gruyeresuisse

16/03/2018

Gérard Depardieu à Genève : qui d’autre ?

Depardieu bon.jpg« Depardieu chante Barbara », Théâtre du Léman, Genève, le 15 mars 2018

Gérard Depardieu est l’anti Orson Wells. Il n’a pas besoin de cabotiner, de jouer les ogres pour s’imposer. Dans une mise en scène où les lumières cherchent leur ombre, le comédien devient ailé, accompagné au Piano par Gérard Daguerre. De Barbara il reste tout. Plus même. La chanteuse jouait parfois d’effets superfétatoires. Le comédien ramène le chant à sa vérité première, récure dans son minimalisme tous les faux « cuicui. »

Depardieu 3.jpgDuras en voyant un tel « récital » aurait dit « c’est sublime forcément sublime ». Et qui d’autres d’ailleurs a su la dire Duras, comme il « parle » Sarraute et chante Barbara ? Gérard Depardieu est la voix des femmes. On oublie sa masse : ne demeure que la Présence. Ethérée et légère. Aérienne. L’acteur est le plus étonnant des minimalistes. Il offre une rencontre d’exception par les inflexions de sa voix, le détour d’un regard, l’esquisse d’un geste. Tout est aussi maîtrisé qu’instinctif.

Depardieu.jpgLe comédien est capable de faire résonner le silence d’une voix rauque, tendre et légère. Elle parle, s’efface devant celle à qui il prête la sienne. Nulle arrogance, nulle impudeur. Depardieu devient le passeur de polarités opposées. La vie avance sans impudence. Là où les mots se creusent, la langue est sans âge mais non sans mémoire. C’est la langue du corps et de l’âme. Celle de l’homme par les femmes. Des femmes à travers celui qui les « entend ». Tout doit autant à l’attente qu’au silence, à l’ignorance qu’à l’amour. La parole n’hésite plus à prendre des risques. Depardieu fait de même : il a choisi de ne plus se taire, de ne plus se terrer : il parle, il va parler, il va..

Jean-Paul Gavard-Perret

15/03/2018

Les attractions presque immobiles : Lara Gasparotto

Gasparotto 3.jpgAu fond de l'ennui, l'ennui lui-même est donné comme présence absolue au moment où la photographie devient un presque rien essentiel dont - qui sait ? - nul ne se remet vraiment du moins pas en totalité. Ce qui ne veut pas dire pour autant que la photographie ne renvoie pas à la réalité. Entre pluie d’hiver, pluie d’été demeurent des cheminements sans but ou une incertitude de chemins fait de « restes » imprévus en diverses errances.

Gasparotto 2.jpgL’image n’est plus simulacre, relique ou écran mais objet de connaissance d’une proximité ignorée et qui se délite. Et soudain la photographie ne se quitte pas : elle enchante paradoxalement même si elle ne sauve rien. Son labyrinthe se parcourt en toute sa surface et ses moindres recoins pour essayer non de s’en sortir mais d'estimer de quoi nous sommes « faits ».

Gasparotto.jpgL’ennui est toujours là. Mais parfois l’extase n’est pas très loin. Puisque de chaque prise quelqu’un en sort sans dire qui comment. Chaque prise sort de la sphère du document afin d’entrer dans la poésie pure. L’humain demeure central même lorsqu’il n’est pas « dans » l’image de celle qui capte le réel afin de lui donner sinon un sens ou du moins sa consistance défaite mais toujours à reprendre.

Jean-Paul Gavard-Perret

14/03/2018

Jean-Claude Bélégou : « dire » les corps ou la communauté avouable

Belegou 2.jpgJean-Claude Bélégou lorsqu’il saisit les corps nus, les sort de l’anecdote sexuelle. Il pose la question insondable du lieu où finit l’âme et où le corps commence. Il prouve aussi et combien il n’existe pour autant jamais, là, de frontière précise.

C’est sans doute pourquoi réside en de telles prises la « pietas » romaine bien différente de la piété qui en a découlé. La première est le lien majeur, un sentiment de tendresse, un dévouement réciproque, une communion. Dans de telles photos celle-ci se noue.

Belegou 3.jpgLa chasteté n’existe plus sans pour autant que la lubricité s’empare de sa place. Nulle « souillure » mais le respect, l’abandon, une délivrance en rien obscène ou obséquieuse. Le corps devient pratiquement une cosa mentale mais  va bien au-delà. Emergent l’expression quasi « morale » de l’âme par le corps et l’émanation d’une forme de disposition psychique à l’instant du partage. Bélégou reste donc un des rares photographes à présenter l’invisible dans le visible au sein de l’hospitalité mutuelle de l’amour.

Jean-Paul Gavard-Perret