gruyeresuisse

02/07/2019

Quand Alvin Lucier ouvre l'horizon sonore

Lucier.jpgAlvin Lucier, "Notes sur la musique expérimentale", traduction Vincent Barras, Christian Indermuhle, Thibault Waltrt, Héros-Limite, Genève, 2019, 272 p., 22 E..

 

Le compositeur Alvin Lucier fait partie des compositeurs américains qui ont révolutionné la définition même de la musique. Dès les années 60, il explore les propriétés naturelles du son en lien avec l’espace. Il s’intéresse aux phénomènes de la résonance et de l’interférence. Avec Robert Ashley, David Behrman et Gordon Mumma, il fonde la" Sonic Arts Union" en 1966, enseigne à la Wesleyan University du Connecticut, enregistre une vingtaine d'albums et son oeuvre continue à être jouée et inspire de jeunes créateurs.

Lucier 2.pngLes éditions "Héros-Limite" permettent la publication en français  de son livre majeur. "Musique 109" propose un panorama fléché de l'expérimentation musicale.Lucier retrace les parcours de John Cage, Steve Reich, Terry Riley, Pauline Oliveros ou Philip Glass entre autres. Il permet de comprendre comment ces artistes ont fait de cette époque un moment clé de l'histoire de la musique, un peu comme les expressionnistes américains ont métamorphosé la peinture.

Lucier 3.jpgAlvin Lucier passe en revue les données de l’indétermination, du minimalisme, de la musique électronique ou encore les innovations radicales comme celles du "piano arrangé" ou des recherche de Nancarrow. Il est ici un "vulgarisateur" (au sens noble du terme) : ces textes issus de la retranscription de ses cours forment une somme importante et parfaitement fluide. Lucier sait y être badin au besoin avec un sens astucieux de l'anecdote afin de rapprocher la musique savante du commun des mortels.

Lucier 4.jpgL'auteur prouve comment la pulsation de vie bat la chamade de manière inédite par mutation de la mesure et de la syntaxe sonore. Elle s'ouvre à des bouillonnements sourds. Soudain la musique connaît ni intervalle ni dénotation, ignore le phrasé et le distingo. Elle semble couler de source pour faire éprouver de nouvelles émotions et interrogations. Il arrive que là où nagent les notes leurs dents sont prêtes à scier les cordes qui nous retenaient aux balances du passé et aux harmonies établies.

Jean-Paul Gavard-Perret

28/06/2019

Les ateliers de Catherine Bolle

Bolle.pngCatherine Bolle reste une des artistes majeures de l'art helvétique. Moins reconnue - sans doute à tord - qu'un John Armleder par exemple et ne bénéficiant pas toujours de mêmes soutiens des institutions, elle poursuit une oeuvre audacieuse tant en architecture, sculpture, peinture, édition. Après un premier ouvrage de référence sur ses oeuvres "achevées et réussies" elle offre dans "La chose perdue" les projets qui n'ont pas vu le jour dans des coucours (où paradoxalement elle reçut parfois un prix !) et des oeuvres qui n'ont de ratés que ce qu'en estime l'artiste.

Bolle 2.pngNéanmoins par cet ouvrage Catherine Bolle veut montrer combien le travail d'un(e) artiste est loin d'être la traversée d'un jardin d'Eden. Il s'agit en filigrane d'apprendre aux plasticiens en devenir que leur métier réclame non seulement une part de créativité mais aussi de travail et de chance. Il faut - surtout lorsqu'on est femme - avaler des couleuvres. Mais néanmoins poètes et créateurs ont reconnu plus que son talent : un génie qui fait les artistes d'exception. Salah Stétié, Henri Meschonnic, Maria Gioia Tavoni Ignacio Dahl ha, Rocha, Michelle Bolli (pour ne citer que quelques noms) l'entérinent. Et certains accompagnent ce superbe livre.

Bolle 3.jpgA toutes celles et ceux qui veulent comprendre comment se fomente le déplacement des formes et des couleurs, existe là bien plus qu'une initiation : le travail d'une vie et celui d'une oeuvre en cours. Le tout au sein d'une iconographie parfaite et une suite de documents qui font de l'ouvrage un livre rare d'art, d'apprentissage et d'accomplissement où  "la chose perdue" est retrouvée d'emblée. Nous ne pouvons que regretter que certains projets soient restés dans des cartons. Tout reste ici des "objets de désir". Ils permettent non seulement sa traversée mais son emprise. La beauté  reprend ici une valeur qui n'est pas seulement affaire d'un goût mais d'un regard inédit.

Jean-Paul Gavard-Perret

Catherine Bolle, "La chose perdue", Till Schaap Editions, Berne, 2019.

 

27/06/2019

Guy Bourdin : les renversantes

Bourdin.jpgAvec Guy Bourdin la femme est - quoique décadrée - présente dans tous ses détails. Elle devient veilleuse des songes dont la recherche photographique est là pour célébrer la sensualité et la beauté entre ombre et lumière d'où elle émerge en féeries inspirées et ironiques.

Bourdin 2.jpgChaque mise en scène devient une « invitation au voyage » baudelairienne. Le photographe crée des pièges moins pour égarer les modèles que le voyeur. La femme est un diamant serti dans un écrin de paysages ou dans un décor sophistiqué, autel érigé par l’artiste afin de célébrer sa beauté.

Bourdin 3.jpgL’harmonie érotisante est incluse dans le faisceau des forces contraires de montré et du caché. Elles fusent et infusent en une acuité sensorielle accrue, une montée de température, l’assouplissement des articulations et l’apparition des égéries qui s’abandonnent, conquises et délivrées de leur rôle dont elles jouent néanmoins. Et Guy Bourdin idem.

Jean-Paul Gavard-Perret

Guy Bourdin : L’Image dans l’Image, Campreron centre d’art; L’Isle-sur-la-Sorgue – France. Du 6 juillet au 6 octobre 2019