gruyeresuisse

31/12/2018

Extension de la lutte féministe - Josephine Sacabo

Sacabo.jpgAvec "Tagged" Josephine Sacabo crée une autre vision des injustices subies par les femmes. Elle y inscrit à sa manière "je ne suis pas cette femme" - à savoir celle qui est réduite à une chair ou surface aux fantasmes. Face au graffitis chargés d'insultes misogynes et les opposant à des images "sexy" elle crée une confrontation communiquante. Ce que le texte pose, l'image le dépose et vice versa. Et ce pour une cause commmune et une annulation de la bêtise stéréotypée que les deux contiennent.

Sacabo 2.jpgDevant et pour celles qui restent la cible de la rage et de la frustration exprimées par des injures gratuites l'artiste réagit. Ses montages saisissants, surréalistes empreints d'une indéniables beauté n'ont rien de passifs. Ces photographies ont été présentées dans des expositions (galeries et musées) aux États-Unis, en Europe et au Mexique où l'artiste vit une partie de l'année. Elle prouve comment une image parle un texte et comment le second montre la première pour souligner la nuit dans laquelle l'évocation des femmes baigne.

Sacabo 3.jpgPlutôt que de subir l'offense faite aux femmes Josephine Sacabo fait jouer textes orduriers et images de volupté supposée. Les deux sont chiasmés l'un sur l'autre. Ou bien le texte se distingue au fond de l'image ou bien elle se distingue entre les lignes des slogans. L'image scintille et le texte rend un son mat. L'image est muete et le texte grésille. Chacun est à la fois le distint et l'oscillant de l'autre afin de prouver un pouvoir masculin abusif et la superficialité des représentations dites de charme.

Jean-Paul Gavard-Perret

Josephine Sacabo, "TAGGED", A Gallery For Fine Photography, 241 rue Chartres, La Nouvelle Orléans, jusqu’au 12 janvier 2019.

30/12/2018

Quand la ville bouge - Gwyneth Baines

Gwyneth.jpgGwyneth Baines suggère combien il faut aller chercher chaque fois un peu plus loin le paysage et le portrait. Le premier ne se contente plus d’être le territoire de l’illusion sur laquelle du leurre vient se poser. L'artiste "déplace" les rues en ses propres transversales et un bouillonement de lignes. Avec sa série "Factory" elle soulève la surface afin de l’ouvrir à une autre dimension plus complexe. Contre le simple effet de pans surgit  un espace hérétique dans laquelle la ville bouge.

 

Gwineth 3.jpgDessins, peintures ne sont plus là pour faire passer du fantasme à son reflet imité. Tout est en tension, mouvement et poésie. Là où le temps semble arrêté émerge moins une mélancolie  qu'une révision des "décors urbains" défaits et reconstruits. En de tels paysages existe une condition de principe : une absence de toute présence humaine car elle génèrerait pour elle même un autre sens aux oeuvres. Nu, le paysage parle de et pour lui-même. L'artiste en chasse ceux qui se prennent pour ses déesses ou ses dieux.

 

Gwineth 2.jpgCe qui n'empêche - ailleurs, à savoir dans les portraits - d'accorder une épaisseur présentielle au corps érotisé et voluptueux. Il éclabousse d'aube dans sa maturité. Entre d'une part itinéraires urbains scellés d'absence et d'autre part la corporéité fabuleuse se crée un face à face sans interférences. D'un côté la cité ignore l'herbe comme l'être, elle opte pour l'architecture, de l'autre la forme charnelle est convulsive. S'y révèle dans les deux cas une écriture plastique à l'indéniable originalité.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Gwyneth Baines, "Perspectives", Espace Vaugelas, Aix les Bains, du 7 janvier au 16 février 2019.

 

29/12/2018

L'expressionnisme de Dietlind Horstmann-Köpper

Dietlind.jpgQue devient le portrait dans la peinture de Dietlind Horstmann-Köpper ? Un agglomérat de couleurs, des corps abandonnés dans la lenteur des âges et parfois en un mixage du temps humain (ou animal) : sur un corps d'enfant est monté un vieux visage. Chaque portrait devient une frontière où se brise l'apparence "réelle" là où s'entrouvre un mortier d'atomes qui renvoient à divers domaines : celui des bordels, celui de la nature dont l'artiste offre quelques paysages arborescents dans un clavier de couleurs. Il ne rythme pas forcément une clarté mais des lueurs plus éteintes.

Dietlind 2.jpgQuant aux corps, leurs jambes paraissent parfois courtes et épaisses, parfois et à l'inverse extensibles, des nus masculins transforment les faunes en boucs au milier d'une animalerie où les couleurs s'inversent : le bleu du ciel est en bas du tableau et le rouge tellurique en haut. Une femme dite de joie, le soutien-gorge dénoué, est drapée du seul tégument de sa peau - non pour déguiser ou travestir le réel mais le mettre encore plus à nu.

Dietlind 3.jpgC'est la fin des idoles ou de l'idolatrie : Dietlind Horstmann-Köpper ne divinise rien sans pour autant caresser le désir d'humilier ses modèles. Elle ne fait que sortir le regardeur des postiches par une "vérité" d'incorporation. Elle le saisit par surprise. L'artiste crée un écart par son langage plastique aux éclats fascinateurs. Le génie n'est plus la norme mais sa profanation afin de donner aux êtres anonymes une noblesse paradoxale.

Jean-Paul Gavard-Perret

Dietlind Horstmann-Köpper, "La vie selon Dietlind Horstmann-Köpper", Galerie Ruffieux-Bril, Chambéry, du 17 janvier au 23 février 2019.