gruyeresuisse

28/02/2019

Doris l'exploratrice

Staufer 1.jpgDoris Stauffer, "Je peux faire disparaître un lion", Centre Culturel Suisse (CCS),¨Paris, du 31 mars au 10 mai 2°19.

Doris Stauffer a crée pendant toute sa vie une oeuvre militante, féministe, poétique, plastique. L’exposition aborde, au delà de l'art, son rôle d'exploratrice  dans les nouvelles méthodes d’enseignement de l’art  et son engagement dans la lutte pour l’égalité des femmes. A côté de Valie Export ou Carole Schneemann, Doris Stauffer reste une figure majeure de l’activisme féministe dans les années 1970.

Staufer 3.jpgSon travail - même si aujourd’hui les choses ont évolué dans divers registres - reste un point de référence d'autant qu'il est sans compromis et plein d'humour. Dès les années 1950 à Zurich puis au-delà une telle oeuvre fit bouger les lignes.  Provocatrice et ailée l'artiste a toujours suivi sa lutte pacifique qui se rapprocha par l’esprit des actionnistes viennois: performances, écrits corsaires et diverses procédures sont devenues  désormais des expérimentations fortes en énergie, ironie et en questionnement.

Staufer 2.jpgL’exposition présente un corpus de dessins, photographies, vidéos, installations et des documents d’archives de la collection de la Ville de Zurich, du musée Aargauer Kunsthaus et de collections privées. S'y distingue comment Doris Stauffer tenta d’éclairer le monde contemporain par des visions hirsutes, agressives ou drôles.

 

Staufer 4.jpgLa création fait masse et s’ancre dans l’ordre de la sensation et de l'intelligence au sein de narrations intempestives. Il ne s’agissait plus de conceptualiser mais de trouver ce qui peut à la fois soulever l'inanité du monde et réveiller l'art. Les oeuvres prouvent combien des mécaniques de recomposition  originales pour l'époque lui donnèrent un profil particulier.

Jean-Paul Gavard-Perret

27/02/2019

Miriam Cahn : visagéités

Cahn Myriam.jpgMiriam Cahn ne cesse dans ses travaux d'explorer les champs politiques et sociaux. Ses écrits accompagnent étroitement son travail. Mais ils servent aussi à commenter les événements de l'art en général. Hatje Cantz présente le premier volume de sa correspondances et de ses textes écriCahn Myriam 2.jpgts pendant quatre décades. Le poids de l’Histoire n’est jamais loin dans ses écrits comme dans la force directe du marquage de ses visages particuliers et lumineux.

 

Ils sont visibles en ce moment au Kunstmuseum de Berne dans son exposition "I As Human" et plusieurs autres sont programmées dans toute l'Europe au cours de 2019 (Munich, Varsovie, Madrid entre autres). De tels portraits semblent résister à l’usure des ans et brouillent les temps. Et l’artiste de préciser ; « nous étions vieux plus vieux regardant les jeunes jeunes plus jeunes regarder les jeunes plus jeunes en tant que vieux plus vieux ». Preuve que le naturalisme en art n’a rien de solide et convaincant. L’effet dramatique de l’art passe par une autre ambition et mutation.

Jean-Paul Gavard-Perret

Miriam Cahn, "Writing In Rage", Hatje Cantz, Berlin, 2019.

25/02/2019

Les études humanités de Caroline Nasica

Nasica bon.jpgAvec ses "intimes fragments" Caroline Nasica crée sa "Comédie Humaine". A l'inverse de celle de Balzac elle se passe de tout décor et se définit par une obsessionnelle quête de la vérité des corps et des visages, des peaux, des êtres. Vérité impénétrable et revêche, qui se défile sans cesse comme elle se dérobe, et qui pourtant affleure en de courts moments privilégiés. Caroline Nasica sait les attendre voire les solliciter. D'où cette une saisie du quotidien où l’humain s’inscrit en une galerie de portraits naturalistes, graves, drôles et toujours bienveillants. Existent à côté des fragments de lieux eux aussi intimes - à savoir ceux de la vie de la photographe - mais offerts sans la recherche de l'effet.

 

Nasica top.jpgL'ensemble permet d’atteindre une vérité qui n'est pas d'apparence mais d'incorporation temporelle. Dans leur diversité les portraits proposent une série de déplacements de la fonction d’instantané, d’encoche définitive, de marque fixe qui dépassent l’ordre de la mélancolie. S'y dégage la dominante du temps humain pris entre deux marges suivant les clichés : la presque enfance et le presque quatrième âge. L’artiste en expose les bouts comme les intervalles.

 

Nasica 2.pngChaque sujet apporte son flux d’opacité. Loin de tout «sfumato» ou de simple effet d’icône le corps se dévoile dans une lumière sans concession au moment même où parfois les modèles se déshabillent. Conscients des séances de prises ils n'éprouvent aucune obligation de « présentation ». Chacun d’eux ne semble ni craindre ni désirer la prise : il l’accepte sans cherche à ruser avec l’objectif. Pas plus que Caroline Nasica ne ruse avec ses modèles ou avec elle-même.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Voir le site de l'artiste : https://www.instagram.com/caroline.nsc/