gruyeresuisse

11/04/2019

Quand la lune est l'autre

Lune.pngEntre science et création artistique et au moment où se fête les 50 ans des premiers pas de l'homme sur la lune, l'exposition tente de tout embrasser sans rien de lunatique mais peut être de manière trop ambitieuse ou paresseuse parfois (les couvertures des albums de Tintin). Le tout sans que le sens à accorder à la lune soit précisée bien que l'astre nocturne soit un poncif ou un pilier des structures de l'imaginaire.

 

Lune 2.jpgHors parcours chronologique et en 5 parties se mêlent instruments scientifiques, cartographies et documents d'archives d'avant hier et d'aujourd'hui et oeuvres d'artistes contemporains (Philippe Fleury, Man Ray, Hergé, Turrell, Ange Leccia) sans oublier des œuvres plus anciennes  - du  romantisme notamment dont ce fut un éclairage et un miroir de la vie revêtue de songes.

 

Lune 3.pngIl existe là de beaux moments là où la création contemporaine est présente de manière heurtée mais réussie. Certaines oeuvres semblent mal ou peu justifiées, mais d'autres sont étonnantes. Côté peinture reste un effet d'accumulation parfois étrange entre Dali, Boudin, Manet, Philippe de Champaigne et bien d'autres encore. Le clair de lune se cache parfois derrière certaines croutes. Mais au delà de surfaces arides jaillissent de petits trésors entre science et poésie mais au sein de cohérences trop défaites pour faire réellement rêver  comme "dark side of the moon" de Pink Floyd le permet.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

"'La lune : du voyage réel au voyage imaginaire", Le Grand Palais,Paris, jusqu'au 22 juillet 2019.

10:53 Publié dans Culture, Images | Lien permanent | Commentaires (1)

10/04/2019

Saul Leiter : éros énergumène discret


Leiter 2.pngSaul Leiter dans ses photographies d'intérieur crée des compositions aux angles complexes qui tranchent avec ses photos de rue. Il se fait même parfois peintre, joue de divers effets de distance et reflets. Il y inclut au besoin des éléments abstraits pour troubler l'image où se mêlent du flou ou d'un  vide. Ses peintures comme certains clichés de nus, l'artiste refusa longtemps de les montrer.

 

Les couches de peinture se combinent en un mélange de lignes volatiles en hommage à Bonnard un des "maîtres" de Leiter. Celui-ci a par ailleurs pris des milliers de photos de femmes nues (amies et amantes). Ce choix de proches donnent à ses prise une légereté et un érostisme particulier là où certaines sont les plus osées (masturbation) par exemple.

 

 

Leiter 1.jpgLes clichés  "maximalistes" inclus dans cette exposition ont donc rarement été montrés. Entre autre la série de photographies prises en 1958 dans un chalet d’été à Lanesville. Ce sont les seules images nues que Leiter réalisa en couleur. Et s'y révèle tout l'art de la composition. Tout un aspect méconnu et parfois inédit de l'oeuvre est ainsi offert au regardeur.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

"Saul Leiter: East 10th Street", galerie Fifty One, Anvers, du 7 mai au 29 juin 2019

08:57 Publié dans Culture, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

09/04/2019

Cécile Xambeu : en général les histoires d'amour finissent mal.

Xambeu 3.jpgCécile Xambeu, « Angèle n’a pas de sex appeal et craint pour ses ailes », Editions des Sables, Genève, 25 CHF

Créatrice polymorphe et performeuse - au sein de sa compagnie genevoise « C’est quand qu’on va où » qui séduit actellement le canton suisse et ses environs. Le spectacle fait connaître de grands textes fondateurs de la poésie contemporaine  et des musiques majeures (de Ravel aux compositions du percussionniste Lucas Duclaux-Loras) et ce avec une belle santé - Cécile Xambeu est aussi la poétesse enjouée et grave des sentiments universels.

Xambeau 2.pngAu théâtre, son texte "Mater d'Asile" (monté il y a quelques années à Genève) mettait en exergue l'amour filial et les personnes âgées en déshérence. Dans sa vie d'Angèle (largemennt autobiographique?...) elle fait partager ce que nous éprouvons dans nos histoires d'amour. Leur "usage" n'est pas forcément facile, facile (euphémisme). Et parfois l'auteur le rappelle à travers ce qui se passe (ou ne se passe plus) : "M’asseoir un moment pour assécher mes yeux / les sentir insensibles à la beauté des lieux / Cacher ma peine sous les fagots de bois. / Oublier ma déraison, mes émois /Tu n’es pas amoureux /ça me plie en deux." Tout est dit.

Xambeu.jpgNéanmoins pas question de renvoyer l'amour à une fin de non recevoir et qu'importe s'il entraîne parfois ses éclats de voix. Va pour le Pierrot d'amour. "Moi sa peau, elle me console / c’est un peu mon eldorado / je va lui oter sa camisole / Vu que j’aime bien ses défauts /Y me fait craquer, même habillé /je va quand même jeter son costard / voler son coeur, /le pousser dans l’plumard". Cécile sait xava xavaça (comme disait Queneau) pas durer toujours. Mais sans flacon comment trouver l'ivresse ? Il faut préférer qu'il se casse plutôt que de renfermer son propre cœur dans une urne de porphyre. Et qu'importe après tout si certains porcs le font frire.

Jean-Paul Gavard-Perret