gruyeresuisse

12/12/2020

Les enceintes vitales de Philippe Fretz

fretz 4.jpgPhilippe Fretz, "Tours et enceintes II", In media res, n°11, art&fiction, Lausanne, 2020

 

Philippe Fretz à travers tours et enceintes trouve un moyen de mesurer le temps, un temps qui n’est plus nôtre mais qu’il faut néanmoins habiter. C'est pourquoi - comme le texte de Matthieu Mégevand qui accompagne ce nouveau numéro de "In media res" le rappelle, elles doivent être majestueuses, imposantes et vastes - surtout en un temps bien présent où nous sommes cloitrés par un virus.

Fretz 3.jpgC'est une manière de nous aérer dans des surfaces de verdure (jardin, terrain de golf) si bien que - de facto - de telles enceintes ne nous enferment pas : elles nous protègent du dehors. Dans un jeu de couleurs vives et de structures, Philippe Fretz s'emploie afin que la vie revienne selon une épiphanie d'un genre particulier.

Fretz 2.jpgNotre nouveau Warburg (par ses planches où se croisent les époques) doublé d'un créateur original qui rapproche d'un Moyen-Age finissant où Dante rôde. L'inexprimable se réinvente par des géométries en plates bandes parfaitement rehaussées pour fomenter des merveilles. Elles élèvent l'affect par leurs érections aussi douces qu'acidulées.  Une unité vitale est tracée derrière des murs qui entourent et ouvrent afin que - de l'enceinte hexagonale d'une Jérusalem descendue du ciel - le soleil et l'agneau premier (de "l'innocence immolée") s'enlacent. Et ce, dans une figuration,  partant d'un temps qui ignorait la perspective, rapproche de présences subtilement post-modernes.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

10/12/2020

Entre Lyon et les pays de Savoie : Philippe Mugnier attentif biographe

Mugnier.jpgDe son grand-père, le Haut-Savoyard Philippe Mugnier ignora longtemps jusqu'au prénom. On le nommait "Le Lyonnais" tant dans la région de Taninges et des Gets il paraissait fringant. Son élégant costume trois pièces, sa montre à gousset en imposaient et signalaient une condition bourgeoise plus que montagnarde.

Munier 2.pngLa chambre de l'aïeul disparu (en 1907) fut pour l'enfant un refuge. Il y cohabitait avec tous ses "fantômes mis sous cadre", si bien que ce grand-père devint un "tuteur déroutant", une présence bien plus qu'une absence. Il fit son héros de celui qui roula sa bosse par villes et montagnes. Il en retrace l'existence au moment où la ferme du fantôme doit disparaître.

Munier 3.jpgSon livre en devient le miroir (illustré) et ramène aux origines de l'écriture du petit-fils et à ses émotions d'enfant puis d'adulte conséquent. Au sein d'une histoire économique, politique et sociale, entre réussites et errances, l'auteur recrée une de ces "vies minuscules" (Pierre Michon) qui font l'histoire. Et celle du "Lyonnais" devient ici une existence (presque) imaginaire et une méditation sur le temps.

Jean-Paul Gavard-Perret

Philippe Mugnier, "L'homme au balcon", 272 p., 39,90 E., 2020. Commande : voir Facebook de l'auteur.

08/12/2020

Des bonbons pour les yeux : Samson Pollen

Samson.jpgLa galerie Daniel Cooney présente 13 peintures de Samson Pollen. Dès sa jeunesse il est considéré par ses pairs comme un réel créateur. Mais sa carrière connut un tour exponentiel en 1950 lors de la guerre de Corée où il devint l'illustrateur du "Coast Guard magazine" il allait devenir peintre mais aussi photographe de ses propres modèles (Louisa Moritz, Ellyn Burstyn et Shere Hite). Les 13 peintures furent des illustrations extraordinaires pour les "Men’s Action Magazines (MAM)" du groupe créé par Martin Goodman et de sa pléthore de titres créés entre autres pour les 16 millions de vétérans de retour chez eux. Ces publications contenaient des récits d'aventures et une noria de pin-up. C'était alors l'âge d'or de tels magazine. Et les kiosques à journaux étaient remplis de tels "bonbons pour les yeux"

Samson Polley 2.pngLes oeuvres de Pollen était bien au-dessus de la concurrence. Créant des visions accrocheuses voire racoleuses il apportait de la vie aux histoires écrites par des écrivains tels que Norman Mailer, Richard Wright, Ed McBain, Mario Puzo, etc.. Sans pouvoir bénéficier de les lire en premier et n'ayant pour tout viatique quelques lignes de leur script, Pollen a néanmoins tissé des récits visuels envoûtants pour des histoires avec des titres comme "Nights of a Nympho Nurse". C'était là un challenge que peu d'artitstes réussirent à tenir. Pollen le fit à merveille.

Samson Polley.pngVisualisant les scènes en son imaginaire, il s'intégrait à ses histoires, les vivait comme acteur à la fois éveillé et rêveur. Il créa son propre style qui s'imposa comme un courant majeur de la narration plastique populaire. Hommes virils, femmes fatales sont au service d'une sexualite particulière. Les secondes sont dangereuses et puissantes, sexuellement agressives et ne sont jamais des victimes impuissantes du désir masculin. Une telle œuvre luxuriante et picturale était conçue pour attirer l’attention, intriguer, provoquer et attiser le désir nécessaire pour inciter à la vente du magazine. Bien qu'un tel art commercial n’ait pas été accepté par le monde de l’art au milieu du XXe siècle, l’œuvre de Pollen est désormais considérée comme une expression majeure de l’art de son époque qu'elle dépasse par ce que Proust nomma "l' éternité du style.

Jean-Paul Gavard-Perret

Samson Pollen, "Action", Daniel Cooney; New York, hiver 2020-2021

.

14:47 Publié dans Culture, Images | Lien permanent | Commentaires (0)