gruyeresuisse

09/11/2014

Proche de la frontière : Françoise Pétrovitch et le silence des agneaux

 

 


 

Pétrovitch.jpgMusée des Beaux-Arts de Chambéry, 7 novembre 2014, 9 février 2015.

 

 

 

Visages glacés, cachés, tournés vers l’intérieur. Variations entre alerte et énigme. Sous la jeunesse des jupes-chalet les joyaux d'iris restent lointains à tout désir.  Tout semble aller vers l'ombre en cherchant l'issue. Reste une galerie de fillettes égarées, perdues, à la recherche d’une identité parmi les friches des murs granulés à la tyrolienne. En conséquence, de l’œuvre de Françoise Pétrovitch se dégage une nostalgie étrange. Celle d’une  plaie béante ou d’un retour vers ce qui n’est pas forcément les « verts paradis » chantés par Baudelaire. Dans le froissement modulé d’une jupe d’innocence  comme dans des reliques de jeux disparus les fillettes créées par l’artiste sont des tulipes dont la tête tombe. Alors comment témoigner de ce qui est  maintenant ? De ce qui leur est advenu ? L’artiste ne le montre pas encore. Demeure le temps des interrogations. Comme si l’enfance faisait déjà corps ravagé et glorieux, travaillé par la recherche de son identité. L’artiste rappelle combien en chacun de nous il y a quelqu'un qui ne fait rien que se défaire dans l'adorable chiendent des traces tandis que tout voudrait se mette à bouger comme un chat qui tourne en rond dans sa maison quêtant une caresse.

 

 

 

pETROVIRC.jpgRien n'oblige si c’est ce mouvement. L'aveu échappe. Nous sommes dans ce passé  que les peintures tentent de combler. Le corps reste  tel qu’il a toujours été : au bord du langage, du gouffre, de l'ombre et dans l’impuissance de se penser. Il y va d'une d’une dérobade discrètement fascinante au moment de la plus grande retenue. L'innommé invisible fait surface. Reste l’absence de la présence comme essence même de la matière à être. Faille et présence. L’artiste rapproche du temps où tout semblait encore endormi mais lourd. Plutôt que de se tourner vers le couchant Françoise Pétrovitch ramène à l’aube, à l’extrémité de l’ombre de la nuit et ses ombres portées.  L’aurore n’est pas sans douleur : celle de ne pas être, de n’avoir pas encore été. Mais rien n’en sera dit. Tout demeure esquissé en un « théâtre » où le silence est représenté. L’enfant tente d’allumer un feu dans sa tête en sachant la cendre qu’il finira par laisser.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Andrea Wolfensberger et les courants d’air

 

 

 

Andrea bon.pngPour Andrea Wolfensberger  l'image sert à créer d’étranges surfaces ou volumes minimalistes dont la « peau » est soit lisse, soit grumelée, soit tournée en étranges toupies.  Le ciel devient terre et le feuillage absence là où il ne reste que des bribes. Le regard est troublé par ces présences cendrée en nappes, tracés, boutons ou lignes. Quelques éléments abstraits créent une sorte de pouvoir de l'air, son hantise, ses coloris légers, sa poussière, sa diaphanéité. En émerge le mémoire ou l'oubli - comme on voudra.  Ne restent que des éléments rescapés, des fantômes ou plutôt des interrogations.  Nous faisons de la sorte l'expérience d'une sorte d'infini dans cette paradoxale nudité. Sentir n'est plus affaire de lieu mais d’espace.

 

 

 

Andrea 3.pngS’éprouve un courant d'air, une présence en quasi « absentia » qui rappellent la fameuse histoire écrite par Pierre Bettencourt : un bourreau installa un homme sur un gibet. Mais le premier trouva la corde trop froide et givrée. Elle coulissait mal. Il dit au condamné de l’attendre puis partit prendre un café. Le temps filait et le bourreau ne revenait pas. Lassé, la victime finit par se passer la corde autour du cou et du pied il fit basculer la trappe…

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

L’artiste suisse est représentée par la Galerie Gisèle Linder.

 

06/11/2014

Celle qui a oublié ses rêves d’enfant : entretien avec la galeriste Gisèle Linder

Linder gal.jpgSi Gisèle Linder a oublié ses rêves d’enfants elle réveille ceux des amateurs d’art qui y croient encore et vont puiser - chez les créateurs majeurs que la galeriste défend  - de quoi les réanimer. La Bâloise cherche les œuvres où tout se fomente en des jeux de proximité et d’éloignement où les narrations modifient le représentation du monde. Vénitienne (de cœur) Gisèle Linder défend - de Manon Bellet à Clare Kenny, d’Anne Sauser-Hall à Peter Wüthrich – celles et ceux qui « réimagent» poétiquement l’art après l’avoir déconstruit et débarrassé des signes de l’esthétique de l’époque. Ils inventent des torsions programmatiques qui obligent à plonger en eaux troubles. D’autant que la galeriste aime que le réel soit dégagé de son étau physique sans toutefois le porter vers le vice de l’idéalité - bien au contraire. La langue plastique se fait chez les Renate Buser et autres Katrin Khunz aussi sourde que légère en récits plastiques aux extases nues. Pour Gisèle Linder être galeriste ne revient en rien à ranimer les fantasmes de puissance mais à se dégager de l’enchevêtrement pervers des chemins obligés pour ceux de traverse beaucoup plus ludiques mais tout autant sérieux. Gisèle Linder donne ainsi à son métier son vrai rôle : ouvrir l’imaginaire par la remise en jeu du régime des images.

 Linder p.png

Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ? Je me réveille avec France Musique

Que sont devenus vos rêves d’enfant ? Oubliés 

A quoi avez-vous renoncé ? Au sport

D’où venez-vous ? Suisse Romande

Qu'avez-vous reçu en dot ? Rien

Qu'avez vous dû "plaquer" pour votre travail ? Une certaine vie commode

Un petit plaisir - quotidien ou non ? Etre avec mes amis

Qu’est-ce qui vous distingue des autres galeristes  ?Il faut leur demander

Quelle fut l'image première qui esthétiquement vous  interpela ? Francis Bacon

Et votre première lecture ?« Le Petit Prince ».

Qu'est-ce qui vous a poussé à devenir galeriste ? Jai toujours  vécu avec des tableaux dans mon enfance. Des amis m'ont donné le "virus"

Quelles musiques écoutez-vous ? Classique, opéra

Quel est le livre que vous aimez relire ? Je ne relis pas 2 fois le même livre

Quel film vous fait pleurer ? Les films d'amour!

Quand vous vous regardez dans un miroir qui voyez-vous ? Cela dépend le jour 

A qui n'avez-vous jamais osé écrire ? A Yves Montand...

Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ? Venise

Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ? Les artistes que je défends

Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ? Une soirée avec de bons amis autour d'une bonne table et bon vin.

Que défendez-vous ? Le respect et la loyauté

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"? Absurde

Que pensez-vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?" Très bien

Quelle question ai-je oublié de vous poser ? ça c'est la question!

Entretien réalisé par Jean-Paul Gavard-Perret, le 6 novembre 2014.