gruyeresuisse

29/08/2017

Amélie Bertrand : le privilège de la forme

Bertrand 2.jpgAu sein même de ce qui ressemble à la ruine il n’existe plus d’abîme. Amélie Bertrand les redresse, y insère tractions et poussées. Vagues fixes et ramifications proliférantes fascinent par la manière dont l’artiste les « stylise ». Surgit une matière de jouissance, une émotion intense par emmêlements organisés de convergences. Le partage ne se fait plus entre l’ombre et la lumière ni entre le dehors et le dedans mais entre des éléments qui se rapprochent sans se fondre même si leur place n’est pas la « bonne ».

Bertrand.jpgLa fixité est trompeuse dans un tel mariage là où le terme de matrice reprend tout son sens. L’artiste ne croit pas à la spontanéité du geste. Elle travaille beaucoup. Elle détruit sa facilité. Avec un côté Matisse dans son émerveillement. Et toujours l’intensité. Ne subsiste que l’essentiel. Il fait la marque de fabrique d’une œuvre dont le formalisme est un piège subtil. Une intimité naît à la faveur des recoupements. Les courbes, les arêtes, les ravins, les promontoires créent des intimités où il y a toujours connaître, à découvrir. Certains peuvent y perdre pied comme d’autres le perdent dans l’amour. L’ordinaire devient extraordinaire par transposition en d’étranges tropismes.

Jean-Paul Gavard-Perret

28/08/2017

Anthony Bannwart : "relire" Stendhal


Bannwart.jpgAnthony Bannwart, "Conversation avec Stendhal", Editions du Griffon, Neuchâtel. Edition de luxe des Chroniques Italiennes de Stendhal de 1847. Double intervention de l’artiste, à la fois picturale sur une double page, et conceptuelle avec un ouvre- lettres en bronze réalisé par l’artiste afin de détacher les pages. 400 €


Bannwart 2.jpgAnthony Bannwart né à La Chaux de Fonds a vécu à Londres, où il a étudié les Beaux-Arts (film, vidéo) après avoir été formé chez un maître en bijouterie et design à Frankfort. Multidisciplinaire l'artiste réalise des projets en symbiose avec ses œuvres, ses écrits ou ceux d'autres comme par exemple "Les Chroniques Italiennes" de Stendhal à travers interventions plastiques et un ouvre lettre en bronze. L'auteur utilise cette matière mais aussi l'aluminium, le granit, le cuir. En tant qu’artiste et curateur il a créé « A ses parents – variations autour de Le Corbusier » pour traiter le don, le contre don et l'exil volontaire. Il travailla pour ce projet avec Louise Bourgeois et Felice Varini, aux côtés de scientifiques, de musiciens, et d’un cycle cinématographique conçu avec George Clark de la Tate Modern. Cette œuvre donna lieu à un livre éponyme puis d'autres projets tels que «Vision of the host» et «Resilience» autour de la capacité à vivre, réussir, se développer en dépit de traumatismes exprimés par une corde sans âme renforcée, construisant de par ces lignes figées dans l’espace de nouvelles perspectives.

Bannwart 3.jpgDepuis il poursuit son « conceptual and evolutive video project » sur l’image en mouvement en une collection de séquences muettes. Son projet «Poïesis» est créé à partir de ses propres textes courts d'Anthony Bannwart : les mots sont appliqués sur la peau à l'aide des petites sculptures de bronze en forme de tampon. Capturés ensuite par la photographie, ses textes nourrissent une collection qui s’ouvre aux collaborations extérieures pour diffuser sa pensée par des canaux très diversifiés. Avec les "Chroniques Italiennes" d'une certaine manière le propos s'inverse. L'artiste tente de voir au-delà des mots. Ses interventions et l’objet inséré « percent » le logos pour créer des espaces adjacents, comme emboutis les uns dans les autres. Ils dressent une visibilité particulière afin de lire Stendhal autrement. Le corps du texte trouve un caractère particulier. La figuration prend des tours et détours et se démarque de la narration qui se condense dans les images. Elles deviennent un paysage particulier, déclenchent un récit dans le récit ou plutôt de puzzle permanent où se faufile un roman de la vue, un dérobé, une trame en une série d’interférences qui rejettent l’accessoire pour retenir l’essentiel en des espaces où parfois caresse et parfois frictionne ce qui nous échappe où s’évanouit d’avoir été jusque là si mal lu ou perçu.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Nathaly Petrova : book-in des effeuillées roses

Petrova.jpgEntre l’idéal et le réel, entre l’imagination et la sensation, Nathaly Petrova crée comme unique point de jonction du monde les morceaux de corps féminins. Ils deviennent symboles et substances. Entre le mythe et le réalisme surgissent l’éros et son exaltation en une éternité éphémère. Les biquettes au besoin deviennent bouc-innés. L’extase se savoure par découpes selon des capitonnages et parfois des décapitations puisque un crâne shakespearien traîne sur une tablette.

Petrova 2.jpgPréférant la petite mort le corps est soumis au dynamisme de la caresse dans des alcôves aux confins du réel entre ordre et « désordre » et en de silencieuses cérémonies secrètes. Une fièvre particulière s’enracine pour le temps des amours et des aventures comme chantait Françoise Hardy lorsqu’elle était naïve. La femme n’est plus une femme mais une suite d’évènements insolubles selon un sentiment qui prend sa source dans la peur de l’impénétrabilité de tout ce qui n’est pas chose mentale...

Petrova 3.jpgLe mystère et la beauté du féminin emprunte des tournures obliques. L’amour y semble un délire gymnique comparable à celui qui fait croire que l’azur du ciel est immense et rond. Dans cet univers trouble, décalé, humoristique, et même dans une certaine gravité la femme n’est jamais maussade. Du moins pas plus que la lune dans les poèmes de Reverdy.

Jean-Paul Gavard-Perret