gruyeresuisse

12/08/2019

Pierre-Alain Münger : Boum !

Munger.pngEnfant Pierre-Alain Munger aimait casser ses jouets à l'aide de marteaux. Fidèle à ses premières "déconstructions" il continue à produire des crash-tests... Etudiant de près ces phénomènes de destruction et avec l'appui de documentations techniques et scientifiques il s'intéresse à la puissance des forces cinétiques aussi invisible que prégnantes et ce à travers divers médiums.

Munger 2.pngIl produit lui même des collisions frontales. Elles réclament de nombreuses heures de préparation et de planification. Existe une véritable expérimentation de la part de celui qui fut assistant d'un autre sculpteur suisse - Carlo Borer - pendant 15 ans. Son élève ne cesse de rendre visibles les déformations des formes des voitures comme d'autres objets (lampadaires, signalisations, arbres). Par ses sculptures, études sur papier et peintures il met à nu de tels phénomènes qui le fascinent.

Munger 3.pngHyperréalistes ses oeuvres restent néanmoins poétiques, austères mais jubilatoires grâce à l’élan de telles rencontres et de leurs évidences d’un débordement des berges de la normalité pour ramener par la bande vers une approche des plus paradoxalement "existentielles" qui soient.

Jean-Paul Gavard-Perret

Galerie Soon, Berne.

10/08/2019

Les polyphonies de Pierre-Alain Mauron

Mauron.jpgPierre-Alain Mauron vit et travaille à Signèse et à Sainte-Croix. Diplômé de l’Ecole des arts appliqués de Vevey, il poursuit depuis longtemps sa pratique picturales sous formes de collages, gouaches, graphites, encres et craies. L'exposition de Saint Maurice qui vient de se terminer abordait différents travaux inspirés par des oeuvres littéraires : Joyce, Duras, Gary et Lewis Carroll. D'autant que le livre comme la cimaise et l'architecture sont au centre de l'expérimentation du Valaisan.

Mauron 2.jpgElle est toujours en mouvement et allègre. L'artiste laisse donner libre cours à son imagination et sa fantaisie à partir du thème qu'il a choisi d'évoquer. Abstraite, sa peinture est lumineuse et riches d'irisations là où les éléments premiers se mêlent sur une matrice que le modeleur rehausse ou métamorphose.

 

Mauron 3.jpgSes mains cherchent des sortes de fondations à des pages ou des façades englouties sous formes des tatouages sauvages. Sommes nous du côté de la chimère ou de la vérité ? Les deux sans doute car elles ne sont pas incompatibles. Tout reste de l’ordre de l’énigme et du mystère. Pas question de donner des clés au regardeur sinon celles que les indices offerts indiquent sous forme de dérives. La peinture devient l'histoire d'une accession au livre et - par l'intermédiaire de la première - une accession à soi.

Jean-Paul Gavard-Perret

L'artiste vient d'exposer à la Galerie Oblique, Saint Maurice (Vs) "gouaches nécessaires".

09/08/2019

Les "Flying Cubes" de Christina Hofmann

Hofmann.pngDepuis quelques années Christina Hofmann a choisi le cube comme module de base de ses sculptures. Néanmoins la Zurichoise ne le traite pas à la manière d'un ce que Pol Bury affirme dans "Les horribles mouvements de l'immobilité" : "la chair est étrangère au cube ce qui le rend sans doute un peu triste".  La plasticienne ôte à l'aspect formel, rigide et géométrique du cube son aspect massif et le transforme en un objet organique à travers des connexions - pointe à pointe . Elle évite de la sorte toute pesanteur statique.

Hofmann 4.jpg

Avec ce volume aux arêtes tranchées - paradoxalement - un contact d'intimité subsiste. Plutôt qu'une figure close, il devient l'"objet" d'une évolution et d'une instabilité. Ces "flying cubes" créent une autre manière de regarder le monde. Figure "minimale", selon Georges Didi-Huberman, il devient ici un objet presque magique, il échappe à sa spécificité formelle : il ouvre et entoure et se prête autant au jeu de déconstruction qui fait sentir le monde selon des angles particuliers

 

 

Hofmann 3.pngSubsiste dans ces agencement une aire de jeu au sein d'une volonté d'effacement de tout autre élément qui viendrait gâcher l'espace. L'oeuvre prolonge la série des Black Boxes du plasticien américain Tony Smith qui eux-mêmes renvoient aux cubes dessinés de Wyndham dont l'épure stylistique avait séduit Joyce et Beckett. Avec le cube le monde "parle" dans un refus du superfétatoire mais non du jeu. Hofmann 2.pngLoin de la brûlure des apparences pour celle de la "banquise" en fragment demeure là où de froid il est moins question que de chaleur. Le cube nous parle au dévers de l'intimité frelatée que propose le plus souvent l'art. Demeure en conséquence "quelque chose, mais moins que la chose, nous peut-être, moins que nous" (Beckett). Ou bien plus peut-être.

Jean-Paul Gavard-Perret

Ferrari Art Gallery, Vevey, 2019.