gruyeresuisse gruyere

16/08/2022

Monique Jacot : penser les femmes dans le paysage

Jacot 2.jpgAfin de photographier un paysage Monique Jacot a besoin de temps et, tout en témoignant du réel, de lui ajouter ce que l'imaginaire invente. Bref elle Habite les lieux et se refuse de ne faire que d'y passer. En chaque "monde" il s'agit pour elle de renaître.

Jacot.jpgElle a besoin de temps approcher les gens et comprendre un pays pour apprivoiser, deviner, ressentir, partager ce qu'elle saisit. Ses reportages les plus connus, Femmes de la terre (1989), Printemps de femmes (1994) ou Cadences-L’usine au féminin (1999), témoignent de sa capacité  une proximité et une empathie avec pour devise : "une photographie est une provocation de l’extérieur à laquelle il faut répondre."
 
Jacit bon.jpgSa rigueur acquise avec Gertrude Fehr,  lui permet de lier la forme au sens là où la photographie suggère plus qu’elle ne montre. Par effet de surface palpitent les forces souterraines de la nature ou de la société humaine  avec une volonté de magnifier le féminin parfois dans la musique visuelle laiteuse d'un ciel qui ploie.
 
 
Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.