérien, Bulle, du 5 mai au 9 septembre 2018.


Pour « La vie en ville » Stéphanie Miguet a réalisé un grand tableau, avec « au premier plan le Bataclan et tout autour les cafés et restaurants qui ont été victimes des attentats. Ce tableau représente un Paris qui retrouve le goût de vivre, de la liberté et de l'amour après le drame ». L’artiste y fait preuve une nouvelle fois de tout son art du papier découpé.

Miguet 2.pngCelle qui souvent, face au signe abstrait, dresse des empreintes brodées avec brins de laine, bouton de nacre, petits bouts de papier crée ici une vision de la ville qui brisent certaines chaînes narratives. L’image matérialise les émotions autant que les lieux afin qu’elles et ils parlent autrement sous des « montures » qui les relaient les réaniment.

Miguet 3.jpgJaillissent un espace iconographique poétique, une expérience brute et immédiate de la profondeur par l’effet d’aplat. Se créent une trame singulière et une danse L’ensemble acquiert une voluminosité particulière qui s’apparente à ce que Merleau-Ponty affirmait : “ Le malade qui écrit sur une feuille de papier doit percer avec sa plume une certaine épaisseur de blanc avant de parvenir au papier ”. A sa manière l’artiste est donc une malade mais tout autant un docteur : elle soigne la violence par le virus de l’image en remplaçant la plume par le ciseau afin d’instiller le sérum nécessaire à la vie.

Jean-Paul Gavard-Perret