gruyeresuisse

02/04/2018

Bob Carlos Clarke et les frénétiques

Clarke 3.jpgLe photographe britannique Bob Carlos Clarke est considéré non sans raison comme sulfureux et est connu pour ses clichés sensuels, fongueux mais sombres. Certes les prises sont sans équivoques : sous des doigts la pression d’un soutien-gorge agonise, les couples « s’enlanguent » et s’alanguissent, déferlent en des successions d’étreintes pour atteindre des limites extrêmes. Les peaux sourient aux mains qui invitent à traverser de deux vers le un.

Clarke 2.jpgClarke ose donc l’approche des territoires de l’intime interdits et suaves, histoire autant de s’envoyer en l’air que de s'éloigner de toutes les règles et obligations sociales. Pour preuve le rouge du désir n'est traité qu'en noir et blanc afin de souligner un ordre particulier fait autant de perte que gain en des torrents qui se passent de lits. Le photographe inscrit le mouvement sinueux de courants innombrables là où bien des frontières étaient transgressées momentanément dans les années 90 du siècle dernier. La fureur de vivre semble animée d'un seul souci : il n’y a plus de temps à perdre autour des écrous noirs où se défont les cambrures.

Clarke.jpgL'amour rend-il la liberté ? Pas sûr. Il permet néanmoins une pause ou plutôt un défouloir aux pulsions adolescentes dans les bals de lycéens de Cork ou dans les parcs et les discothèques de la ville. L’alcool, la musique, les vêtements aisés à retirer font le reste : ils permettent à une explosion sexuelle de prendre corps face l’éducation compassée entre autres des écoles privées britanniques. Afin d'y résister, demeurent les plus longs des baisers. Bien d'anciens élèves de tous les pays peuvent s'y retrouver.

Jean-Paul Gavard-Perret

Bob Carlos Clarke, "The Agony & The Ecstasy", Editions, Jane & Jeremy, Londres, 2018, 90,00 £

01/04/2018

David Lynch esthète absolu

Lynch.jpgBaroque, mélancolique et schizophrénique grevé d’acteurs vieillissants et d’enfants tristes, battus, mal traités, le tout dans des images sublimes, « Twin Peaks – The Return » permet à Lynch de laisser un testament crépusculaire peut-être politique et surtout esthétique. L’œuvre constitue plus un film-monde de 18 heures aux multiples arcs narratifs qu’une simple série. Le réalisateur a d’ailleurs tourné le film d’un seul tenant avant de le découper en épisodes qui deviennent la transmission d’un appel autant aux amours impossibles qu’à la guerre.

Du film jaillit un rêve mais sans dire de quel cauchemar. Lynch s’y ressuscite lui-même en un retour magique où il entretient le mystère sur ce qu’il montre et ce dans un registre « sacré » au sein d’une réalité onirique. Tout regardeur peut bien sûr s’amuser à des interprétations et y voir une Amérique des origines, un désert brûlé, un monde kafkaïen. Tel son personnage de Gordon Cole, Lynch y est ambigu, gaguesque. Il crée une attente sans clé sur la terre maudite que serait son pays. Celui-ci est plus d’ombre que de lumière même si les images n’ont jamais été à la fois aussi éclatantes et nettes que parfois sombres et à peine visibles dans « le blanc des yeux et le noir à l’intérieur ». Un chez d’œuvre absolu.

Jean-Paul Gavard-Perret

31/03/2018

Tirages (presque) secrets d’Antonio Lopez

 

Lopez.jpgIllustrateur de mode des années 1970 et 1980, Antonio Lopez (1943-1987) vouait un culte à son appareil photo Instamatic qui l’accompagnait partout. En marge de son travail, il y a fomenté une étonnante galerie de portraits parfois intrigants des célébrités de la mode comme de ses rencontres. L’exposition de New York propose ces tirages stockés des années par l’artiste dans les enveloppes jaunes originales de la firme Kodak. Chaque tirage est unique. Et les photographies ont été laissées seules ou montées en paires ou quadrilles. S’y retrouvent toute une esthétique de l’époque : de telles prises font immanquablement penser aux polaroids de Warhol. Mais en moins froids et surtout ils sont une fin en eux-mêmes.

Lopez 2.jpgJerry Hall, Jessica Lange, Tina Lutz, Anouk Aimée, Pat Cleveland sont montrées de manière originale selon une exaltation subtile de traces et de disséminations. Tout se met à naviguer dans des dérives féeriques, des cortèges d’improbabilités. Le possible fait l’amour avec les formes, les couleurs et les lignes au sein d’hallucinations fraîches et sages et qui le demeurent encore. Le photographe est toujours là lorsque des éphémères traversent le printemps en robe légère. Pas besoin pour l’artiste de leur faire boire une potion magique. Le charme du créateur opère comme s’il donnait le courage à beaucoup pour sinon dégrafer du moins entrouvrir les corsages.

Lopez 3.jpgLes louves ne sont pas aux abois. Leur corps est parfois cerné d'or et de blanc. Certaines jouent les panthères tout en préservant leur grotte. L’artiste se contente de parcourir les savanes des ateliers de mode et des soirées. Arrivé à de tels « points d’eau » l’hippopotame étrange s’y abreuve. Il capte et même parfois se juche presque sur un dos pour un selfie avant la lettre. Mais nul accroc dans la soierie de ses voyages. Comme dans celui de ses égéries. Tel un ange il les retient par les pieds. Mais pas plus. A la fois pour qu’elles ne s’envolent sans pour autant succomber.

Jean-Paul Gavard-Perret

Antonio Lopez, Danziger Gallery, du 8 mars – 28 avril 201, New-York.