gruyeresuisse

18/04/2018

Peter Kernel : un homme et une femme

Kernel 2.jpgPeter Kernel, « The Size of the Night », CD label On The Camper, 2018.

Peter Kernel est un duo rock suisse, composé du graphiste Aris Bassetti et de la cinéaste Barbara Lehnhoff. Depuis 2011, le groupe propose des expériences musicales extravagantes et des prestations scéniques impressionnantes. « The Size of the Night » donne un nouvel aspect au « chant » d’amour. Il devient des plus sensuels, la musique se réduit à une simplicité palpitante selon une version originale d’un « je t’aime moi non plus » transpirant et animal. Celui d’une passion torride entre les deux amants.

Kernel.jpgLes deux artistes renouvellent la « pop » (même si ce mot est dans leur cas trop général) via une sorte de punk et un krautrock. Ils deviennent ici – et comme souvent chez eux – une page de leur journal intime rendu publique. Nul message sinon l’évocation d’une relation de couple soumis soit à des conflits ou -comme ici - à des rapprochements « instinctifs » soulignés par une base rythmique d’un flux constant. Surgissent, loin du poncif, du fort, du très fort, parfois du problématique et ici de l’emblématique.

Kernel 3.jpgCeux qui furent jadis maître et élève ont d’abord collaboré sur des vidéos et leur bande son : ils ont commencé à enlever les vidéos et à rajouter des voix et Peter Kernel est né naturellement. Chaque album – conçu, composé et produit par les deux amoureux depuis 10 ans - demeure plein d’éboulis, de saillances et percées flagrantes. Et lorsque tout pourrait se calmer les protagonistes accélèrent les vagues de basse trémulante et tranchante. « The Size of the Night » devient XXL : elle gifle ou caresse pour estourbir l’auditeur « voyeur » sur une musique coulissante, frottée, frappée, insufflée et filant à toute allure vers certaines acmés.

Jean-Paul Gavard-Perret

Animaux joyeux (ou non) de la misère – Antoine D’Agata

D'agata bon.jpg« Contamination » proposent une trentaine de tirages couleur et noir et blanc d’Antoine D’Agata. Elle couvre 20 ans de travail et se complète d’une installation vidéo inspirée de son dernier film Atlas. Les prises semblent parfois esthétisantes mais de fait elles restent la résultante d’une recherche radicale sur la condition humaine des exclus soumis à la prostitution, la violence urbaine et la drogue. L’artiste cherche néanmoins toujours là beauté là où il n’existe apparemment que la perte et le néant qui jaillit ici par la chair elle-même.

 

D'agata 4.jpgCelui qui affirme « Le terme d’artiste ne me convient pas; c’est trop lourd. Je me vois plutôt comme un agent de contamination », met à nu les êtres que Guyotat nomme « les joyeux animaux de la misère » (Gallimard). Tout est grinçant voire scandaleux et blasphématoire. La douleur reste en effet présente. Et le photographe s’immerge totalement dans ce monde pour ressentir au plus près un peu de ce que ses « modèles » vivent au sein de pulsions sexuelles qu’elles doivent assumer.

D'agata2.jpgChaque prise instruit des situations brutales mais de manière aussi prégnante qu’indirecte. D’Agata transforment les scènes de saillies, de prises dans les bordels en des sortes d’hallucination. Au sein de la violence une sorte d’élan lyrique prouvent comment les esprits redeviennent animaux. Et ce n’est pas un hasard si dans cette série, une photographie de chien errant jouxte celles des hommes.

Jean-Paul Gavard-Perret

Antoine D’Agata, « Contamination », Charbon Art Space, Hong Kong, 2018.

16/04/2018

Christophe Rey : associations, dislocations

Rey.jpgChristophe Rey, « Claquettes et ornithologie », Editions Héros Limite, Genève, 2018, 240 p., 28 CHF, 20 E.

Dans un mixage de "choses hétéroclites, nobles ou triviales, grossières ou délicates, complexes ou absurdes", Christophe Rey invente les listes qui sont autant de filtres, de philtres ou de grilles afin de saisir le monde à travers des biais comiques qui forcément sollicitent non seulement l’attention mais l’imagination du lecteur. D’autant que la manière de « monter » et montrer chaque liste n’a rien de figé. Tout se succède en une suite de « tableaux » sauvés des eaux ou du zoo humain.

Dans une telle raffinerie la valeur ou le vecteur dominant est le tacle : celui des rafales qui giflent la page, ratissent plus ou moins large afin que le lecteur s’y empale ou s’y estourbisse l’âme dans des agencements aux reliefs maltraités et où personne ne peut trouver la confirmation de ses savoirs acquis.

S’ensuit un examen de passage, un adoubement par figures polymorphes et hybrides qui ne résolvent en rien la question du motif. Il y a donc de quoi toujours caler sur les poncifs, de mordre dans la feinte et la poussière sans rien de pouvoir croire dur comme fer. Là où pourtant tout pousse à plaire et où sourd du neuf, du fort mais pas du réconfort. Les imbéciles risquent même d’être saisis d’une stupeur totémique.

Jean-Paul Gavard-Perret