gruyeresuisse

10/11/2020

Aimée Hoving : l'art du portrait.

Hoving.jpgD'origine belge Aimée Hoving a étudié à l'ECAL de Lausanne où elle s'est installée avant d'être naturalisée dans sa nouvelle patrie. Elle a participé à plusieurs expositions internationales . Elle a été  entre autre lauréate du "Swiss Design Award " et a gagné le "Leenards Foundation Award". Une telle créarice attentive entretient un rapport particulier avec langage visuel dans ses traversées des miroirs

 

 

Hoving 2.jpgPrécise et douée d'un regard particulier, Aimée Hoving est à sa manière  une héritière de la peinture hollandaise et espagnole. On pense parfois avec elle aux portraits de Velásquez comme à la lumière d'un Vermeer. Ses travaux possèdent un pouvoir particulier. Car elle est capable de saisir l'immensité d'une vie en un simple cliché. L’axe des vies y oscille dans les choix judicieux de celle qui approche ses sujets avec tendresse.

Hoving 3.jpgDans ce but elle se confronte à ses propres ombres pour porter en elles la lumière. D'où la force alchimique de tels clichés. L'artiste s'attache toujours aux êtres qui ont une histoire à raconter et qu'elle rapporte selon ses propres interprétations. C'est pourquoi elle aime avant tout photographier sa famille et ses amis souvent dans leurs propres lieux de vie.

Jean-Paul Gavard-Perret

https://aimeehoving.com/

09/11/2020

Emilie Gafner : parti-pris des lieux

Gafner.jpgEmilie Gafner, après un diplôme en arts visuels (ECAV, EDHEA) la Suissesse s'est installée à Paris où elle travailla comme assistante mise en scène en cinéma tout en menant un travail artistique en photographie. A travers les années, elle a développé ses projets dans le domaine de l’image. Depuis 2017, elle vit à nouveau en Suisse.

Gafner2.jpgLa créatrice possède une manière particulière de consommer la lumière par l'art de l'ensemble et du détail.  Et ses éclairements ne sont évidemment pas de l’éclairage. La lumière «physique» est le signe d’une lumière intérieure. C’est inséparable, comme la forme spatiale qui n’est pas forme tout en étant une le demeure. Le regard est saisi par des jaillissements et tensions.

Gafner 3.jpgPar les propagations d’atmosphère nous percevons - même par fragments - l'étendue d'un espace. La notion de milieu devient perceptible. S’ensuit un plaisir intérieur d’être dans l’élément spatial. La relation au monde en est métamorphosée . Le regard devient comme l’espace: agent d’unité. Même si les lieux sont souvent rendus à leurs doutes. Ces derniers font partie du projet car ils éveillent le contact.

Jean-Paul Gavard-Perret

05/11/2020

Les performances énergisantes de Livia Rita

Rita 3.jpg"Fuga Futura" est un vol vers le futur. Livia Rita y invite spectateurs/auditeurs qui peuvent devenir actrices et acteurs au sein des performances que l'artiste fomente. Elle a grandi à Obertoggenburg, vit à Zurich et va souvent à Londres (par exemple pour ses études de théâtre contemporain à l'"Open Lab" de Barbican). Elle a beaucoup expérimenté avec son premier travail "Rewild" dans différents lieux et formations

Rita.jpgSes performances "Fuga Futura" (présentées pour la première fois en tant que Gesamtkunstwerk en même temps que le premier album du même nom) veulent unir les énergies et les voix afin de vivre en communauté les émotions du passé et du présent. L'être humain y est lentement libéré de la vie quotidienne jusqu'à sa "créature" et sa "persona". Si bien que les fantasmes deviennent réalité et les rêves sont stimulés en une vision commune pour qu'un avenir se construise jusqu'à "'aboutir à un point d'exclamation furieux et irrésistible, un cri euphorique".

Rita 2.jpgLivia Rita crée une vision large autour de sa propre musique, en mettant l'accent sur des performances à forte identité visuelle avec des costumes, de la danse, de l'art vivant et des éléments de théâtre qu'elle conçoit elle-même. En émane une expérience quadridimensionnelle dont un vidéoclip en direct. Il peut être accentué différemment dans différents contextes artistiques et réalisé en différents modèles. Dans ce but, Livia Rita a mis sur pied un réseau de danseurs appelé " Gang of Witches ". Elle a créé aussi une grande famille créative et interdisciplinaire les "Avantgardeners Collective". Ajoutons que Livia Rita a été encadrée par Lindsay Kemp - dramaturge de  David Bowie et de Kate Bush  dont la Suissesse s'inspire) -, la chorégraphe Lea Anderson et Valentina Ceschi pour sa recherche de matériel et le développement de combinaison de formes artistiques.

Jean-Paul Gavard-Perret

Livia Rita et Lydia Perrot, "Fuga Futura", éditions Livia et Lydia, 2020