gruyeresuisse

10/12/2016

Louisa Gagliardi : espèces d’espaces


Gagliardini.pngLa jeune graphiste lausannoise Louisa Gagliardi impose des œuvres qui sont de véritables usines à gaz. Recherches personnelles ou travaux de commandes qu’importe : histoires, anecdotes trouvent un traitement aussi impeccable que surréel. Il existe là des féeries glacées impressionnantes déclinées à travers des points de vue subjectif ; celui de ses « narrateurs » et celui de la créatrice elle-même à travers ses traitements numériques. Jaillissent divers types de hantise des lieux en une poésie mystérieuse et prégnante. Un ordonnancement subtil, acéré (mais doux parfois) crée un langage particulier. Rehaussé de volumes géométriques les images peuvent servir de cautions au rêve. L’anonymat décliné sous forme de structures crée une énergie ténébreuse.

La puissance immobile, épurée et chargée de silence des monstres architecturaux comme égarés dans un tel contexte suggère un équilibre où le jeu du lointain fait celui de la proximité. Sous l’apparence crue un lieu dégagé de toute facticité aguicheuse ou de pure « façade », se produisent une complémentarité et une harmonie intempestives. L’oeuvre renforce l’idée que l’architecture est réactive et « métaboliste ». L’imaginaire graphique permet donc franchir des seuils et reste au service de rapports complexes. Masses et ruptures de plans font que les structures et leur contexte se regardent et se complètent. L’espace y devient temps. Temps non pulsé mais à l’indéniable force suggestive.

Jean-Paul Gavard-Perret

Louisa Gagliardi , « Notes for later », Galerie Rodolphe Jansen, Livourne, de12 janvier au 11 février 2017.

 

04/12/2016

Le silence de l’île : Barbara Bonvin

 

Bonvin.jpgBarbara Bonvin, « Impressions d’Islande », du 2 au 18 décembre, La Menuiserie, Lutry

Barbara Bonvin, à travers différentes techniques (peintures, estampes, dessins) évoque l’Islande en tant que corps et peau. Partant d'une expérience existentielle qui puise sa source dans l’île habilement remodelée par les interventions plastiques, l’artiste entame une desquamation et un tatouage loin de toute posture psychologisante même s’il s’agit d’un poème d’amour tendu vers la terre double qui souffle le froid et le chaud. Le souffre n’y est plus mortel. Les images et les techniques sont choisies par souci d'économie sémantique et bien sûr pour la rythmique qu’elles génèrent.

Binvin 3.jpgLe dévoilement poétique a donc lieu par des images « matières » autant que sens. D’où cette palpitation du vivant en une mise en scène minimale en s’appuyant sur les espaces - tissus et tessitures. Le corps de l’île est évoqué en harmonique et dissonance loin de toute métaphore. L’élément marin et la force tellurique de l'île sont pris dans l'infini de leurs fluctuations  aux masses floues et indistinctes mais la plasticienne  évite le piège de la confusion afin de présenter une infusion vitale là. Elle peut s’écrier : "je suis en territoire - conquise mais non en territoire conquis".

Jean-Paul Gavard-Perret

03/12/2016

Agnès Giard : poupées de circonstances


Love Doll.jpgAgnès Giard, "Un désir d'humain, les love doll au Japon", Éditions Les Belles Lettres, Prix Sade 2016. L’auteur présente son livre le samedi 10 décembre à la Librairie HumuS, Lausanne.

Spécialiste des marges de la culture nippone, Agnès Giard s’intéresse dans son dernier livre aux « love doll » présentées par leurs fabricants et selon une « belle » tartufferie non comme objets (de luxe) sexuels mais « filles à marier ». De fait elles deviennent, et si l’on peut dire, le cache sexe de la misère sexuelle et de la solitude. Visage absent, corps édulcoré cette poupée-ustensile de grandeur nature fluidifie le manque par approximation. Elle propose la vision d’une « pin-up » idéale, fétichisée, espérée peut-être.

 

 

 

Love Doll 2.pngLa carburation du fantasme peut y avoir livre cours selon une économie libidinale au rabais. Intrinsèquement de telles « produits » posent les problèmes fondamentaux du voir et de la possession d’une femme en un déplacement « jouet-sif ». Un tel objet-sujet renvoie son propriétaire à une image narcissique au moment où de fait la poupée entretient par procuration la convention collective des pactes sociaux forgés par les hommes et pour eux. Cette femme devient la fausse note qui permet au chœur masculin d’assouvir un brame érotique sans sortir de sa tour « d’y voir ».

Jean-Paul Gavard-Perret
.