gruyeresuisse

21/01/2019

Le vide et le plein : Dominique Wildermann

wildermann bon.jpgLa série "Nobody knows" et "Anna" crée une ouverture ou un abyme sur une psyché (fantasmée ?) à travers une narration où la femme est multiple et une, présente et disparue. Le tout dans la mise en scène d’une hantise : celle que crée l'ancienne locataire de l'appartement où vit désormais la photographe. Dominique Wildermann entreprend la portrait de cette inconnue.

Wildermann 4.jpgElle interprète le personnage d’Anna jeune en mêlant sa présence avec celle d’un modèle de trente ans son aînée. La différence d’âge crée un étrange chant entre rêve et dérive, attente et présence. Le tout dans une beauté où le corps dit âgé révèle un charme particulier. Dominique Wildermann pose sur lui un regard amoureux. La femme et son modèle partagent une proximité : fument, prennent un bain ou se maquillent ensemble. Chaque scène est superbe.

Wildermann 2.jpgLes ombres ne paraphent pas les choses. Un résurrection par effet de double a lieu. L'artiste est elle-même avec cet autre dont elle sent la présence. Son esprit oscille dans les images qui mêlent les temps. Le corps se retourne sur un autre corps. Une mémoire visuelle récolte ce qui ne s'est pas forcément passé comme Dominique Wildermann le raconte. Mais elle est portée vers ce corps plus âgé et érotisé dont elle recueille des fruits d'amour. Celle qui n'est plus là d'une certaine manière n'a pas bougé en ce qui vient et ne peut se nommer.

Jean-Paul Gavard-Perret

Dominique Wildermann , "Anna" et "Nobody knows", ENSSIB, Villeurbanne et Galerie Domus, Université Claude Bernard Villeurbanne, du 22 janvier au 25 février 2019.

11:51 Publié dans Femmes, Fiction | Lien permanent | Commentaires (0)

20/01/2019

Marcia Hafif et les enjeux de l'art

Halif bon.jpgMarcia Hafif, "Inventaire", Mamco, Genève, du 27 février au 5 mai 2019.

Le 1er janvier 1972, Marcia Hafif fait - sans le savoir ou presque - un dessin emblématique. Il va devenir la base de son travail : une série de marques verticales commencées en haut à gauche au crayon  envahit progressivement tout l'espace. Elle déplace ensuite cette même technique en un autre support et en couleur. C'est pour elle le premier "pas du pas" afin de se dégager d'une forme d'écriture et toucher la vibration de la peinture en tant que seule figure de la figure.

 

Halif 3.jpgLa Californienne, aprés avoir enseigné en primaire et fait des études d'histoire de l'art arrive à Los Angeles et travaille à la Ferus Gallery. Selon son historiographie, une exposition de Morandi la pousse à partir pour l'talie. Mais son intérêt pour la Renaissance, la mosaïque n'y est pas pour rien. Elle y réalise - sous l'influence de l'architecture, de la signalétique et même ce Cinecitta 500 peintures, collages, sérigraphies dessins qu'elle "oublia" pendant trente ans avant qu'ils soient présentés au Mamco (entre autres) au début du nouverau millénaire.

Halif.jpgTout ce travail annonce se monochromes qu'elle définit comme des « peintures à une seule figure ». Sa peinture non-figurative plus qu'abstraite prend ses motifs dans le réel. Ils sont réinvestis selon une esthétique pop ou selon des coloris inspirés souvent par l'architecture de diverses villes. Elle devient une des artistes qui soulignent les mutations plastiques de l'art. "Inventaire" permet de suivre l'oeuvre en son épopée plastique.

Jean-Paul Gavard-Perret

19/01/2019

Jeong Mee Youn : le rose et le bleu

Yoon.jpgDans son nouveau projet la photographe Sud-Coréenne Jeong Mee Yoon cochent deux cases (au moins) de l'art. Elle propose une fantaisie coloriste grotesque et une critique d'une civilisation (mondialisée ou presque) quant à la question du genre et de sa représentation mais aussi du consumérisme face à l'enfant roi.

Yoon  2.jpgLa créatrice photographie filles et garçons entourés de tout ce qui appartient à leur univers (rose pour les premières, bleu pour les seconds). En un tel miroir les évidences parlent d'elles-mêmes. La "déco" n'est plus une ornementation mais le propos même du livre.

Yoon 3.jpgChaque photographie avance à travers d'apparentes digressions qui font sens. Tout cela "cuit" comme il le faut. Preuve qu’en art le performatif n'existe que lorsque l’écriture plastique devient impertinente par la drôlerie. Elle fait sa morale coruscante et doit tout à ce qui la produit et à ce qu'elle produit elle-même. Ce type de rapport pourrait sembler enfoncer une porte ouverte. Il n'en est rien. Laissons au lecteur le plaisir de le découvrir.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jeong Mee Yoon, " The Pink and Blue Project", Edition Nadsine Barth, Hatje Cantz, Berlin, 2019, 176 p., 40 E..