gruyeresuisse

21/11/2013

Feldermelder : Circus Major

 

feldermelder.jpgFeldermelder aime à jouer le coolie musical capable de coller des azalées bicolores dans les oreilles de ceux qui se contentent d’écouter la musique de manière discrète. Il crée des localisations musicales décalées dans divers processus de saisies et de recompositions. Il en présente des états aussi exaltés que simples qui propulsent le monde sous forme de pigments sonores cendrés qu’on nommera  « terra d’ombra ». L’artiste perche sa musique sur des corniches vertigineuse. Manière pour les aventureux de regarder sous les jupes des sons pour en découvrir des mystères. Parfois les sons semblent énigmatiques dans leurs équations algébriques aux parenthèses érudites, parfois l’artiste les crochète afin qu’elles fulgurent de manière incisive et planante.

 

 

Le Zurichois présente ses opérations autant dans les clubs helvétiques que dans le monde entier à travers raves et festivals.  Son univers ne cesse d’évoluer entre rythmes simples et complexes. Ses albums « Henriks Fishing Catapult », « The Echo Circus »  sont les exemples parfaits d’une musique aussi atmosphérique et déconstruite. Une telle richesse de spectre ne peut que séduire ceux qui aiment l’électro pour sa force innovante et suggestive. C’est là en effet que se passe la musique du temps. Feldermelder n’en est pas simplement un de ses trop nombreux  bidouilleurs mais un de ses rares créateurs.

 

 

 

ferdelmelder.pngLes spécialistes de la musique électronique savent déjà la place qu’occupe le Suisse avec son goût prononcé pour les racines carrées. Il en extrait une lave  aquatique et un suc vibratoire en des latitudes extrêmes. Afin d’y parvenir le « bad boy » (bien sous tous rapports) peut placer du mercure sur le rond des balanciers d’horloges pour les retarder lorsque c’est nécessaire. Mais il sait tout autant rétamer des bacs à rythmes, sculpter des cœurs de pierre pour proposer des sonorités comparables à des algues élastiques.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

De l’artiste : « The Echo Circus » (Spezialmaterial Records), « 2nd July » (Luana Records).

 

 

 

09:15 Publié dans Musique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

19/11/2013

Hommage à de Saussure : lit & rature

 

 

de_saussure.png« Poésie en  mouvement 4, version Saussure », Mercredi 20 novembre 2013 à 19h, Fonderie Kugler et Fak, Genève.

 

Alpiniste, grammairien de Saussure a transformé la linguistique et la « textuorologie » du XXème siècle à nos jours. Trop modeste pour jouer les gros bras intellectuels il n’a jamais cherché à épater ses pairs et encore moins les gogos. D’où le relatif incognito qui perdure à son sujet. On connaît presque plus l’alpiniste (qui a vaincu le Mont blanc) que le savant. Cent ans après sa mort l’espace Kugler le fête de la manière la plus judicieuse. Plutôt que proposer un colloque assommant ce sont des créatifs qui font l’éloge en actes du savant professeur dont  le « Cours de linguistique générale » reste l’ouvrage de base pour tous ceux qui s’intéresse à la science qu’il a inventé  - la sémiologie – et dont l’influence reste majeure dans les sciences humaines actuelles.

 

Le travail sur la matière sonore, le tracé, la graphie, le signe, le corps, le mouvement entrent en communion avec l’aventure saussurienne. Cette approche prouve que la pensée du genevois est aussi une esthétique multimédia. Elle se décline en performances, installations vidéo, interventions musicales, conférences express. Les paroles du « père » deviennent les lames de fond de telles  perspectives artistiques. Leurs créateurs font louvoyer  autour du fantôme du sage  une forme de volupté. Il y a là des caresses du regard sur la peau du temps afin de remonter l’histoire  du sens et du signe telle que de Saussure la conçue. 

 

Preuve que créer n’est pas seulement mettre de l'ordre : c’est s'abandonner à ce qui fut et reste l’arête vive d’un seuil. De Saussure en passeur y fit  mordre la poussière aux vocables qu’on plaçait jusque là dans un « caveaubulaire » (Prigent).  Le savant  l’ouvrit  afin de montrer ce qui dans la littérature est parfois lits & ratures. Il a saisi par ce biais un « invisible » du signe. Les artiste réunis dans l’espace Kugler en ouvrent le robinet de sens afin que du « monstre » en sorte encore. Preuve que l’imagination morte de de Saussure imagine encore. Les artistes qui l’honorent le prouvent et ne s’en privent pas.

Gérard Genoud aux couleurs de la vie

 

Genoud.jpgGérard Genoud, « Mémoires enchâssées – Récit et photographies, coll Re-PACIFIC ; Edition art&fiction, Lausanne, 104 p., 37 CHF.

 

 

Chacun - théoriquement - naît pour le bonheur. Mais y parvenir n’est pas chose aisée. L’existence reçue  ressemble parfois à une baraque  foraine de bois construit sur un glacier et soumis au risque de bien des avalanches. Dès lors l’enfant qui rêve confusément de cartes du tendre doit  battre celles que le hasard lui a crachées. Il tente de faire avec même si en Arlequin infortuné il quitte la fête avant qu’elle ait commencé. Ce qui le conduit parfois chez Gérard Genoud. Ecrivain, artiste, le fondateur du groupe Hapax est aussi psychothérapeute à Lausanne : il doit tant bien que mal réparer le désordre noir du masque et du mal de l’enfant. Cependant l’échange est bijectif comme le prouve les  « Mémoires enchâssées ». Dans ce livre celle de l’auteur est mâtinée à celle du jeune patient. Et lorsqu’au fil du texte il en vient à évoquer l’animal ce n’est en rien pour effacer le genre humain. Au contraire il s’approche au plus près  de la faculté d’être et ce qui la fracasse. L’auteur ne se veut ni singe savant, ni sage qui joue les re-pères. Il n’est en rien un bouffon littéraire. Des précipités de « foirades » de ce qui fut torché en vrac dans la vie de l’enfant il tente de retrouver des images premières. Elles unissent le soignant et son « malade ».  Par cet enchâssement de deux mémoires ce qui pèse sur le corps et la vie tente de devenir assimilable. Rien n’est aisé. Pour le « grand » comme pour le « petit ». Du récit comme des photographies du premier alternent des zones d’ombres et de lumière. Elles remontent des abîmes de l’enfant comme des souvenirs de celui qui le fut. La vie s’y sent parfois mourir d’une douleur quasi commune. Mais subsiste toujours un peu de sang. Du sang vermillon Même si parfois il se transforme en  flot noir à briser les poitrines. Pour autant loin du pathos un diagnostic ^non seulement vital mis existentiel est engagé. Face à la mort qui est donné, demeure la  vie à conquérir. D’où le pari du livre où deux histoires tentent à s’unir comme les images et les mots. Gérard Genoud ne prétend en rien recoller tous les espoirs du monde. Sa tache est plus humble et plus grande : relever celui qui tombe et lui trouver la maison de son être. Celle  qui le préserverait des orages et des dommages subis dans la cahute première. Âne il fut (du moins considéré comme tel), aigle il serait. Ou tout au moins joyeux drille qu’on verrait enfin courir en espadrille.

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret