gruyeresuisse

08/05/2014

Andrea Wolfensberger : sur les dalles du jour

 

 

 

Wofensberger 1.jpgAndrea Wolfensberger, Galerie Gisèle Linder.

 

 

 

Couronnes de matière, et cornes d’abondances

 

Disques et panaches enchâssés

 

Annoncent l’aurore, l’installent dans la durée.

 

D’immenses corps inconnus tournent

 

Ne varient jamais de trajectoires ou d’orbites

 

En regardant le ciel que personne ne maîtrise.

 

Les ombres qu’ils portent sont des astres sculptés.

 

A travers eux Andrea Wolfensberger ouvre un spectacle silencieux

 

De courses lentes se traînent

 

On y erre, on y reste

 

Wolfensberger 2.jpgLa main caresse les carapaces

 

Découvre cette chair qui offrent toujours un autre côté.

 

Nul ne peut vraiment connaître de telles sculptures

 

Ni arracher leur armure, leur défroque

 

Restent leurs auréoles dont la lumière est source d’opacité

 

De telles planètes s’arquent pour s’offrir au monde céleste

 

Elles attendent la pluie ou espèrent

 

Pour cacher leur obscénité

 

Qu’un nuage se couche sur elles.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

07/05/2014

Elisabeth Frering : ours va et l'intimité des sirènes

 

 

 

Frering 3.pngElisabeth Frering, Galerie Bertrand Gillig.

 

 

 

 

 

Elisabeth Fréring crée un univers d’un érotisme particulier : la suggestion plus que l’évidence laisse ouverte la question de la rencontre. Un certain inachevé (mais toujours impeccable) exalte en même temps qu’il se révèle dérisoire comme s’il fallait toujours au voyeur la faim et l’inassouvissement. L’image tangue entre le plaisir et le mystère suggérés par la présence d’animaux, de formes phalliques et matricielles où la fourrure devient facilement toison. Ours-mickey, lapine rose créent un exhibitionnisme confondant : une forme de crudité se conjugue avec le tendre dans les maculations légères et subtiles qui ponctuent les dessins. Ceux-ci deviennent des narrations d’un conte enfantin érotique où se  parle le langage du désir avec son attirance et sa peur.

 

 

 

Frering.jpgLe regard se plaît à se perdre dans un univers suggestif ouvert et refusé. Il porte doublement le signe de l’offrande et de l’interdit le tout néanmoins sous le sceau d’un plaisir ludique. Car Elisabeth Frering s’amuse, va presque au point où l’image pourrait éclater de rire. Mais l’artiste s’arrête avant car il ne convient pas que le jeu ne cesse. Le désordre est calculé : l’image exclut l’explicite. Chaque scène en est le prélude ou la métaphore. Et le rose y reste toujours plus épais que l’ombre. La plus vieille des histoires trouve donc une narration plastique originale. Elle avance ailée sur la surface pour que fleurisse le tendre et s’ourle l’inattendu de présences intempestives et profondément poétiques dans leur genre. Toute une mécanique dresse un doigt rose qui fait l’amour aux yeux.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

06/05/2014

Emanuela Lucaci : l’obscur levant des songes

 

 

 

 

Lucaci 2.jpgLe lac est immobile. Mais dans cette immobilité la peinture reconnaît sa promesse et appelle le vent qui efface le réel pour remonter aux images sourdes et profondes. Emanuela Lucaci  va les puiser souvent dans l’univers des cinéastes (Tarkovski, Antonioni par exemple). L’état d’oubli et celui de détresse sont parfois à la merci de la goutte mouvante du corps d’une femme dont l’illusion se défait. Rien ne sera tenu : l’idée même d’histoire s’abîme. Reste l’image et son secret. Entre elle et le réel, entre elle et la fantasmagorie. Ce sont parfois deux bêtes qui jouent ensemble, s’entendent en se demandant ce qui est possible du désir par delà son usure.

 

 

 

Emanuela Lucaci propose en ce questionnement les faces-à-faces du présent et de l’oubli. Le temps fuit, il  échappe : l’artiste craint que le monde des mages devienne infirme. Elle en ressaisit les sables, les roseaux, les eaux voire juste une fumerolle à peine décelable qui finit par envelopper un corps nu. En avançant la peinture - revendiquée comme telle - se trouve aspirée au centre du mouvement qu’elle crée. De l’eau maintenue en apesanteur surgissent des paysages hybrides et habités d’êtres à l’œil noyé dans l’obscur.  Une densité diaphane porte vers ce qui reste d’espoir muet. La beauté ne diminue pas : elle s’arrime à ce qui la fait : à savoir le présent de la peinture et ses rhizomes orphiques auxquels la Genevoise accorde une préhension particulière. Presque impalpable une poignée de buée, une tiédeur caressent la peau d’une voyageuse sans bagage.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret