gruyeresuisse

11/04/2017

Teresa Hubbard et Alexander Birchler : Flora Mayo et Giacometti

Suisse bon.jpgTeresa Hubbard et Alexander Birchler, "Women of Venice", Pavillon Suisse, Biennale de Venise du 13 mai au 26 novembre 2017.

Le duo Teresa Hubbard / Alexander Birchler recourt souvent au documentaire pour approfondir l’archéologie du cinéma et de l’art selon une démarche très particulière. A Venise ils présentent ‘Flora » définie comme « installation filmique » dans le but d’étayer l’histoire de Flora Mayo, une artiste américaine inconnue et maîtresse de Giacometti dans les années 20. Le couple reconstruit et réinvente la vie et l’œuvre de cette femme tout en tissant d’étranges liens avec le réel (interview d’un fils jusque là inconnu par exemple).

Suisse.jpgC’est une manière de saluer, avec l’ensemble du Pavillon Suisse, Alberto Giacometti qui refusa toujours en dépit des efforts des gouvernements helvétiques d’exposer dans le pavillon suisse de la Biennale de Venise. Même lorsque son frère Bruno construisit le nouveau pavillon, l’artiste déclina poliment toute offre. En 1956, il a cependant présenté «Femmes de Venise», un groupe de personnages en plâtre, dans le pavillon français. Le titre de l’exposition reprend le nom de celui qui obtint néanmoins en 1962 le grand prix de sculpture de la Biennale de Venise.

Suisse 4.jpgTeresa Hubbard et Alexander Birchler composent leurs filmages en suivant un long processus de préparation afin que la réalité apparente glisse vers un surréalisme très personnel. Entre intériorité et extériorité un jeu de cohérences défaites ouvre à des espaces abyssaux. Le couple trompe la vue de l’histoire des amants de Venise et de Paris - tout en s’appuyant sur elles et en déhiérarchisant le crucial et l'anecdotique en leurs composites. Le Y devient un X qui boîte. L’imprégnation culturelle en se multipliant crée un immense brassage. Preuve que la qualité nécessaire à l'accomplissement, surtout en art est bien cette faculté à tordre les invariants des images afin que, comme chez Giacometti, les organes du réel ne soient pas plus ceux auxquels on pense.

Jean-Paul Gavard-Perret

(sculpture : Flora Mayo par Giacometti)

10/04/2017

Visagéité de l’art : Jutta Benzenberg


Benzenberg.jpgJutta Benzenberg sait que dans ce qui se voit se retient toujours moins que ce qu’il y a à contempler. D’où la nécessité des prises de la photographe autrichienne Elle est déjà l’auteure de trois livres «Albanian Survival »; «Sombre Beauty » et « Ahead with the Past. ». Entre mai 2013 et Avril 2014 elle fut la photographe officielle du Premier Ministre de l’Albanie Edi Rama avant de redevenir photographe indépendante dans ce pays. Benzenberg 4.jpgA l’occasion des élections législatives de 2013 elle a accompagné le président redevenu candidat. Elle en a retiré moins un reportage sur une campagne électorale qu’une histoire d’un peuple lors des rassemblements de masse à travers des portraits impressionnants.

 

Benzenberg 2.jpgSi le documentaire existe il est plus psychologique que politique. L’intensité des visages reste exceptionnelle. S’y ressent l’espoir pour les uns, la déception pour d’autres. Des midinettes aux mains calleuses se laissent aller au rêve ou à l’illusion politique. La photographe se garde bien de trancher. Elle se contente de faire jaillir des visages divers types d’émotions extatiques ou non.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jutta Benzenberg, « 30 Tage », Fotohof, Salzbourg, Autriche du 28 avril au 2 juin 2017.

08/04/2017

Le minimalisme plastique de Laurence Skivée ou les extases nues

Skivée 3.jpgPour « Ball-trap » de Werner Lambersy Laurence Skivée a créé un jeu sidérant de contours. Chaque intervention propose un volume particulier de l'ordre de l'épure. Le dessin combat le vide sans pour autant que puissent se distinguer des objets mais juste quelques indices d'une certaine présence. Les formes surgissent et agissent dans l'obscur délesté de sa composante d’ombre : tout se désépaissit et s'allège en confrontation communicante avec les textes.

Skivée 2.jpgLa présence plastique se réduit à une fragrance de lignes ou de courbes. Elles donnent à voir ce qui échappe (objet ? substance ?) en monochromie de diverses couleurs. Reste l'interception de la lumière par ce corpus mystérieux et fin de présences énigmatiques. Laurence Skivée transforme les données « objectives » du réel. Tout se retrouve lointain et proche. Les contours ne sont plus des pièges : ils créent la débandade des horizons afin de montrer des confins, des possibles. L’artiste retient et libère en une suite de formes aussi simples qu’altières et poétiques. En un tel minimalisme graphique il n’existe plus de “ plans ” stables. Les formes se rétractent ou deviennent extensibles. Plutôt que « d'images » il s’agit de leur avant et de leur après, de leur avancée et leur recul.

Skivée.JPGCela peut s’appeler Eden et enclos. L’artiste y noue des entrelacs. La lumière efface toute ombre en embrassant l’espace afin de créer une poésie perceptive particulière. Chaque oeuvre « regarde » de façon implicite le texte de Lambersy et le développe hors de lui-même en rhizomes, suspens, échos visuels capables de fomenter l’étrange fascination d’une humilité d’apparence. Ce que le texte dit de la déperdition « des premières lumières », le dessin lui répond en des mouvements magnétisés par ce qui les dépasse. Le texte appelle une telle présence d’envols en fragment et en intermittence. L’art devient une méditation et une exaltation unissant un mouvement de dilatation à celui de la concentration. Il lie l’infime à l’immense loin de tout effet spectaculaire en une harmonie subtile. Reste à s’abîmer en une extase nue.

Jean-Paul Gavard-Perret

Werner Lambersy et Laurence Skivée, « Ball-Trap », Editions l’Âne qui butine, Mouscron, non paginé, 2017, 22 E..