gruyeresuisse

15/03/2016

Léonore Baud : "la photographie est une absence" (Dina Vierny)

 

 

Baud 2.jpgLes photographies de Léonore Baud sont moins "du" paysage qu'un regard, une pensée, une filature à partir de la nature (Lac Lémenc), de lieux architecturaux en construction (campus de Lausanne). L'objectif est d'introduire non le mais du motif dans une langue plastique qui permet de se trouver elle même par ce qu'elle creuse.

Baud 3.jpgAux lieux premiers succèdent sa poésie qui n'a rien de forcément romantique même s'il arrive que Léonore Baud transforme la littéralité et le trivial en des espaces étranges et poétiques. Existe un franchissement de la frontière du réel au moment où tout est en suspens par l'épreuve de la météorologie comme du travail des hommes.

Baud.jpgL'affirmation de la postmodernité est liée ici à une civilisation technique, industrielle et urbaine comme aux espaces naturels montagnards et lacustres. Léonore Baud réussit à créer un langage photographique à la fois atonal mais envoûtant. Elle permet de découvrir et d’explorer l'alchimie d'une photographie capable de fixer par l'éphémère des instants parfois réalistes parfois oniriques dont le langage particulier n’offre que peu de prise à la récupération.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

13/03/2016

Les fugues d’Amanda Charchian

AACC.jpgLes égéries d’Amanda Charchian s’intègrent aux paysages sans pour autant s’y fondre. Elles en défont les contours codés et remettent en jeu la vie. Chaque photographie emporte la nuée des figures en un labyrinthe optique afin que le mimétisme soit mis en abîme. La femme est autant odalisque hiératique que temple d’un monde idéal sophistiqué et minéral. Non sans humour l’artiste fait tomber au fur et à mesure bien des illusions affectives. A cela une raison majeure : le goût des mises en scènes et des fantasmagories.

AACC2.jpgAmanda Charchian remplace les artifices rhétoriques afin d’en créer d'autres - décalés et opposés aux rituels constitutifs du culte de la femme conjugué par les mâles. Elle offre à l’image féminine un passage étranger en ce qui tient de la fugue : le corps reste autant lié à son départ qu’à son arrivée. Au regardeur de se frayer un chemin là où les images relient, divisent des scènes parfois étranges où le tellurique remplace l’évanescence. C’est la marque jusque là manquante du mystère.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

12/03/2016

Maya Zeller : passacailles



AAZeller.pngMaya Zeller, « Station Show », Lausanne, 29 février - 17 avril 2016.

Le travail de Maya Zeller donne le beau rôle à l’intelligence comme à l’émotion. L’artiste invente une légèreté qui détache les apparences. Existe un retour à une forme de simplicité où en filigrane se retrouve un sensibilité en fragrances. Tout est subtil dans les jeux que l’artiste propose au sein de ses projets "poétiques". La créatrice repose la question récurrente : l’idée que l’on se fait du monde est-elle la bonne ? Maya Zeller y répond sobrement mais de manière complexe en mêlant figuration et une forme d’ « abstraction » ou de stylisation.

AAZeller 2.pngL’art n’est plus un objet : c’est la vie. Il la pénètre mais avec douceur et couleurs. Le paysage semble se modifier de l’intérieur, comme si l’artiste le piratait dans un geste salvateur pour qu’on sache le voir. Elle rend à l’art ce qui lui appartient : de la légèreté apparente. Mais s’y grattent les couches de faux-semblants. Sous couverture d’imbroglio le travail de la créatrice de Vevey est un symbole de la simplicité retrouvée afin de réinventer la réalité à la façon d’un magicienne. Elle dévoile ses secrets.

Jean-Paul Gavard-Perret