gruyeresuisse

30/05/2015

Emilie Jouvet et la subversion identitaire

 

 

 

Jouvet.jpgEmilie Jouvet, Centre d’art contemporain, Genève du 11 au 17 juin 2015.



Jouvet 4.jpg

 

 

 

Jouvet 2.jpgEmilie Jouvet ne se fie pas à la nature éthérée et ineffable des arts visuels. Tout pour elle dans le champ de ce qui se nomme « amour » semble une histoire de « mécaniques » avec pignons et cardans corporels au régime qui n’ont rien de binaire. L’artiste les met en mouvement avec un seul mot d’ordre : prendre par rebours les présupposés génériques. Cette approche ouvre à une poétique nouvelle. La réalisatrice détourne les images classiques du désir à travers les mouvements queer, féministes, post-porn, etc., ses portraits intimistes et ses mises en scène radicales. « One Night Stand » - premier film  transgenre francophone - comme « Too Much Pussy! Feminist Sluts in the Queer X Show » - roadmovie à valeur documentaire sur le mouvement féministe « sex-positive » - modifient les codes en réunissant le sexuel et le politique.

 

jouvet 3.pngLa cinéaste présente au Centre d’Art Contemporain de Genève des courts métrages queer, conceptuels ou expérimentaux réalisés ces quinze dernières années dont « Mademoiselle ! » sur les violences verbales et physiques envers les femmes dans l'espace public,  « BLANCX » vidéo performance détournant un geste du quotidien et déconstruit les codes du porno mainstream ou « The Apple », histoire revisitée d'Eve plongée dans un paradis sans Adam ni serpent mais chargé pommes. L’artiste propose aussi sa monographie « The Book » (Editions Wormart) où est présentée une série de photographies sur le désir et l’intime des « invisibles » (masculin et/ou féminin). Le spectateur est « contraint » de sortir de la fascination et de la sidération institutionnalisée de la sexualité. Ce qui jusque là était tenu caché sort des ténèbres. S’y substitue une lumière troublante que la créatrice met en tension jusque dans le chiasme des solitudes.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

24/05/2015

Nathalie Tacheau : femmes Opinel ou couteaux suisses

 

 

 

 Tacheau.jpg

 

 

Les femmes-enfants de Nathalie Tacheau chevauchent au besoin des ogres.  Elles avancent nues en fines lames. Nues mais armées. Sortant de leurs souliers de luxe elles  percent les hommes comme un Opinel ou un couteau suisse planté sur une table. Qu’importe si la fusion dans le réel n’est pas au rendez-vous. Ce sont des louves nées de l’espace, des filles du futur. Nathalie Tacheau leur fait grimper les mâles comme des escaliers. Elle montre aux assassines le chemin. Les corps voguent soudain. L’atmosphère est d’ambre clair. Il est imperceptiblement transgressif. Si les enlacements engendrent un recueillement, les corps s’enchaînent comme des répliques où les ogres et les pervers narcissiques et passifs perdent leur latin de cuisine.

 

 Tacheau 2.jpg

 

Chose faite ces fantômettes glissent muettes loin d’eux ; et si elles ouvrent la bouche elles ne laissent rien entendre. Ce rien monte jusqu’au sommet des escaliers. Qui les attend ? Qui attendre en haut ? Y a-t-il quelqu’un qui tire les rideaux, les ficelles ? Personne n’est là pour le dire. Les silhouettes enfiévrées de Nathalie Tacheau prennent toute la place. Inutile de leur adresser des prières : elles ne craignent pas que le ciel leur tombe sur la tête. Ou que Dieu s’en mêle.  Il y a belle lurette qu’il est tombé dans l’escalier.  Cela conforte dans une nouvelle étrangeté. Mais plus besoin de donner des explications, de déplier des raisons. Elles s’emboîtent d’elles-mêmes. Loin de l’ombre les corps agissent impeccablement. A sa vue tous les grognements du mâle s’apaisent. C’est un conte de fées. 

 

Ou presque.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

Nathalie Tacheau, « Red Box », Derrière la Salle de Bains, Rouen, 2015, 20 €.

 

 

 

23/05/2015

Femme de glace et sujet du désir - Angela Marzullo

 

 

Angela Marzullo – “Makita GELATO”, Espace L, Carouge, Juin 2015

 

 MARZULLO.jpg

 






















Angela Marzullo – “Makita GELATO”, Espace L, Carouge, Juin 2015

 

Manger de la crème glacée est une expérience qui dépasse les sens. L’année dernière Florence Grivel et Julien Buri l’avait prouvé avec leur superbe « Ice / Cream » (art&fiction, Lausanne). Angela Marzullo en remet une « couche » pleine de saveur et « à l’italiennne » - d’autant que la Genevoise d’adoption et zurichoise de naissance est italienne par son père. Son projet-exposition-performance demeure fondé sur la relation des arts avec les sens et la perception du partage de la réalité. On est loin ici de son travail vidéo sur «Lettres luthériennes» de Pasolini… Se concentrant sur le corps féminin et les stéréotypes qui lui sont liés, l’artiste les décape à travers une femme « friandise » recouverte de crème glacée et donc prête à être dégustée par le désir masculin. Mais de la poupée sucée à la femme de glace il n’y a qu’un pas : l’artiste le franchit de manière astucieuse et au second degré.  Le prototype de la transalpine brune et pulpeuse - objet « dolce vita » de tous les fantasmes et des miracles à l’italienne pour les Marcello Mastroianni du nouveau siècle - intervient renverse ici la notion de matière, de corps et de plaisir à travers photographie et peinture.

Marzullo 2.jpg





 

Celle qui doit être ravagée devient la ravageuse : manière pour l’artiste de lutter contre la tristesse de la dégradation (paradoxale) du corps féminin charcuté pour des raisons esthétiques afin de répondre aux « idéaux » masculins.  La crème glacée devient une sorte de métaphore et transfiguration de ce massacre. Contre la passivité et l’acceptation féminines institutionnalisées Angela Marzullo se révèle une fois de plus telle une incisive iconoclaste. Beaucoup de jubilation et d’humour se dégagent de ce travail. Les couleurs jouent de vrais rôles de composition aux irisations changeantes. Toute la postmodernité tend à se déplacer pour modifier la position même du voyeur en ses attentes perceptives. La Genevoise crée l’effraction de la mentalisation par le renouvellement de dispositifs  plastiques.  Surgit une nudité d’un nouveau genre. Elle remet en cause les rapports humains, politiques, sociaux et esthétiques de la société. Un ignoré de l’être est donc rendu visible là où corps exposé et « travesti »  parle loin du jeu que l’art veut habituellement le faire jouer par l’exhibition de la nudité.

 

Jean-Paul Gavard-Perret