gruyeresuisse

01/06/2015

Mai-Thu Perret et la passion de l’ouverture

 

 

 

Mai Thu.jpgMai-Thu Perret, « Moon Palace »,  28 mai- 18 juillet 2015, Blondeau & Cie, Genève  (en collaboration avec la Galerie Francesca Pia, Zurich).

 





mai thu 3.jpgLa démarche de Mai-Thu Perret  reste toujours à l’écart d’un contexte précis afin de donner à ses emprunts  un supplément de valeur générale. Ses œuvres récentes poursuivent le questionnement du monde  par la  création d’images à partir de littérature, la poésie, le constructivisme, le design, l’artisanat, les arts appliqués ou les religions. Celle qui a  accompli des études de littérature à Cambridge  avant de se tourner vers les arts plastiques, a travaillé à New York (entre autres dans les ateliers de John Tremblay et Steven Parrino) puis au Nouveau-Mexique avant de revenir depuis quelques années à Genève.  Si l’écriture comme l’influence américaine restent fondamentales dans l’œuvre, optiquement elles en ont quasiment disparu. Refusant un art où la personnalité de l’artiste paraît de manière intime Mai Thu Perret cultive la distanciation selon la formule abrupte et dont il faut prendre garde  « la machine fait l’art ».


Mai Thu 2.jpgPour preuve l’œuvre possède un côté magique (et parfois quelque peu « cinétique ») sous couvert de minimalisme. Le travail doit tout à l’artiste. Avec « Moon Place » elle associe de grandes tapisseries de haute lisse, des reliefs et une sculpture en céramique, et une sculpture en rotin. Tout reste énigmatique. L’artiste de l’extraterritorialité y est poussée à entretenir une fois de plus l'obsession pour la vie à travers des formes simples mais particulières qui ne cherchent à entretenir les fantasmes ou l’ornemental (dont l’œuvre est la critique). L’artiste mêle  le délicieux et le transgressif. Elle  feint d’assouvir le plaisir pour mieux circonvenir l’objet du désir. Manière peut-être d’éviter que le coït artistique devienne chaos  et qu’une fusion mystique apparaisse là où elle n’a rien à faire.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

30/05/2015

Emilie Jouvet et la subversion identitaire

 

 

 

Jouvet.jpgEmilie Jouvet, Centre d’art contemporain, Genève du 11 au 17 juin 2015.



Jouvet 4.jpg

 

 

 

Jouvet 2.jpgEmilie Jouvet ne se fie pas à la nature éthérée et ineffable des arts visuels. Tout pour elle dans le champ de ce qui se nomme « amour » semble une histoire de « mécaniques » avec pignons et cardans corporels au régime qui n’ont rien de binaire. L’artiste les met en mouvement avec un seul mot d’ordre : prendre par rebours les présupposés génériques. Cette approche ouvre à une poétique nouvelle. La réalisatrice détourne les images classiques du désir à travers les mouvements queer, féministes, post-porn, etc., ses portraits intimistes et ses mises en scène radicales. « One Night Stand » - premier film  transgenre francophone - comme « Too Much Pussy! Feminist Sluts in the Queer X Show » - roadmovie à valeur documentaire sur le mouvement féministe « sex-positive » - modifient les codes en réunissant le sexuel et le politique.

 

jouvet 3.pngLa cinéaste présente au Centre d’Art Contemporain de Genève des courts métrages queer, conceptuels ou expérimentaux réalisés ces quinze dernières années dont « Mademoiselle ! » sur les violences verbales et physiques envers les femmes dans l'espace public,  « BLANCX » vidéo performance détournant un geste du quotidien et déconstruit les codes du porno mainstream ou « The Apple », histoire revisitée d'Eve plongée dans un paradis sans Adam ni serpent mais chargé pommes. L’artiste propose aussi sa monographie « The Book » (Editions Wormart) où est présentée une série de photographies sur le désir et l’intime des « invisibles » (masculin et/ou féminin). Le spectateur est « contraint » de sortir de la fascination et de la sidération institutionnalisée de la sexualité. Ce qui jusque là était tenu caché sort des ténèbres. S’y substitue une lumière troublante que la créatrice met en tension jusque dans le chiasme des solitudes.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

24/05/2015

Nathalie Tacheau : femmes Opinel ou couteaux suisses

 

 

 

 Tacheau.jpg

 

 

Les femmes-enfants de Nathalie Tacheau chevauchent au besoin des ogres.  Elles avancent nues en fines lames. Nues mais armées. Sortant de leurs souliers de luxe elles  percent les hommes comme un Opinel ou un couteau suisse planté sur une table. Qu’importe si la fusion dans le réel n’est pas au rendez-vous. Ce sont des louves nées de l’espace, des filles du futur. Nathalie Tacheau leur fait grimper les mâles comme des escaliers. Elle montre aux assassines le chemin. Les corps voguent soudain. L’atmosphère est d’ambre clair. Il est imperceptiblement transgressif. Si les enlacements engendrent un recueillement, les corps s’enchaînent comme des répliques où les ogres et les pervers narcissiques et passifs perdent leur latin de cuisine.

 

 Tacheau 2.jpg

 

Chose faite ces fantômettes glissent muettes loin d’eux ; et si elles ouvrent la bouche elles ne laissent rien entendre. Ce rien monte jusqu’au sommet des escaliers. Qui les attend ? Qui attendre en haut ? Y a-t-il quelqu’un qui tire les rideaux, les ficelles ? Personne n’est là pour le dire. Les silhouettes enfiévrées de Nathalie Tacheau prennent toute la place. Inutile de leur adresser des prières : elles ne craignent pas que le ciel leur tombe sur la tête. Ou que Dieu s’en mêle.  Il y a belle lurette qu’il est tombé dans l’escalier.  Cela conforte dans une nouvelle étrangeté. Mais plus besoin de donner des explications, de déplier des raisons. Elles s’emboîtent d’elles-mêmes. Loin de l’ombre les corps agissent impeccablement. A sa vue tous les grognements du mâle s’apaisent. C’est un conte de fées. 

 

Ou presque.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

Nathalie Tacheau, « Red Box », Derrière la Salle de Bains, Rouen, 2015, 20 €.