gruyeresuisse

19/07/2016

Spencer Tunick face à Melania et Donald Trump

AAATunic2.jpgMelania Trump n’est pas la seule femme à avoir fait le buzz lors de la première journée de la convention républicaine de Cleveland (Ohio). Spencer Tunick a réuni 100 femmes nues qui portaient au-dessus de leur tête un miroir rond afin de refléter non seulement le paysage proche du rassemblent politique mais le savoir féminin en écho à la nature. Face aux institutions et par son acte l’artiste a voulu célébrer la nature sacrée de la femme et rappeler sa puissance. Il prouve qu’elles restent l’avenir du monde. Ce travail interactif est spécifique à toute la stratégie du créateur. Il a souvent proposé des installations/performances qui intègrent artistes et ceux qui ne le sont pas afin de créer un art aussi individuel que collectif.

AAATunic3.jpgLes Républicaines mais aussi les Démocrates et représentantes d’autres partis ont été invitées à cette glorification venant mettre à mal la rhétorique haineuse de Trump envers les femmes et les minorités. Plus de 1800 femmes se sont proposées pour être retenues en cette performance afin de réclamer des changements et sans tenir compte de l’endroit où une telle installation pouvait se tenir. Le lieu est d’ailleurs resté secret afin d’éviter les répressions et les interdictions et afin que l’art devienne un contre-pouvoir face à ce qui reste un sujet de controverse dans la course à la présidence : la nudité des femmes. Sujet tabou dans l’américaine puritaine (FaceBook) compris).

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Andreas Schneider : lieux et non-lieux


Schneider.pngAndreas Schneider, „Squeeze“, Galerie Gisèle Linder,  Bâle, 23 juillet – 28 aout 2016.

Andreas Schneider investit l’espace de la Galerie Gisèle Linder dont le lieu lui-même est l’exemple de la résistance que suggère l’exposition. Pris entre des bâtiments modernes la galerie les domine paradoxalement même s’ils veulent l’étouffer. L’emplacement est à la fois grandiose et du plus bel effet : l’artiste de Bâle s’y sent à l’aise. Ses grandes œuvres minimalistes s’emparent du lieu pour souligner l’étouffement et le resserrement qu’il subit. Le « Squeeze » le rend à la fois patent mais lui offre une issue.

La masse qui flotte au dessus de l’entrée et se prolonge dans la galerie suggère une main géante qui repousse ce qui entrave le lieu. Un support de bois illustre aussi une oppression de manière dérisoire mais sidérante tandis qu’un profil suggère l’état de la situation actuelle de la galerie. Elle semble soudain aspirée vers le haut. Enfin une reprise du château d’eau à Schönenbuch trouve une nouvelle forme superbe, effilée et gracile en double « haut-parleur » qui joue là encore du resserrement et de l’ouverture. L’oeuvre comme le lieu ne peut laisser indifférent : s’y trouve une impression étrange de communion avec le monde.

Jean-Paul Gavard-Perret

09:28 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

16/07/2016

Pope club : Petrov

 

Petrov.jpgLev Nikolaïevitch Petrov, « Dans le passage un pope », trad. du russe par Pauline J.A. Naoumenko-Martinez, Editions Louise Bottu, Mugron, 2016, 120 pages, 14 €

« Dans ce qu’on voit on voit toujours moins que ce qu’il y a à voir ». D’où la nécessité des mots. Non pour voir mieux mais autrement. Et c’est ce que propose ce roman russe sorte de « documentaire métaphysique » (4ème de couv.) mais qui ne néglige pas le réel. Pour autant celui-ci en prend un sacré coup dans l’aile : dans des passages obscurs il n’est pas jusqu’au Pope à devenir douteux : prélat, père ou employé municipal rien n’est sûr. Parmi les caucasiens râblés et autres tchétchènes tout est possible même l’improbable.

Petrov 2.jpgDe l’auteur on ne sait rien ou presque : à savoir qu’il a écrit ce livre exceptionnel où l’à-peu-près vient brouiller le réel sans du trop ou de superflu, pas question que l’anecdote alourdisse, que l’ornement amidonne. Le roman brise la glace (et il y sur place où convergent les impasses et sa foultitude d’êtres du troisième type), il avance par stances et fractures. Tout n’est que passages « entre le pope ou son avatar ». L’espoir est sans doute un leurre mais l’auteur ne s’en occupe pas car il a mieux à faire là ou l’humour beckettien fait de l’écrivain un romantique d’un nouveau genre, « une midinette aux mains calleuses » que seuls les mots font rêver. Ou presque. Peut-être là la découverte littéraire de l’année.

Jean-Paul Gavard-Perret