gruyeresuisse

22/02/2015

APERTI 2015 : Marie-Pierre Cravedi Frontière et partages

 

 

 

aperti.jpgCravedi.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Après sa licence de cinéma à La Sorbonne et un Master de Photographie à l’EFTI à Madrid où elle fut l’assistante d’Alberto Garcia-Alix, après aussi quelques années en tant que photographe indépendante Marie-Pierre Cravedi termine un Master en Direction Artistique option Photographie à l’ECAL de Lausanne. Son travail fut présenté au Musée de l’Elysée en février 2014 après avoir été publié dans le « British Journal of Photography ». Son récent projet photographique intitulé « Réunion » est réalisé autour de la famille. A l’exubérance ironique (et hispanique ?) fait place une radicalité plus intéressante et moins facile. Il ne s’agit plus de simples « photos de famille » mais d’inventer une autre relation aux proches comme à l’image et un nouveau rapport entre réalité et fiction déjà présent – rappelle à juste titre la photographe - dans toute construction de la mémoire.

 

 

 

Cravedi 2.jpgSurgit une face cachée des choses et des êtres par effet plus d’aporie que d’évidence et en des jeux de surface et  saisies d’  « angles morts ». Par ailleurs les photographies de Marie-Pierre Cravedi ne sont jamais marquées du poinçon de la nostalgie qui les assujettirait à la soumission au romantisme du passé. L’artiste  ne se débarrasse jamais de la part la plus inconnue et résistante du réel.  Renouant avec le figuratif comme avec une sorte de « land-art » intérieur  la Lausannoise d’adoption incarne un réalisme particulier et en rien anachronique ; il se joue des apparences et cherche à percer ce qui paraît insécable.  En extrayant non la proximité du lointain mais le lointain de la proximité et en dégageant tout ce qui n’est que de l’ordre du spectacle et de l’évènement l’artiste touche ce qui appartient à l’ordre d’un mystère. Il  n’est pas seulement le sien mais prend une valeur généraliste.

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07:11 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

21/02/2015

Aperti 2015 : Allegra Biava : la matière et l’ineffable

 

Allegra Biava.jpgAllegra Biava & all. Aperti 9ème édition, 21-22 mars 2O15.

 

 

 

Partant de matériaux basiques qui se modulent ou se délitent, Allegra Biava  commença à créer des objets pour apprendre un poème… Avec de la cire des fromages Babybel, des plumes de pigeons, et des objets de son passé elle réalise des assemblages nommés ironiquement « indigestible portions » en hommage sans doute à la marque au fromage rouge. Elle s’est aussi inspirée  d’un essai de Frances Yates sur l’Art et a planifié des images sur les lignes du « Ash Wednesday » de Elliot. Pour son installation White Light Folded (Lumière blanche pliée) elle a créé un millier de grues en papier : sur chacune fut inscrite une pensée secrète sous cachet. L’artiste travaille désormais sur des créations inspirées par la découverte des grottes Néandertaliennes qu’elle intitule « Intentional Scratching » (grattages prémédités). Puis elle reprend un autre White Light Folded (Einstellung) :  les grues sont pliées mais ensuite dépliées car selon (dit-elle)  une légende : celui qui plie et déplie mille grues en papier verra son vœu exaucé.


 

 

 

 

 

 

 

aperti.jpgL’artiste joue autant sur le voile, le pli, le clair-obscur, bref sur le caché, que sur  le déballage. Ce dernier n’est pas pour autant pour elle une panacée. Allegra Biava assigne à son travail d’autres ambitions.  En amont existe  un long ouvrage de préparation.  Puis tout commence - même si la gestation déjà suivait son cours. D’abord de manière brute, « à l’instinct » puis selon un travail d’équilibre jusqu'à ce que l’œuvre tienne dans son outrance concertée, affinée. Une outrance qui ne se laisse pas saisir d’emblée. Chaque oeuvre de l’artiste se mérite. Il faut apprendre à y entrer. L’œil d’abord rebondit avant de pouvoir la pénétrer.

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

 

 

 

08:20 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

19/02/2015

L’Année Gfeller : exil de l’exil

 Gfeller.pngCatherine Gfeller, Zentrum Paul Klee,  Berne, Février 2015 - Janvier 2016.

 

 

 

Le Zentrum Paul Klee à Bern invite Catherine Gfeller pendant toute l'année 2015. Elle réalisera une douzaine d'interventions en un dialogue avec l’art de Paul Klee - mais pas seulement - et dans des  endroits  plus ou moins invraisemblables. Elle passera de l'installation à la performance, de la photographie, la vidéo et la poésie. Se succèderont : « Ville de rêves » (photographie dans le cadre de « Klee à Berne », puis Ville en fugues » (vidéo), « Secret du sac à main » (autre vidéo mais ici dans l’antre de l’âme), « une filmeuse au ZPK » (installation dans des toilettes…), « Anfang eines gedichtes » (sets de table), « Make a movie with the artist », « le festival des post-it » (installation participative), « artiste en plein travail » (performance), « Voyage au pays de la meilleure connaissance ». Par la diversité de ses approches l’artiste va poursuivre  une œuvre unique qui reste aussi un projet de vie (un peu à la manière d’une Sophie Calle ou d’une Orlan, mais selon d’autres stratégies). L’artiste permet d’éprouver et de vivre tout lieu de manière intempestive. Elle les découpe en  "multipartitas" : l’œil du spectateur s’y égare plus qu’il ne s’en empare.

 

Gfeller 2.pngDans chaque projet une structure « architecturale » porte le réel à des résonances  imprévues. Fixité et univocité y sont  remises en cause. Catherine Gfeller donne au réel une beauté « hors cadres », « hors lieux » qui n’a jamais  rien de trivial. Elle accorde une âme aux êtres et aux lieux qui semblent l’avoir perdue et le tout avec une constante ironie. Pris en défaut de toute certitude, chaque projet explore le réel dans un écart vital et fragile, une présence complexe au sein de  montages qui le sont tout autant. La vie se réinvente en chaque lieu ou projet. La vie se « réimage » en histoires ou destins loin de tout lyrisme mais avec âpreté qui invite toutefois à la rêverie dans une grammaire topo-graphique où les échelles de mesure, les unités métriques sont distanciées dans divers « rapports de position » miniaturisés ou agrandis qui arrache à l’art toute puissance de langage totalitaire par sa fonction de relation. Exil de l’exil de telles œuvres apprennent que les os sont le squelette de l’air, les mots sa chair. Si bien que la question se pose : de quel air sommes-nous faits ?

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret