gruyeresuisse

25/03/2022

Alberto Nessi l'enchanteur

Nessi 3.jpgEcrivain majeur de la Suisse italienne où son oeuvre prend racine, Alberto Nessi crée une poésie à la fois lyrique et narrative, profonde et légère où il fait preuve d'un sentiment fraternel constant. Les dessins de la Genevoise Albertine complète cette réinvention du monde et de ses paysages.

Surgit un espace mental et sensoriel, indicible et envoutant. Exit tout fracas. Un monde précieux est là pour affirmer la puissance d'un monde vital de sensations.  Alberto Nessi crée une poésie de l’espace en des cavales et cavalcades de rameaux en finesses et cristallisations de lumière. Les tropiques alpins n'ont plus rien de tristes et  se transforment en paradis terrestres que la poète collecte et magnifie.

Nessi.jpgL’espace reste toujours en recréation. Les formes semblent toujours fraîches et naissantes entre circulation et immobilité. L'image offre un réel qui se prononce avant la parole dans la volonté de rejoindre l'ouvert et  d'annuler l'angoisse. C'est d'une certaine manière l'ode visuelle là où plantes et d’animaux dialoguent avec nos âmes.

Jean-Paul Gavard-Perret

Alberto Nessi, "Rime facili per grandi e piccini", avec des dessins d’Albertine, Edizioni Casagrande, Bellinzona, 2022, 96 p., 14 E..

Alfa bée

Bambou.jpgAu fond, le but ce n'est pas tant d’écrire et encore moins de composer un livre, mais d'être dispos à la rêvasserie pour ralentir la chute. Haro sur ceux qui disent : "regarde cette pierre, elle porte la présence de la mort". Je leur dis merde . Mes jambes poursuivant leur basse besogne, enjambent un tel caillou, poussées par la tentation de piétiner quelque sente mousseuse plutôt que de rester dans l’axe de la chaussée pavée. Quitte ensuite et surtout à confier la direction de l’affaire à d'autres extrémités que mes jambes. Voire de les reposer dans le lit de celle qui en sa remise me réserve les fruits nécessaires aux  vibrations  de cinq à sept où il n'est pas question de jouer les ascètes. A vrai dire en de tels moments existent toujours les mêmes mots : l 'indivis, l'invisible s'y rassemblent pour  ne rien laisser à la mort. Que notre squelette lui appartienne depuis le premier jour certes, mais ce qui le recouvre n'appartient à personne d'autres que nous. Nous en sourions et en sommes fort aise, même si avec l'âge le seul secret est de s'accrocher à la jeunesse. Allez Vieux Savoyard oublie ton almanach et fait encore un effort. Et le voilà conscient de la  certitude du seuil et du monde des origines. Dire qu'il fallut des millénaires pour le rendre visible, et bien des siècles encore pour le dire grâce à l’invention de l’alphabet qui ne remonte guère qu’à trois mille ans. Il réussit avec si peu de lettres à rappeler le port de  l'amante parée de ses bijoux secrets qui entre dans la chambre nuptiale. Les mains s'en emparent, la divise en deux parties égales pour y glisser le germe et son ondée.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Photo Sabrina Bambou

24/03/2022

Les vagues à l'âme de Gerhard Maurer

Maurer.jpgGerhard Maurer, "What Are We Waiting For",  texte de  Anja Bohnhof, Fotohof, Salzbourg, , 96 pages, 2022.
 
Gerhard Maurer est né 1967 à Klagenfurt, Autriche où il vit et travaille. A cause de la pandémie, des confinement et de la distanciation sociale qui ont façonné la coexistence ces dernières années, il a créé un document multicouche de photographies silencieuses et esthétiquement condensées.
 
Maurer 2.jpgCe livre se veut rempli d'images sourdes et muettes. Il est aussi un ouvrage sur la solitude et la perte de certitudes dans les zones urbaines et rurales. De fait Gerhard Maurer a créé pendant tout ce temps un travail introspectif à travers les paysages. S'y découvre par le bais de l'extériorité son monde personnel.
 
Maurer 3.jpgMais par delà son cas, le photographe invite à réfléchir sur ce phénomène qui s’est emparé de la société dans son ensemble. Toutes les photos deviennent des "insulae" poétiques qui transmettent des émotions de base contre une certaine "néance" et pour la contredire. Les prises par ce qu'elles découpent et suggèrent se veulent le lieu d’origine du silence, de la solitude et de la fragilité de notre propre existence.
 
Jean-Paul Gavard-Perret