gruyeresuisse

12/10/2018

Harry Gruyaert : les haricots dans le panier

Gruyaert.jpgLe photographe belge Harry Gruyaert essaye d’ordonner le désordre et de désordonner l’ordre : ordre du monde, des choses dont l’artiste se veut à la fois le maître et le valet : « Je suis attiré par les choses et les choses m’attirent”écrit-il pour définir sa recherche d’instants que le monde porte en lui mais aussi que l’artiste porte sur eux. C’est une manière de ramasser les haricots du réel parmi ses rangées auquel le photographe montre comment des lignes se croisent et se recroisent. Mais au bout de chaque prise les haricots sont dans le panier.


Gruyaert 2.jpgCelui qui revendique le terme de «photographe de rue» est un créateur qui pense et imagine le réel en couleurs pour transformer le document en compositions superbes et riches de poésie vagabonde. Des éclats de vie étonnent l’œil du spectateur. Mais il ne s’agit pas de “ coups ” ou d’esbroufe. Les escarpements s’habillent de légèreté.. A l’intérieur des contours, des prises, des cadrages se crée un labyrinthe où le regard en se perdant retrouve un relief inattendu.

Gruyaert 3.jpgGruyaert a compris qu’il ne faut jamais rechercher le prétendu marbre de l’identité supposée mais sa terre friable celle qui nous fait face dans le réel comme dans l’illusoire au sein d’un jeu de piste dont nous ne connaissons ni le point de départ, ni celui d’arrivée. Bref la photographie ne mène pas où l’on pense accoster.

Jean-Paul Gavard-Perret.

 

 

17:54 Publié dans Culture, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

10/10/2018

Jeff Wall ou les chimères du réel

Wall.jpgConçue en collaboration avec l’artiste canadien, l’exposition « Appearance » propose la rétrospective des scénographies de Jeff Wall de 1970 à nos jours en 27 photographies grand format. Elles deviennent avec le créateur des reprises de critères picturaux et cinématographiques afin de créer une sidération par les paradoxes que chaque « mise en scène » produit en particulier dans ses célèbres « Ligthboxes » et plus près de bous de ses « tableaux photographiques ».

Wall 2.jpgLa construction de l’image est toujours très précise et ludique même lorsque l’artiste semble organiser des scènes plus sombres et inquiétantes. A y regarder de près il existe toujours des éléments drôles qui tiennent aux situations, gestes ou objets. La pléthore des choses ne crée pas seulement une documentation empathique mais une véritable transformation de la facticité en vérité (et vice versa) afin d’explorer et de comprendre le monde en partant de ses singularités pour les porter jusqu’à des fins métaphoriques.

Wall 3.jpgLe parcours devient en ce sens double. L’artiste crée une narration mais produit tout autant un effet de distance par des vacillations où le réel se transforme en fantasme de monde. Ne se perçoivent pas seulement des dimensions de l’espace, mais la présence d’une topographie intempestive. L’œuvre illustre à la fois la gloire et la ruine du réalisme par sans transformation en divers types de chimères poétiques à relents littéraires.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jeff Wall , « Appearance », du 5 octobre au 6 janvier 2019, Mudam Luxembourg.

05/10/2018

Leur nom : « Venice » – Michael Greco

Greco 3.jpgDepuis trente ans Michael Greco photographies les ovnis qui peuplent de « boardwalk » qui suit l’océan à Venice Beach. Tous ces personnages vivent à la fois ensembles et séparés. Ils remplissent et nourrissent les images de ce « ramblas » postmoderne non sans arrogance et pour exister. Greco s’en amuse mais sans impudence ni impudeur.. Il saisit la langue des corps en diverses poses et systèmes d’auto représentation.

 

 

 

Greco 2.jpgPassant de Los Angeles à sa côte, comme Duras, le photographe pourrait écrire : « je traverse, j’ai été traversée » par ces présences dans l’endroit d’une exhibition qui peut accorder à certains le sentiment d’exister. Pas d’idéologie chez le photographe : juste la grammaire élémentaire des corps en une sorte de liberté et d’oisiveté d’une vie matérielle qui ne se soucie plus de ses acquis. Chacun y crée son propre « livre » comme s’il n’y en avait pas en dehors de soi.

 

Greco.jpgInconsciemment les corps savent que, sans s’exhiber, ils ne connaîtraient rien de la vie. C’est un peu mince diront certains. Mais le photographe ne juge pas. Ce qu’il suggère n’est pas du fantasme mais un excès de réel. La perception elle-même devient le rêve au moment où l'ici-même de ceux qui longent le Pacifique s'éteint au profit de l'ailleurs dans cette lumière de l’Ouest ultime. Elle porte toujours en elle le désir d'un aller plus loin.

Jean-Paul Gavard-Perret