gruyeresuisse

03/01/2021

Les unes et les autres ou le furtif et le fuyant - Axakadam

Axa 2.jpgAxakadam possède l'immense mérite de revivifier l'art du nu et de l'érotisme. D'abord par une ironie toujours discrète au moyen des  poses ou mimiques complices de ses modèles. Mais aussi par les décalages optiques qu'il entreprend afin de donner à la photographie un aspect pictural et vintage. Ce qui ne l’empêche pas bien au contraire de se référer aux oeuvres décadentes et romantiques - Anne-Louis Girodet compris.
 
Axakadam.jpgL'objet reste d'animer le furtif et le fuyant, le sérieux aussi -  en le déconcertant. L’artiste navigue entre des préoccupations classiques : espace presque (le presque est important) tracé au nombre d’or, présence du spirituel mais aussi d'un réel S.M. bien vivant. Le tout en des effets - et suivant les cas - de nimbes, de transparence ou d'opacité. Les femmes sont apparemment plutôt froides (frigides çà non, certainement pas) là où n'est esquissée que la moitié de leur geste.
 
Axa.jpgMais  Axakadam trouble des apparences. Il cultive les surimpressions et en conséquence  le doute existentiel en une succession de moments farces là où habituellement le voyeur vient se rincer l'oeil. Et l'artiste en adressant à lui de parodier Queneau depuis "Bourgeville sur Marmotte" comme du Chelsea Hotel en lançant son "si tu t'imagines xava xava durer toujours". Plutôt que d'allonger ses égéries il met le quidam dans de beaux draps. Néanmoins dans la pièce d'â-coté des tables sont dressées pour un festin de fête.

Jean-Paul Gavard-Perret

29/12/2020

Jacquie Barral : la diablesse est dans les détails

Barral BON.jpg

 

Grâce à Jacquie Barral les farces animalières d'Eric Chevillard et les pensées spéculatives de Pierre Bergougnioux se révèlent par le biais d’une ponctuation esthétique d'un ordre caché du monde que les mots n’ont pas réussi à épuiser. Repoussant l’ordonnancement classique des images, la plasticienne vestale chevauche bien des césures pour éluder ce qui reste empreint des mesures du logos

 
 
 
Barral.jpgDès lors, en avant la musique. Dans sa diversité l'oeuvre est toujours vive, incisive, prégnante. Soudain par de telles interventions, poussent des ailes au langage parfois diluvien. L'artiste les greffe sur son omoplate ou en plein coeur à croire que l'amour à  peine chrétien des textes nécessite plus qu'une seule vulgate d'imagerie pour rendre aux mots de chaque tribu  une consistante qu'ils n'auront jamais.
 
Barral 2.jpgJacquie Barral ne fait pas de ses interventions de simples symboles parmi les symboles. Elle sait jouer de glaçantes épures comme des lueurs d'incendie. Soit pour atténuer certaines éruptions volcaniques d'âmes aigres,  soit pour réchauffer des "paroles gelées" chère à Rabelais. Libre le dessin encercle les murailles du dire par un jeu graphique où semble s'entendre des voix soudain prises de vertige grâce aux élancements plastiques d'une créatrice qui met au besoin le bas en haut et la diablesse dans ses détails.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Jacquie Barral, "Zoologiques" avec des illustrations de Philippe Favier et texte d'Eric Chevillard, "Le corps de la lettre", texte de Pierre Bergougnioux. Les deux chez Fata Morgana.

28/12/2020

Les vies aquatiques de Henri Abril

Quintil.jpgLes quintils  - cette forme peu usitée -  créent ici une étrange musique. Du Rachmaninov à n'en pas douter. Car une telle musique se prête au rêve - qu'il faut parfois -, souvent même, tuer- comme à des devoirs de trivialité positive et de magie sinon noire du moins grisâtre et qu'importe le temps qui secoue la barque de l'existence.

 
 
Quintil 2.jpgRené Crevel et Desnos, d'Aubigné et les poètes latins   ne sont pas loin de là où l'auteur recueille s'il le faut les quignons rassis de l'amour et les serments si galvaudés qui ne sont que des serpents qui témoignent des péchés auxquelles - selon l'auteure - une femme - en rien toutefois membre des "sorcières  shakespeariennes" -  fut encline. Mais la voix gutturale de certains mâlins ne reste pas en rade.
 
Quintil 3.pngL'humanité dont Abril (poète espagnol atypique fut confiné quelques mois à Moscou cette année de leitmotiv viral) est partout c'est à dire dans le nulle part des banlieues et parfois dans les plages  où des harmonies se dessinent quand vient le soir sur le lac Léman - mais pas seulement. Parfois d'ailleurs le quintil tangue car les gouffres d'ombre bouillonnent mais la dérive reste nécessaire pour passer du dicible à l'indicible :  preuve que l'amour est bonne fille à défaut d'être bonne mer.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Henri Abril, "Qu'il fasse beau, qu'il fasse laid - Quintils bancroches", Z4 éditions, 196 p., 16 E..