gruyeresuisse

22/01/2020

Angèle Casanova : le sel de la terre

Casanova.jpgLa solitude n'a besoin du désert pour trouver son plus juste miroir : la ville fait suffisamment l'affaire. D'où cette suite de tableaux parisiens où la douleur de bien des femmes refait surface. Pour autant Angèle Casanova ne fait pas dans le pathos. Tout passe par le topos du quotidien entre chaos et oeuf mimosa et ce paradoxal éloge  du secret livré pour tenir tant que faire se peut.

Casanova 2.jpgEn des suites de dérives la créatrice se dédouble comme le font ses "héroïnes" pour se sentir exister avec quelqu'un en elles qui n'est pas l'autre mais celle qu'elles ne peuvent contenir. Et si une force dépasse l'instinct de destruction néanmoins la lassitude est grande. Pas de nostalgie pour autant car ce serait une illusion d'optique. Il se peut qu'un jour de telles femmes s'envolent pour des terres lointaines. C'est ce que voudrait croire Cauda qui pour illustrer ce livre se fait grave. Il quitte un certain empressement et jovialité et pratique le recueillement. Car la douleur ne se marchande au carnaval des joyeusetés.

Casanova 3.jpgCe n'est ni le néant ni l'absolu qui s'atteignent ici mais l'invitation à rester somnambule par la vertu d'un certain ennui d'entre les murs ou dans les rues au bas duquel rampe un filet d'eau de pluie en ce qu'on ose nommer rigole... Y glougloute l'appel étouffé du chemin à parcourir sans compter les heures. Il faut se prêter à cette seule liberté humaine dans l'indifférence des pierres douces comme des asphodèles. Il faut aussi apprendre à patienter. Jusqu'à la terre qui nous est donnée. Ou celle que l'on se donne et qu'il s'agit de creuser.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Angele Casanova "Terre Creuse", illustration de Jacques Cauda, Z4 editions, 110 p., 14 E., 2020.

20/01/2020

Jean-Charles Massera : déprogrammation des poncifs

Massera Bon.pngJean-Charles Massera – Transition attentionnelle volet 1 : « L’enfouissement de la puissance », Centre de la Photographie, Genève, du 4 décembre 2019 au 2 février 2020

Fondé en 1984 le Centre de la photographie Genève est depuis 2001 un laboratoire de recherche. Il élabore de nouvelles formes pour présenter et penser la photographie en lien avec les autres arts et la société contemporaine. Pour son exposition Jean-Charles Massera écrit :"La Transition Attentionnelle est un rêve, le rêve d’un imaginaire et d’une culture dont les objectifs ne seraient de dépasser le seuil des 1.000 milliards de dollars de capitalisation d'offrir" et ce pour ouvrir d'autres visées que celles indexées sur des logiques de croissance, d’expansion, de puissance et de domination. Contre les logiques qui conduisent à notre propre destruction, il propose des "représentations à notre échelle (et non plus à celles des intérêts que nous servons), des images qui remonteraient le cours de l’Histoire et de notre formation « d’homme » et de « femme".

Massera bo 2A.jpgLe photographe remet en scène le corps et ses désirs en des lieux qui se différencient de notre imaginaire téléguidé et notre culture programmée. Il s'agit pour lui de "désessentialiser, dégenrer et redistribuer les rôles". Après de nombreux travaux d'écriture sur des artistes et cinéastes dont Stan Douglas, Pierre Huyghe,Jean-Luc Godard, Wong Kar-Wai publié aux éditions du MIT (tandis que ses écrits littéraires ont été publiés par les éditions P.O.L.) il prolonge son travail par des photographiques, vidéos ou des compositions radiophoniques pour atteindre un public plus large. L’exposition au Centre de la photographie Genève se déroule en partie dans les rues de la Ville de Genève au moyen d'affiches qui ne mettent pas en avant un message de consommation par tout un système de détournement.

Massera 2.jpgNeuf photographies horizontales montrent principalement une jeune fille d’une dizaine d’années et sa mère absorbées par le jeu avec un des objets de la domination masculine (la voiture). Des vidéos dont "Growth Can Dance" explore le rêve d'un autre monde plus lent où le travail deviendrait une expérience sensuelle sans différences de genre et où les relations de pouvoir seraient désactivées. "La Quadrature des sentiments externalisés" propose une relecture de Pierre Bourdieu et de Mario Kart. Un homme aisé met soudainement en doute ce qu’il croyait être, ce qu’il croyait aimer le tout au sein d'une confession étrange. Ecriture, photographie, vidéos inscrivent donc une (dé)programmation essentielle.

Jean-Paul Gavard-Perret

19/01/2020

Mariette chamane et cat-woman

Mariette.jpgMariette , une nouvelle fois , répare le disjoint dans une oeuvre de piété athéologique qui est une résistance à tous les enfermements. . Descendante de Borée et de son souffle, elle ne cesse d’ouvrir les champs des possibles dans des opérations à coeurs ouverts ou ravaudés.Une force primaire, vent ou Titan, souffle sur cette oeuvre qui redonne aux arts dits singuliers une beauté qui n'a rien de bricolage.

mariette 2.jpgPour autant Mariette ne se prend pas pour une démiurge .  Elle taquine le sacré et sa relique avec fantaisie mais sans flagornerie au nom d'une scansion vitale : l’inerte est remplacé par le vivant dans la justesse de tangage que l'artiste lui attribue. Son travail de fourmi mais aussi de cigale va et vient pour transformer les vanités classiques en monstres opérationnels.

 

 

 

 

Mariette 3.jpgDes anges coulent des pampres et ceux-là deviennent des cornes d’abondance. S’y traduit le mélange des genres au sein de morceaux décomposés, renoués, tordus, enchevêtrés. La fantaisie visuelle propose des anamorphoses poétiques inédites. Et Mariette réinvente à sa main des hauts lieux de l’imaginaire. Il perce le réel tout en déployant ludiquement l’effacement de tout but étroitement religieux. L’art se réinvente par harnachements et rébus d'une virtuosité exceptionnelle là où tout reste en vibration, commotion, chocs, braises et brandons magiques.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Mariette "Substances d'immortalité", Bibliothèque Jules Vernes, 7éme biennale des z'arts singuliers et innovant, Saint Etienne, février 2020. Et voir le site de l'artiste