gruyeresuisse

19/05/2017

Catherine Boss brouille les cartes

Boss.jpg

 

A travers son travail Catherine Boss pose la question de ce que la peinture montre et dans quel véritable « spectacle » sa vision s’inclut. De telles prises fascinent par leur mélancolie impalpable, leur solitude extensive et lumineuse. Entre des arpents de lumière et des nimbes de couleurs pâles où le noir et le blanc gardent un rôle important là où la segmentation abstraction/figuration n’a plus de prise.

 

 

Boss 3.jpgChaque œuvre reste béante et fermée. L'inclinaison du temps y demeure imperceptible. Une simple courbe et l’ombre qui la souligne disent combien la créatrice ne se permet pas la moindre digression, le moindre geste fantôme. Créer revient à identifier quelque chose de subtil qu’il ne convient pas de détruire mais d’isoler, de retenir.

 

 

 

 

Boss 4.jpgL’ombre se distingue du référent par ce que Catherine Boss fait apparemment « perdre voir». Néanmoins par cet effet surgit une ostentation subtile, elle participe à la présence d’une sensualité latente. Certes le corps n’est plus directement présent : il a perdu : sa couleur, son épaisseur, sa tactilité. Pour autant Catherine Boss inclut paradoxalement un plus d’éros. Dans les effets d’ombre surgit ce que l’image en sa lumière ne pourrait montrer.

Jean-Paul Gavard-Perret

Peter Wütrich et la poétique de l’espace

wuethrich.jpgPeter Wüthrich - « Deep storage reloaded »,,Galerie Bernhard Bischoff & Partner, Bernhe, 24 mai au 1er juillet 2017.

Peter Wütrich continue ses assemblages qui mêlent un géométrisme parfait à une poésie de même acabit. Les incidences polyvoques font respirer l’espace selon des enchaînements qui évitent l’enfermement. Tout respire en des glissements du compacte à l’indicible là où les plaques avancent ou se tirent selon un work in progress. Chacune au lieu de simplement « remplir », avance par changements de rythme et de débit. Wütrich élude de la sorte l’usure rhétorique.

L’œuvre est aussi avalante que dévalante par adjonction d’éléments joints ou épars. Elle amplifie et mord le lieu afin qu’une poétique de l’espace soit atteint. L’artiste y envisage des permutations possibles dans le noir et le blanc afin de lire les surfaces de différentes manières là où l’imaginaire est mis en éveil. Il se dégage de toutes approximations médiocres même si l’artiste feint un certain « laisser-faire » : au regardeur d’en profiter.

Jean-Paul Gavard-Perret

12:16 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

16/05/2017

Vasilis Zografos : la peinture et le silence

Vasilis.jpgVasilis Zografos, Phryctoria, Espace L, Genève, 18 mai au 24 juin, 2017

 

 

Dans l’œuvre de Vasilis Zografos c'est tout un paysage physique aussi bien que mental qui s'élève. Empreintes des genèses arides, lisières au tain usé, étranges érections nuageuses atteignent la nuit en haussant le ton mais sans rien agiter. Tout tient droit - ou presque mais en répondant aux sollicitations du vide
Vassilis 3.jpg

 

La peinture devient un sablier géant et retourné sur la précarité des êtres et des choses. Vasilis Zografos suggère la lenteur d'un temps étiré et règle ses images sur la lumière rétrécie. Avec le but secret d’aborder - un jour - le monde à venir avec l'émoi d'un enfant réconcilié.

 

 

 

 

 

 

Vassilis 4.jpgDans l’œuvre, les remparts s'affirment dérisoires. Des trouées sourdes sapent l'apparence. Désert que désert pour l'équilibre de part et d'autre d'un oubli tranché ou d’une légende traversière. La peinture veut offrir de belles échappées mais que peut-elle sinon induire des interrogations muettes face au temps qui fait main basse sur les territoires humains ?

Jean-Paul Gavard-Perret