gruyeresuisse

27/09/2013

Sécrétions, bruits et fureurs au Lausanne Underground Film & Music Festival

UNDER.png“Lausanne Underground Film & Music Festival”, 12ème édition, 16-20 octobre 2013, Luff.ch.

 

Le collectif LUFF au fil des ans ne cesse de penser et d’expérimenter une nouvelle cartographie des espaces acoustiques et filmique. Ce qui le conduit à réaffirmer la responsabilité et le rôle de l’artiste dans chaque festival. La programmation est fondée sur le concept d’accident déclinée de diverses manières. Une telle organisation reste majeure et fait honneur à Lausanne et à la Suisse. Sont rejetés tous les poncifs. N’est gardé que ce qui « blesse » l’individu ou la société. Films et musiques agressent forcément l’oreille et le regard de qui ignore tout des arts en devenir. Mais les œuvres retenues luttent aussi contre les censures étatiques ou médiatiques. Ces dernières jettent au rebut ces diamants bruts d’avenir qu’ils ne peuvent tailler et enfermer dans les écrins officiels.

 

Lausanne Underground et LUFF aligne cette année pour ses accidents de parcours volontaires 98 films et 28 concerts et performances. Côté cinéma l’artiste punk Jello Biafra sera un curateur intempestif. Suivra la présentation du réalisateur nippon Katsu Kanai, figure majeure de la Nouvelle Vague japonaise. Des zombies nazis des studios Eurociné feront l'objet d'un documentaire et d'une nuit spéciale de projection où l'horreur partouzera avec la dérision, la décadence et le vérisme. En matière de sons le festival laissera la meilleure part au bruit. Et ce en écho à la célébration du centenaire du manifeste de « L’Art des Bruits » du futuriste Luigi Russolo. Avec des performances et les engrenages du lausannois Kiko C. Esseiva le noisy trouvera une dimension peu commune. Côté « sécrétions » couleront les fluides hard  d’Evil Moisture.

 

Under 2.jpgVenue de tous les coins du monde la rage sera en conséquence au rendez-vous. Avec Yan Jun elle sort de la Chine. Porteur d’une parole et d’une musique tranchantes l’artiste reste l’exemple parfait d’une scène expérimentale  qui  revisite les héritages, fouille les décombres et les surplus des productions industrielles occidentales. Quant à Wolf Eyes il fait de la musique noise la plus sophistiquée une expérience possiblement populaire.  Les emprises sonore de Nicolas Bernier et Martin Besnier,  les saccages auditifs de Vomir, les extractions sonores de Yoshide et les expérimentations poético-visuelles de J.P. Ossang croisent des considérations sur la musique environnementale et cybernétique en rapport avec les théorisations musicologiques et vidéographiques contemporaines. Un tel programme permet donc de prendre acte de la transformation totale des systèmes de communication et des arts. A ne pas rater pour qui ose le volcanique de sons et images démontés. Proche du naufrage de la globalisation cette éruption permet moins de l’anticiper que de le faire reculer. A bon entendeur (et voyeur) salut !

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

25/09/2013

Benjamin Vurlod : l’espace entres les mondes

 

Vurlod 3.jpgTout l’art digital du jeune créateur et entrepreneur de Vevey Benjamin Vurlod  repose sur une ambition majeure : créer des « jeux » capables de proposer visuellement des courses errantes en des territoires inédits. Ils ouvrent des espaces-temps entres les mondes – ciel ou terre qu’importe. Combinat des formes, mélangeant divers proportions, se livrant à des calculs obsessionnels l’artiste atteint un lieu « intervalle » plus qu’interlope. Visiter son œuvre revient à être saisi, par la magie du virtuel, à des coloris surprenants et des rapprochements inédits où la gravité s’émet sous forme d’humour.

 

Des parallèles se résilient mollement, des collines prennent de nouvelles découpes. Tout un filtrage s’exerce à coup d’angles subsidiaires. La fixité comme le mouvement sont dictés par des lois où l’aridité procède du tact. Des points d’accroche et des instructions de broussailles emploient l’étendue à son renversement. Tout y coulisse selon de nouvelles conjectures. Elles donnent au plan une valeur opérationnelle.

 

Vurlod 1.jpgLa valorisation du surgi s’invente selon des procédures qui abrogent ou actualisent les vieilles structures de l’imaginaire. Plus que jamais celle-ci reste la folle du logis. Toutefois ses incartades sont essaimées par des interfaces capables de générer sous les fouillis des pixels une émotion coursive. Les œuvres tirent donc  leur beauté d’un béta langage tout sauf « bêtabloquant » puisqu’il recèle pour le regardeur des énigmes non résolues et fait travailler autant son émotion que son intelligence.

 

Dès lors sous le sceau des fréquences numériques l’artiste fait du geek qu’il est un poète qui s’ignore peut-être.  Car chez lui l’hybride immatériel génère des évidences qui ne le sont pas encore. A ce titre Benjamin Vurlod est donc bien poète mais aussi un magicien des codes et des algorithmes. En menant au mieux ses projets il décale la stabilité des choses et du réel dont l’ensemble  paraît de plus en plus encombrant.

 

Aimant emboîter les unes dans les autres des aires de crispation l’image devient polyphonique et pose parfois de grandes questions sans (trop) en avoir l’air. Par exemple derrière une tête de mort se cache un crustacé : il est tout  autant le crabe symbolique d’une maladie qu’on n’ose pas nommer. Mais dans de telles ambiances narratives se créent des modifications où le morbide devient hollywoodien.

 

Vurlod 2.jpgL’artiste suisse trouve donc toujours un moyen de ne pas se laisser enfermer dans des schémas acquis. Si bien qu’insensiblement  et sans qu’on y prenne garde l’œuvre devient une poétique en acte des théories digitales, un traité des couleurs et de l’imagination et du plus court chemin de  la réalité au rêve. Et ce coup d’envers sous les reliefs, de vernis sous les gouttes, de carrés circulaires et de cercles en longueur.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

Sur le « Digital Kingdom » de l’artiste : voir le site de son office : "Creativity Hunter".

23/09/2013

Jonas Kocher dans les soufflets du temps

 

Kocher Portrait.jpg

 

 

Chez Jonas Kocher l’émission des sons - dans leurs galops ou leurs hésitations - n’ignore pas les dérapages programmés dont l'instrument n’est qu’un convecteur. A chaque morceau du compositeur il y a sa neige. Elle sort de l’ombre et de la nuit du temps. Tout s’y estompe, tout s’y éclaire aussi.  Sous son manteau de notes  le paysage sonore semble  ne plus concevoir de terme. L'auditeur est dedans, soumis à des écarts qu'on ne peut nommer que du nom d’étendue. C’est un théâtre d’ombre. Mais aussi de lumière.

 

 

 

En fidélité avec un instrument souvent considéré comme secondaire Jonas Kocher renouvelle son mythe tout en renouant avec la musique la plus innovante. Elle demeure la vision intime d’un compositeur et improvisateur qui devient au fil du temps un poète. Son idiome et ses gammes se métissent de rumeurs et de possibilités jusque là cachés. D’autant que Jonas Kocher se dégage de ce qui est consubstantiel à l’instrument  pour imaginer et rêver une musique que l’on ignore encore. Elle bégaye parfois, se mange du dedans mais elle avance. Elle  raconte d’autres histoires avec des sons qui échappent aux tablatures officielles. Le rôle du Kocher compositeur reste à ce titre majeur : c’est parce qu’il compose qu’il improvise. L’affirmation inverse est le lot de ceux qui passe à côté de ce qu’est l’improvisation


 

Dans cette approche particulière la musique n’est pas assenée par un discours mais à travers un imaginaire qui refuse l'effet. L'espace sonore se condense et s'enrichit avec une juste distance entre masses et silence. Face à la férocité et la tourmente de certaines recherches contemporaines et loin d’une musique décorative Kocher donne voie à des résonances nomades. Elles demeurent en repons avec les interrogations de l'avant-garde électro. Le Suisse propose- en solo ou en groupe - un langage singulier et inquiétant où se mêlent abstraction et sensation. Ce langage - dans son dernier album - bourdonne et avance parfois avec une sorte de grimace. Elle est comme le pli d’une étoffe ou celui des soufflets de l'accordéon. Kocher repasse ce pli mais non de manière plate. Il n'hésite pas  à ménager des bosses et des aspérités afin de prendre à revers les plages de certitude. Si bien que cette grimace se transforme en sourire là où la musique garde une rigueur majeure.

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Jonas Kocher, « Solo », Insubordination netlabel, Suisse, « Duos », flexionrecords, Suisse, « Öcca »  avec Cyril Bondi, D'incise, Jacques Demierre, Bocian Records, Suisse.

 

 

Sur Jonas Kocher : lire l'excellent article paru dans "Revue et Corrigée", n° 97, Siévoz, France.