gruyeresuisse

27/10/2020

Barbara Puthomme : le zèle du désir

Puthomme.jpg

Pour Barbara Puthomme l'être humain est un drôle d'oiseau. D'où l'importance qu'elle accorde aux volatiles tout comme aux femmes ailées qui pour autant ne sont pas volages. Celle qui est aussi philosophe dialectise le monde en remplaçant le discours par la plume - ce qui est un moyen de plus d'entretenir une dualité presque confondante. S'y saisit ce qui ne peut se penser, ce qui ne se pense pas encore.

 

Puthomme 3.jpgIssue du corps vivant, la matière plume, tendre, légère, colorée permet en des techniques mixtes où se mêlent le crayon et les paillettes - de créer énigmes et mystères en une sorte de perdre-voir où le dessin lui-même n'est qu'un élément de l'onirisme que la création met en jeu. Le mystère non seulement demeure : il s’approfondit. Il n’existe jamais de verdict.

Puthomme 2.jpgDes archétypes renaissent sous la main de le sorcière chamanique. Peu importe la déroute des brises : tout un monde voyage mais ne dort pas au ciel. Ce qui est montré s'imagine, se rêve en un mixage non seulement des matières mais des temps. Dans le cadre du plan et sa réduction un élargissement a lieu lié à l’histoire des sociétés et l’impudeur des regards. La clôture de l'ombre appesantie semble se diluer d'un cri des oiseaux et d'oiselles.  Sur leur corps le soleil glisse afin qu'ils ou elles se trouvent, fardé(e)s, dans la plus grande clarté : celle du secret.

Jean-Paul Gavard-Perret

Barbara Puthomme , "J’aurais voulu que la Cinquième Avenue se souvienne des pistes indiennes", Galerie LIGNE treize, Genève - Carouge, du 31 octobre aui 28 novembre 2020.

23/10/2020

L'esprit créateur de George Eliot

Eliot.jpgHenry James, Marcel Proust, Virginia Woolf, D. H. Lawrence et James Joyce lui-même ont souligné l'importance d'une oeuvre qui reste une expérience "frappante et magnifique" (selon l'auteur de "L'amant de Lady Chatterley) mais que les lecteurs francophones boudent. Beaucoup estiment la romancière étroitement victorienne.

De fait le génie de l'auteure est bien plus littéraire que moraliste. Et la Pléiade permet de redécouvrir celle dont "Middlemarch" (qui pour Woolf est « le premier roman moderne ») demeure en tête des romans les plus importants des deux derniers siècles pour les Anglais. Ils placent la créatice au même niveau que Dickens.

Eliot 2.pngFemme remarquablement savante George Eliot (comme Sand l'autre George) a autant chéri la nature qu'elle a connu et suivi les débats théologiques, scientifiques, philosophiques, éthiques de son temps. Ce sont eux qui nourrissent ses fictions. Toutefois leur valeur tient moins à l'érudition qu'à la force d'une expression littéraire qui fait d'elle une créatrice qui dépasse le temps. Figure essentielle de la vie intellectuelle du Londres victorien et de ses creusets littéraires elle reste une référence qu'il convient de réviser voire pour beaucoup de découvrir.

Jean-Paul Gavard-Perret

George Eliot, "Middlemarch précédé de Le Moulin sur la Floss", Trad. de l'anglais par Alain Jumeau et Sylvère Monod. Édition d'Alain Jumeau. Préface de Nancy Henry et George Levine Avec deux essais de Mona Ozouf, Bibliothèque de la Pléiade, 2020, 1680 p., 66 E..

22/10/2020

Les épures de Silvia Bächli

Bachli.jpgSilvia Bächli, Skopia, Genève, du 31 octobre au 19 décembre 2020.

Silvia Bächli poursuit avec une obsession de la perfection sa hantise de l'entrave dont elle veut libérer ses œuvres. Comme si elle voulait réparer le trauma d'une époque qui croule sous les images. Celles-ci, répulsives ou attirantes, entraînent vers un lieu d'enfermement, d'impossible séparation entre le réel et sa représentation et un blocage de l'imaginaire.A l'inverse les épures de Silvia Bächli permettent de penser l'être, son rapport au réel en une concentration source de "simplicité" - ce qui reste le plus difficile dans l'art et qui demeure l'apanage des grands maîtres.

Bachli 2.pngL'économie minimaliste entraîne paradoxalement vers une utopie de la vision. D'où la nécessité de cet échange entre la réalité et l'image ainsi que l'intensité d'une attention à l'espace par ce qui devient chez la créatrice une "méthode" de construction qui fait abstraction des idées reçues et de toutes conventions.

Bachli 3.png

Silvia Bächli met à nu le monde en des opérations "expérimentales" mais qui ne renoncent en rien à la recherche et l'expression de la beauté. Dans le "peu" celle-ci devient convulsive. L’œuvre offre en conséquence une vision beaucoup moins taciturne qu'ardente et apaisée. Les couleurs - le plus souvent pâles - et les formes parcimonieuses procurent des émotions lancinantes voire une forme de sidération par les interrogations qu'elles suscitent.

Jean-Paul Gavard-Perret