gruyeresuisse

23/11/2017

Les questions sans réponses de Pieter Hugo

Hugo.jpgLes portraits, paysages et natures mortes de Pieter Hugo ont une force rare et complexe. L’œuvre renverse les visions binaires, expose la fracture entre les idéaux et le réel et casse ce qu’on veut faire croire et ce qui existe dans les plis d’une société fragmentée non seulement entre les blancs et les noirs mais selon bien d’autres lignes de fractures. L’identité sud- africaine postapartheid présentée dans la série « Kin » (2006-2013) montre comment désormais se déploie les disparités économiques et les diverses traditions du pays. L’auteur y poursuit dans son propre pays ce qu’il entama au Nigeria, Ghana, Liberia et Botswana.

Hugo 2.jpgPortraits et paysages sont hypnotiques quel qu’en soit le sujet : les townships surpeuplés, les zones minières en désuétude, des intérieurs de maisons modestes, mais aussi des photos plus intimistes et révélatrices d’un doute. Le photographe ne triche jamais. Entre espaces publics et privés, il montre l’écart croissant qui sépare les nantis des autres. Le pays est de plus en plus coupé, blessé, violent, la ségrégation se poursuit en de nouvelles donnes.

Hugo 3.jpgTout le travail tente de répondre aux questions que l’artiste se pose « comment vivre apaisé dans un tel pays ? Comment endosser la responsabilité́ de l’histoire passée et dans quelle mesure doit-on le faire ? Comment élever des enfants dans une société́ si conflictuelle ? ». L’artiste ne trouve pas de réponses. Hugo 4.jpgMais il présente son pays d’un œil critique, contemple l’autre et lui-même afin comprendre le poids de l’histoire et le rôle que chacun tient désormais dans cette société nouvelle. De fait l’œuvre montre par la variété des prises une diffraction absolue. Impossible de trouver un sens sinon d’une segmentation que l’artiste présente telle quelle entre violence et beauté d’une puissance inégalée.

Jean-Paul Gavard-Perret

Pieter Hugo, “Between the Devil and the Deep Blue Sea”, MKK Dortmund, 23 novembre 2017 au 13 mai 2018, -

Michael Wolf : dans les villes de grandes solitudes

wolf.jpgMichael Wolf, “Life in Cities”, Galerie Christophe Guye,Zurich,

La mégalopole reste le sujet de prédilection de l’artiste installé au centre de l’une d’elles : Hong Kong. Il transforme ce qu’il nomme « l’architecture de la densité » en surfaces quasi plates et abstractions stylisées pour suggérer l’architecture des buildings de Chicago (« Transparent City ») comme des toits de Paris ("Paris Rooftops"). Le photographe souligne la problématique urbaine, les solitudes encagées mais aussi une forme de beauté. Mais c’est « Tokyo Compression » qui donne la plus forte dimension de l’être humain en son rapport aux « immondes cités » (Baudelaire).

wolf 2.jpgPeut s’imaginer en off la musique de Schoenberg et celle de Kraftwerk. La ville et ses structures sont moins des abris qu’un monde de l’entassement mais aussi de l'envoûtement. Par effet étrange l’image pivote sur elle-même afin de glisser de la surface au fond. Elle rend impossible la parole, là où l'envie d’être en vie se distingue par la vision d’une femme collée à sa fenêtre et qui semble se perdre dans un songe primitif.

 

wolf 3.jpgMichael Wolf multiple les vertiges. Le groin de nuit surgit à travers les lumières des cités par additions de lieux à corps perdu où les êtres semblent à peine réels. Les bâtiments sont à la fois épais et fluide afin que l’existence devienne plus apprivoisée que rebelle. Par plans, tout entraîne à la fois en avant, en arrière dans cet exercice de lenteur. Une telle « harmonie » à la fois vomit le néant et le nourrit.

Jean-Paul Gavard-Perret

21/11/2017

Gabrielle Jarzynski : Hirondelles en marcel

Jarzin 3.jpeg

 

Gabrielle Jarzynski ouvre bien des espaces. Elle en soulève d’autres. Avec ses sœurs ou ses congénères, elle se donne à tire d’elles ou d’eux. De telles hirondelles apportent le printemps même en hiver. Très vite cela dégénère. Mais personne pour s’en plaindre. Bien au contraire. La grivoiserie est dans l’air, voire les griseries d’heures exquises dans des parties carrées où le seul libre arbitre est celui du terrain.

 

 

 

 

Jarzin.jpegIntenable, quittant son habit noir, il entre lui-même dans le jeu. La poétesse l’accepte car elle sait qu’à l’impossible nulle tenue est de rigueur. Grâce à elle et son équipe les hommes ont vite fait de retirer leur marcel. Ils s’offrent des soirées à la Malcolm Lowry plus qu’à la Malcolm X mais si cette dernière lettre est de rigueur. Le chemin du Paradis se pave de mauvaises intentions. Nul besoin de le laver même quand il est irisé de taches suspectes : il faut que les corps exultent que se soit ceux de dockers ivres ou ceux plus tendres de coryphées en tutu.

Jarzin 4.jpgDe leur premier amour aucunes, aucuns ne se souviennent du nom. Certains ont gardé longtemps sa photo dans leur portefeuilles, certaines dans leur sac à main. Mais elle fut déchirée un jour de blues et connut le caniveau. Dès lors les hirondelles pour l’honorer s’habillent d'un doigt de Chanel (ou d’une autre Coco) et cajolent les malotrus d’une brassée de phonèmes (mais pas que...)

 

 

 

 

Jarzin 2.jpegQuand la fatigue guette leurs destriers, plutôt que de se lamenter, les succubes succulentes succombent à un lesbianisme assumé. C’est là l’apprentissage de la sagesse. Du moins celle d’un livre que les chastes yeux liront écarquillés. Ils n’en croiront pas eux-mêmes devant un tel codex du sexe. La parole ne sort plus de soie : elle vient de l’intérieur d’un tricot de peau. Du moins ce qu’il en reste. L’urgence est donc toujours de trouver son semblable, son frère. Mais sa sœur fait tout autant l’affaire.

Jean-Paul Gavard-Perret

Gabrielle Jarzynski, « les Hirondelles », Linogravures de Jean-Guillaume Kuhn, Editions Philippe Miénnée, 2017.