gruyeresuisse

20/04/2019

Doris Pache : effacements et apparitions

Pache.jpgDoris Pache, "Silence de couleurs", Galerie Anton Meier, Genève, du 2 mai au 29 juin 2019.

 

Les oeuvres récentes de Doris Pache poussent plus loin son besoin d'espace et de lumière. Hors contextualisation le "paysage" s'étend dans l'infini des éthers. Demeure l'énigme de lieux où le silence parle par le jeu des couleurs subtiles.Rien n'existe que ce mystère. L'espace pictural est rendu à une grammaire indicible.

 

Pache 2.pngEchappant à toute conceptualisation, allégorie, symbole mais tout autant au scepticisme distingué et marmoréen, la couleur vibre dans un courant continu au sein d’un processus d’effacement dont l’artiste préserve des points d’échappement. Sortant des gamineries où l’égo de certains artistes se complaît, Doris Pache ne sollicite aucun fait, évite le récit et ne cherche pas à ciseler de l'ornemental. Existent une méditation affective (mais sans épanchement lyrique) et une médiation sur le sens à donner à ce qui est ou reste. La créatrice oppose au "concept" un élément mystérieux. N'est-ce pas là l’essence d’une expérience picturale aussi élémentaire que capitale ?

Jean-Paul Gavard-Perret

 

19/04/2019

Les brouillages subtils de Guillaume Dernervaud

Denervaud.pngGuillaume Denervaud, "Zones furtives", Collectifs Rat, Tsar, 76 p., 2019, CHF 26, Vevey. L'artiste présentera son livre à la galerie Balice Hertling, Paris.

Dans "Zones furtives" , les dessins de Guillaume Dénervaud dialoguent avec deux textes de fiction : "Coming of Age: Robotique" de Mark von Schlegell et "Callum Hills" de Barbara Sirieix. A sa façon l'oeuvre transforme le fétichisme de l'image et la loi des textes comme si l'artiste en montrait d'invisibles composants ou anfractuosités.

Denervaud 2.pngIl poursuit ses différentes expériences et tentatives afin de casser une forme de conscience perceptive par le renouvellement de dispositifs stratégiques de la structure de ses images "végétales" reprises dans un travail graphique aussi impeccable que perturbant dans ses débordements.

L'ensemble reste néanmoins parfaitement maîtrisé dans la fragilité de ses formes et de ses couleurs. Les découpes foisonnent en un dynamisme grouillant.

 

Dernervaud 3.png Sous le mouvement des formes se cache une vision plus âpre suggérée par les deux textes. Ce travail joue du rassemblement comme de la déliaison. Contre la rigidité du monde, la souplesse des formes propose un système de féerie originale et dérangeante.

Jean-Paul Gavard-Perret

18/04/2019

Lone Morch : moirures

 

Morch 2.jpgLone Morch remplace les propriétés de la donne initiale des corps féminins. Ils se transforment néanmoins en "visages" au sein d'un retournement narratif qui est lui-même de la relation entre le corps, l'eau ou l'air. La photographie devient le geste même de la récurrence comme porteur de contenus narratifs disparates en de tels jeux d’apparition des corps raturées en des narrations et leurs vacillations aquatiques ou autres comme fantasmes de mondes.

 

 

Morch.jpgLes propositions font intervenir à son insu le corps miroir. C'est lui qui intercepte la lumière en une attestation transmissible en termes graphiques ou picturaux. Le même devenu étranger à soi se transforme dans une phénoménologie qui est également la brisure de la psyché dans laquelle l'art se complait. Bref Morch rompt le récit officiel pour le faire devenir pensée dans des figures ou des narrations mentales.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Lone Morch, "Embody".

 

 

 

18:57 Publié dans Culture, Images | Lien permanent | Commentaires (0)