gruyeresuisse

26/10/2015

Sylvie Mermoud voyante et réservée

 

 

Mermoud.jpgSylvie Mermoud, « Panorama », 22 octobre - 15 novembre, Space-Station, Lausanne.

 

 

 

Sylvie Mermoud vit son art en toute discrétion. Trop peut-être. Certainement même. Mais, et comme on dit, on ne se refait pas. Venant d’un village lémanique elle dut se battre face à des proches pour qui  l’art n’était qu’inutile et superficiel bref un passe-temps. Oubliant de « constat » l’artiste avance à l’ombre d’artistes tels que Rembrandt et Turner pour les classiques, Louise Bourgeois et Anish Kapoor pour les plus proches de nous. Néanmoins, trop discrète, elle  sacrifie  au  « besoin de faire supérieur à celui de montrer ». Il faut le regretter. Car l’artiste permet des découvertes. Son travail reste en perpétuel devenir comme le prouve le micro-espace expérimental de la Space-Station où avec « Panorama » l’artiste présente un agencement de dessins en évolution, en devenir.

 

 

 

Mermoud 2.jpgEntre complexité et légèreté ils fondent une traversée en cassant par leur agencement le jeu classique de la représentation et de la construction. Une nouvelle fois Sylvie Mermoud propose une narration subtile dans laquelle la lumière accorde au paysage « l’envie que la journée à venir soit belle ». L’imaginaire est sollicité en un temps d’arrêt dans un lieu de passage grâce à 7 dessins. L’encre et la couleur créent des dérives entre ce qui tient à la fois du paysage et du corps. Au regardeur de se plier aux injonctions que les images profondes et sourdes offrent dans le refus du moindre « coup » ou effet.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

 

 

19/10/2015

Luzia Hürzeler : à la recherche du temps perdu

 

 

 

HURZELER BON 2.jpgLuzia Hürzeler,  « Telle que je me connais » (Avril 1984 et 2015),  Gisèle Linder

 

Hurzeler.jpgLuzia Hürzeler pour sa nouvelle installation Avril 1984 et 2014  reprend et « recrée » une diapositive datant de trente ans. Une voix en off apprend qu’il s’agit de la créatrice enfant. A ses côtés, sa sœur  plus âgée. Cette voix est celle du père des deux sœurs. Elle décrit l’image et raconte comment ce père a pris lui-même cette « vieille »  photographie. L’installation propose les deux clichés présentés successivement sur un écran. La seconde prend la place de la première en fondu enchaîné une fois que l’artiste ait demandé à son père s’il pourrait s’imaginer refaire la photographie aujourd’hui. L’artiste ne se réfère pas seulement à un motif du passé, mais au geste paternel. L’annexion performative est soulignée par le titre de l’exposition (« telle que je me connais » - citation du père extraite de son commentaire sur l’image.

 

HURZELER bon.jpgL’image première donne sens à la seconde comme la seconde à la première en tordant l'attente et l'attention. L'important reste néanmoins ce qui porte ou sollicite  à travers le temps. Luzia Hürzeler crée dans le glissement temporel un basculement mystérieux. D’autant que les reprises formelles de l’image originale par la seconde soulignent la transformation physique des femmes et ouvrent à une sorte d’abîme par comparaison L’installation questionne aussi, par sa reconstitution, les rapports entre œuvre, auteur et modèle. C’est là une des marques de fabrique des vidéos et installations de l’artiste. Elle y oppose souvent personnes, animaux, choses dans des suites de relations intempestives. Par exemple entre un lion vivant et son grand-père empaillé (Il Nonno) ou  entre un chat et le buste de l’artiste réalisé en pâtée pour chats (Selbstporträt für die Katz ). Notons que pour cette exposition est présentée une édition spéciale d’Avril 1984. Il s’agit d’une autre image des deux sœurs prise le même jour, mais vues de dos au moment où elle s’éloigne du père et photographe.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

14/10/2015

Laure Gonthier et les territoires de l’autre

 

 

Laure Gonthier 2.jpgLaure Gonthier continue de vider l’image comme de la remplir selon divers processus - du film à l’objet en céramique. Dans tous les cas il s’agit de découpe ou de découpage, de jeux de pénétrations mais aussi de démembrement. De manière subtile la vaudoise précise par ses projets que la nuit est dans le jour, que le jour est dans la nuit - sans les biffer mais pour en approfondir les contours là où la métaphore fait mouche.

 

Laure Gonthier.pngUne telle recherche devient une brèche qui ouvre le monde par approfondissement de ses pans soudain écartés. Dans un élément compact et opaque se découvrent peu à peu des éléments par dépliage ou enfoncement. Au milieu de falaises d’une « pelure »   ou d’un tunnel se saisit la présence de l'être par effet d’aporie, de litote. L’oeuvre souligne la consistance et l’inconsistance, le fugace et le perpétuel, l’instantané et l’intangible.  Formes et surfaces créent  une énigme. Celle-ci appelle moins  la fascination de l’imaginaire que celle d’une nudité du visible. Etirant ou concentrant le temps et les formes Laure Gonthier donne le sentiment d’être au monde autrement qu’en état de simple lucidité comme de la pure rêverie évanescente. C'est sans doute pourquoi, soudain, une vérité nue nous fait face : elle est construite selon des images apparemment les plus simples mais qui, Didi-Huberman l’a souligné, ne sont jamais de simples images.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

« Silent Movies », 17-18 octobre 2015,Q-Park Level -3, Cavendish square à Londres. Et toujours : « Luxe calme & volupté » jusqu'au 1er novembre 2015, Musée Ariana, Genève.