gruyeresuisse

04/09/2016

Béance oculaire de Judith Albert : du paysage au portrait

 

Albert.pngJudith Albert, Rehmann Museum du 11 juin au 20 novembre2016, « Face to face », Kunst(Zeug)Haus, Rapperswil, du 21 aout au 6 novembre2016.

 

Albert 3.pngPar ses vidéos et photographies Judith Albert prouve combien le paysage et le portrait n’existent que s’ils retournent la vue, interrogent le regard. De l'œil à celui-ci s'instruit un glissement : il fissure énigmatiquement les certitudes acquises de la contemplation fétichiste ou de la possession carnassière des images. Judith Albert sait que la « morale » esthétique reste la sélection d'un mode de point de vue par association et oscillation entre le « filmique » (Barthes) et le pictural, la fixité et le mouvement.

Albert 2.pngRevisitant l’histoire de l’art de ces genres, l’artiste ouvre le royaume du réel à une fantasmagorie plus ou moins « réaliste ». Se trouvent impliqués plusieurs approches qui renvoient à la Vanité inscrite dans le paysage comme dans le portrait. On croit « entendre » parfois la voix de la nature mais de fait le paysage (comme le portrait) devient le confident des opérations les plus secrètes par concentration et ouverture du champ non sans le poids de la mélancolie. Albert 4.gifLe regard envisage "la choséité" de l’image en l’inscrivant entre ici et ailleurs. Celle-ci oriente vers on ne sait quel abîme et vers quelle faille sinon le désir de la vie malgré tout. Elle est là sous les paupières. L’artiste prouve que tout créateur « du » paysage ou du portrait n’est jamais celui de « de » paysage ou de portrait. Judith Albert le retourne entre extase et détresse : retournement sans retour en quelque sorte.

Jean-Paul Gavard-Perret

02/09/2016

Freya Esders : les inconnues en situation

Esders3.pngInfluencée par « Paris Texas », la photographe australienne Freya Esders affirme un paradoxe : celui d’accorder une forme au monde sans croire que le monde a un sens. L’image affirme que c’est précisément parce qu’il n’en a aucun qu’il aura une forme. Dès lors l’image crée divers types d’abîmes à la recherche d’harmonies paradoxales autant par les angles de vision que les poses. Le corps jaillit en ce qui tient de contorsions.

esders2.pngFreya Esders est à le recherche moins d’une identité psychologique que de l’existence féminine. Les présences sont allusives. La présence devient une narration et une fiction sans pour autant que l’artiste joue d’une quelconque métaphore. La femme n’est jamais donnée comme acquise. Tout joue d’un équilibre reconstruit par chaque prise où le modèle reste une inconnue en situation au sein de prises incongrues. Esders1.pngChaque portrait génère un mystère et une solitude. Le théâtre photographique corrosif, joyeux, sensuel permet d'aimer les images entre apparition et dérobade.

Jean-Paul Gavard-Perret

14:18 Publié dans Femmes, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

31/08/2016

La carte et le territoire : Delphine Renault

 

Renault D 4.jpgDelphine Renault, Degré Zéro, Art En île, Hall Nord, 7 septembre au 1er octobre 2016. Vernissage le 6 à 18 heures.


Delphine Renault n’a cesse d’interroger la manière dont le paysage se construit dans ses représentations. Elle explore aussi la manière dont l’être habite son espace et le transforme physiquement et symboliquement. Deux monolithes évoquent par leur forme et leur matière (le granite) les deux Pierres du Niton de la Rade genevoise. La plus petite a d’ailleurs été utilisée comme point initial (donc zéro) de la première représentation exacte du territoire suisse. Celui de la carte Dufour élaborée de 1845 à 1864. Cette pierre est donc à l’origine de la carte, elle est son point d’origine et a permis de déterminer les altitudes des sommets qui constituent le paysage suisse.

Renault D 2.jpgL’artiste crée un rapport entre le site et le lieu de l’exposition en introduisant une transposition de signes et de métaphores pour construire les émergences et étendues d’un lieu. Dans ce jeu de construction sous l’apparente simplicité minimaliste s’instruit un système de combinaisons formelles et conceptuelles propres à de solliciter l’imaginaire et la réflexion des visiteurs. Le degré zéro devient l’interface où un système de coordonnées abstraites de la carte prend pied dans le concret. Il représente le point où une image mentale se compose afin de dresser une matérialité du paysage. Pour parler comme Houellebecq la carte devient le territoire. Le métrage et le paramétrage permet une première préhension de l’espace, le point d’ouverture qui engendre les lieux au nom d’une norme.

Renault D. 1.jpgL’art devient un système de repère face à l’abyme et les hauteurs du monde. Il prouve que le réel et « son contraire » (sa mentalisation cartographique) sont « vrais » tous les deux et que le second n’est pas « le contrepoison » (comme écrivait Beckett dans « Mal vu, Mal dit ») du premier . Celui-ci devient contrôlable formellement. L’œuvre de Delphine Renault en suggère les convulsions de manière minimaliste. Elle montre comment le chaos dans lequel le réel est plongé devient lisible par des anamorphoses de l'Imaginaire et peut exister sous forme stable. L’artiste prouve que forme et chaos restent distincts. Il suffit de trouver une forme qui exprime un ordre et ouvre à un "Comment c'est". L’art devient la création qui remplace les lignes fondamentales sans chercher à en faire une image allégorique : "honni soit qui symbole y voit" aurait pu ajouter Beckett.

Jean-Paul Gavard-Perret