gruyeresuisse

14/03/2015

Sarah Hildebrand : rotation du plein et du vide, du silence et des mots

 

 

 

Sarah.jpgSarah Hildebrand in « L'homme et la nature, SPRING COLLECTIVE », 6-28 mars 2015 ; Galerie d’(A)Avenue du Léman 20, 1005 Lausanne.

 

Rappel : de Sarah Hildebrand, « Chez soi », textes et dessins, 96 pages, coll. « Re : Pacific », éditions art&fiction, Lausanne.

 

 

 

sarah BON.jpgSarah Hildebrand aime les histoires de femmes. D’hommes aussi. Et tout le quotidien qui stratifie le monde, la grande histoire – souvent terrible même si vue de Suisse elle semble feutrée. La plasticienne (et écrivain) cherche tout ce qui se cache derrière les apparences en recueillant dans chaque prise une « perle » jusqu'à ce que l’ensemble d’une série forme un collier.

L’artiste observe, collecte, fixe des mondes hybrides qui se percutent. Réalité de la fiction, fiction de la réalité : le « jeu » (sérieux)  permet  de les organiser poétiquement. Au besoin l’article enjolive - mais discrètement et juste ce qu’il faut.

 

Traversant les pays elle raconte, écoute, fait abstractions des contraintes mais reste sensible à la misère celle par exemple « des babouchkas obligées de vendre des fleurs et des baies des bois ». Elle est sensible au mythique, au mystique comme au trivial. Sous les apparences elle remonte l’histoire. Celle de la Russie la féminine par exemple «  grosse femme aux seins bombés, habillée de tabliers, de dentelles, de chapeaux, de toques, de bottes, de fourrures qui rayonne d’un sourire sans dent, des blinis plein la poitrine et qui tend les bras ». Il y a les êtres et les paysages : Sarah Hildebrand à travers eux se laisse envahir d’émotions plurielles, de formes de couleurs.

 

Hildebrand.jpgParfois l’enchantement se fait rose sur blanc avant de disparaître. La photographie doit le retenir. Dehors, dedans. Genève, New-York, le Caucase. Les lieux délaissés, les paysages bondés ou déserts. L’artiste se cherche « dans un assemblage de fils de laine ». Elle cherche aussi son ombre et interroge qui elle sera. Peut-être que les temps se ressoudent déjà dans le monde qui se déchire. Sarah Hildebrand en traverse les distorsions et les heurts. Elle rebâtit ce qu’elle donne au jour.

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

 

 

 

13/03/2015

Sarah Jérome : portrait à l'envers, envers du portrait

 

Jerôme.jpgSarah Jérôme, « Chimere », du 27 mars au 2 mai 2015, Ego gallery, Via Luigi Canonica 9, CH-6900 Lugano.

 

 

 

 

 

Sarah Jérôme produit beaucoup d’œuvres sur papier. Se mêlent dessins au crayon, à l’encre, au pastel et des collages d’objets - lambeaux de textile principalement. Chacune d’elles ramène d’une manière ou d’une autre  à une filiation complexe non seulement par le visage ou le corps mais par les pièces rapportées qui s’y adjoignent ou le remplacent. La vision identitaire - tout en jouant sur la délicatesse des traits, l’anomie ou sur l’allusif expressionniste -  devient angélique et démoniaque. Une douceur émane des visions en elles-mêmes violente. Chaque œuvre  demeure erratique et ambiguë.

 

Jérôme 2.jpgCréatrice d’histoires visuelles, Sarah Jerôme joue avec la notion de représentation. Elle peut osciller du surréalisme au concept. Elle  prouve que les artistes ne doivent pas faire ce qu’ils sentent devoir accomplir mais faire ce qu’ils veulent et l’assumer. C’est pourquoi les œuvres de Sarah Jérôme suggèrent bien des possibilités. Aucune n’apporte de réponse définitive. D’autant que son travail ne naît pas d’une seule idée ou intention. Son sens ne saurait être univoque. Ses figures « imposées » sont autant des modèles que des rôles.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

10/03/2015

La production de la perte – Emilie Ding

 

 

Ding.jpgEmilie Ding, Until the evening of the echo, Mamco, Genève, 18 février – 10 mai 2015.

 

Emilie Ding s'approprie matériaux, images et procédures de fabrication préexistantes en des compositions et un travail à la fois analytique et critique entre le dessin et la sculpture avec un goût prononcé  pour les structures massives issues du BTP (trames, contreventements et contreforts, métal, béton) et les principes de systématisation. Dans  un langage plastique minimaliste et d’une certaine monumentalité l’artiste diffuse une vision déstabilisante selon un processus de  « disapparition » tant l’univers tel qu'il nous est donné à voir  se met à  "inconsister". Ce travail reste de l’ordre d’un maniement calculé. Il fait surgir des images ordonnanncées mais dans lesquelles l’entrée en jeu d’un signifiant-maître est rejetée. L’œuvre cadre la béance par divers type de fausses pistes et de "biffures". Par ailleurs au Mamco (comme dans tous les lieux d'exposition choisis par la créatrice) les œuvres prennent la mesure du lieu où elles s’imposent.

 

Ding 2.jpgPerdure dans ce travail une « combustion » de la modernité et sa purification. Influencée directement ou indirectement par les figures titulaires reconsidérées en tant que « collègues » ( Rauschenberg,  Smithson, Psychic TV mais aussi Franz Schubert et les cubo-futuristes) la Fribourgeoise amalgame différents temps, courants, époques. La radicalité est impertinente, somptueusement froide en des raccourcis saisissants de l'évolution et de la permanence des formes et des structures.  L'artiste illustre la possible subversion à l'intérieur d'un système aussi bien huilé soit-il.  De telles œuvres, pour paraphraser Mallarmé, deviennent des "images ôtées à la langue". Elles se veulent moins des sublimations que des réflexions. Là où les images semblent se totaliser, se coller imaginairement entre elles Emilie Ding introduit un leurre essentiel. Il crée la marque d’un manque, du manque générique de la jouissance. On peut donc parler à propos de ce travail d'un "imaginaire de lumière" capable de créer les nouvelles conjonctions que le spectateur, (névrosé d'un nouveau genre ?)  peut reconstruire à son profit.

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

15:12 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)