gruyeresuisse

19/06/2018

Femmes au bord de l’intime - Senta Simond

Senta Simon.jpg

 

C’est en référence à la technique du portrait par Eric Rohmer que Senta Simond a intitulé son denier livre de photographie « Rayon vert ». Il fait référence aussi à un procédé optique du même nom. L’artiste propose une vision de la femme selon des angles rarement conventionnels. Pour autant l’objectif n’est pas de choquer mais de produire un effet de beauté particulière.

 

 

 

Senta Simon 2.jpgL’artiste joue d’une forme de connivence avec les modèles. Ce qui lui permet de toucher à leur intimité pour en surprendre l’impeccabilité plastique et non de faire d’élever des châteaux de cartes de fantasmes et de faire croire à une désirabilité complice. Photographier revient à disposer le corps en positions toujours plus incertaines : pour le lire à l’envers, lire ce qui n’est pas dit pour une présence plus prégnante loin de la seule expertise de la chair.

Senta Simon 3.jpgSenta Simond atteint la « choséïté » (Beckett) de poses inductrices de subtilité à lectures multiples. Elles ne s’épuisent pas afin de laisser libre court à un processus ouvert : ce dernier ne cherche pas à convaincre d’une vérité. Le corps tombe autant vers le haut que vers le bas. Il se retrouve en ses poses parfois drôles ou spectrales pour retourner au besoin au natal et l’enfance.

Jean-Paul Gavard-Perret

Exercice du doute et école des curieux : Mina Maure

Mina Maure 2.pngLa jeune photographe parisienne Mina Maure ne cesse d’augmenter la capacité du réel en l'articulant autour des fantasmes, pratiques sexuelles et imaginaire érotique. Les questions demeurent multiples : savoir qui est praticien(ne) et qui est patient(e) dans des jeux où à la fois ce qui ? mais aussi le quoi ? demeurent en suspens.

 

 

Mina Maure.pngLa photographe ne répond jamais. Elle scénarise. Avec humour et grâce. Le travail est léché (sans jeu de mots), les portraits « énigmatiques. Nous ne sommes plus dans des scènes de genre. La dérision est parfois sous-jacente. Et Mina Maure affectionne - pour la montrer - des compositions incongrues, ambiguës et back-stage. Ce qui lui permet au passage de questionner le rôle, l’identité et la représentation de la femme dans la société comme dans l’art.

Jean-Paul Gavard-Perret

Mina Maure, « 69», Le Cabinet des curieux », du 15 Juin au 13 juillet 2018.

12:29 Publié dans Femmes, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

18/06/2018

Maryse Magnin : du visage au portrait

Magnin BON.jpgDiscrète au possible, Maryse Magnin ne dérange jamais celles et ceux qu’elle photographie. Partageant son temps entre la France, la Suisse c’est sans doute la Tunisie du sud qui est sa « vraie » patrie et plus particulièrement Ksar Ghilane sur les rives du Sahara Oriental là où vivent des hommes discrets comme elle et son animal préféré : le mehari. Très proche de l’artiste et écrivain Marcel Miracle (qui porte si bien son nom), elle apprécie - côté photographes Sally Mann et Peter Beard.


Magnin.jpgAnimé d’un sens profond de l’humain, Maryse Magnin saisit les âmes à travers la surface du monde non sans humour et magie. L’univers apparaît dans sa simplicité. Et surtout sa beauté. Nous pouvons consulter bien des archives des existences dans ses tiroirs à photographies. Elles permettent aussi de se réfugier dans des rêves – forains ou non - comme dans les plages de l’enfance.

Magnin 2.jpgEn faisant revivre les plus belles émotions qu’elle a éprouvées, Maryse Magnin, d’ici ou de là-bas, ne fait pas que tracer ses images dans le sable. Poreuse à tout elle ramasse les regards de celles et ceux qui les laissent tomber. Elle devient ainsi la poésie afin que nous n’ayons jamais l’occasion de ne pas exister.

Jean Paul Gavard-Perret

Maryse Magnin, exposition, Galerie Cyrille Putman, Arles, du 21 juin au 31 aout 2018.

(la photo 2 est un portrait de Djemila Khelfa).