gruyeresuisse

18/04/2018

Animaux joyeux (ou non) de la misère – Antoine D’Agata

D'agata bon.jpg« Contamination » proposent une trentaine de tirages couleur et noir et blanc d’Antoine D’Agata. Elle couvre 20 ans de travail et se complète d’une installation vidéo inspirée de son dernier film Atlas. Les prises semblent parfois esthétisantes mais de fait elles restent la résultante d’une recherche radicale sur la condition humaine des exclus soumis à la prostitution, la violence urbaine et la drogue. L’artiste cherche néanmoins toujours là beauté là où il n’existe apparemment que la perte et le néant qui jaillit ici par la chair elle-même.

 

D'agata 4.jpgCelui qui affirme « Le terme d’artiste ne me convient pas; c’est trop lourd. Je me vois plutôt comme un agent de contamination », met à nu les êtres que Guyotat nomme « les joyeux animaux de la misère » (Gallimard). Tout est grinçant voire scandaleux et blasphématoire. La douleur reste en effet présente. Et le photographe s’immerge totalement dans ce monde pour ressentir au plus près un peu de ce que ses « modèles » vivent au sein de pulsions sexuelles qu’elles doivent assumer.

D'agata2.jpgChaque prise instruit des situations brutales mais de manière aussi prégnante qu’indirecte. D’Agata transforment les scènes de saillies, de prises dans les bordels en des sortes d’hallucination. Au sein de la violence une sorte d’élan lyrique prouvent comment les esprits redeviennent animaux. Et ce n’est pas un hasard si dans cette série, une photographie de chien errant jouxte celles des hommes.

Jean-Paul Gavard-Perret

Antoine D’Agata, « Contamination », Charbon Art Space, Hong Kong, 2018.

11/04/2018

La graine et la Mulâtre : Tereza Zelenkova

Zelenkova 3.jpgNatures mortes, nus, portraits, intérieurs, cabinets de curiosité créent soit le vide soit le trop plein pour exprimer l’existence en creux et de manière duale : il y a la fin et le recommencement, le classique et le baroque, la parure et la nudité, le sensuel et la spiritualité mais toujours selon des visions délétères et riches de détails.

 

 

 

Zelenkova.jpgTout semble sortir d’un autre âge que le noir et blanc de la photographie argentique décale encore plus. Au coeur de l’enfermement se joue une mise en espace à la fois minimale ou luxuriante, lourde du silence que les photographies dévoilent en un effet étrange : celui d’un appel muet vers l’espoir d’un seuil à franchir mais dont le passage et comme interdit et ramène à la clôture.

 

 

Zelenkova 2.jpgNe demeure souvent qu’un vertige angoissant au sein d’un passage espéré où rien n’est possible. La quête du changement, de l’appel avorte au moment une croupe nue, une chute de cheveux, une coiffeuse indiquent une présence - mais une présence cachée puisque du corps rien n’est visible – même si ce qui est montré en dit long…

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Tereza Zelenkova, « The Essential Solitude », Ravinstjin Gallery, avril-mai 2018.

06/04/2018

Philippe Jaccottet et Henri Thomas : le « parjure poétique »

Jaccottet Thomas.jpg

 

Fata Morgana propose une correspondance pénétrante entre deux poètes aussi discrets que majeurs. Elle traverse pratiquement un demi-siècle ; débuté en 1940 elle se terminera à la mort de Thomas en 1993. Les deux partagent une vie simple et la poésie des transparences. Une phrase de Thomas peut résumer leurs œuvres : « Une rue tourne et passe dans la vitre comme une journée entière, avec sa fatigue. » Les lettres témoignent de ce dont les deux amis sont les créateurs : l'alchimie de l'étrange du quotidien, l’incantation à l'extraordinaire dans l’ordinaire là où le temps tourne parfois comme le lait.

 

 

Jaccottet Thomas 3.jpgLes deux partagent sinon la baudelairienne «extase et horreur de la vie » du moins son délice et sa difficulté. Ils sont réunis ici par un échange majeur autour de la littérature à l’épreuve de sa pratique dans le « Parjure » que le poète suisse définit ainsi : « Personne ne l’a mieux compris que vous ; c’est que le point de départ vous est parfaitement connu ». A  savoir le secret situé dans l’esprit et « que tous subissent et très peu tentent de comprendre. » Si bien que le problème de la communication poétique est dépassé : « rien n’est encore exprimé (…). Naturellement les rêveries prolifèrent, je n’arriverai jamais à couper à travers – je ne vois le soleil qu’en sous-bois. »
Jaccottet Thomas 2.jpgJaccottet et Thomas restent en chemin vers les images naïves et sourdes que le jour ne peut montrer. « Mais jamais jusqu'à la chair, /Mais jamais jusqu'au soleil » tant les arches de nuit demeurent profondes. Néanmoins les auteurs tentent d’en venir à bout et se le disent comme pour s’encourager dans leurs quêtes au fil de pelote de laine du temps. Les mots le tricotent parfois s'en amusent parfois tout en permettant aux poètes d’instaurer leur religion tels deux fidèles dévots de l’indicible dans l’ici-même.

Jean-Paul Gavard-Perret


Philippe Jaccottet et Henri Thomas « Pépiement des ombres », (Correspondance), Edition établie par Philippe Blanc, Dessins d’Anne-Marie Jaccottet, Postface Hervé Ferrage. , Fata Morgana Editions, Fontfroide le Haut, 2018 , 248 p., 26 E.