gruyeresuisse gruyere

13/08/2022

Philippe Pache : hantise du lieu

Pache 2.jpgPhilippe Pache, "La Fin du Calvaire", Galerie Strates association , Lausanne . du 19 août au 18 septembre 2022.
 
"La fin du calvaire" peut représenter parfois son contraire. C'est le cas pour Philippe Pache qui doit quitter après tant d'années son vaste atelier de la rue du Calvaire qu'il occupait depuis 1992 et où s'accumulaient au fil des ans ses photos, leur force de hantise et de conviction, provocatrice injonction d'une vérité sans vérité.
 
Dans cette disparition, cette dissémination, l'exposition devient un hommage au lieu dont il s'agit de préserver des formes face à l'orgueil du néant. Si bien que cette "fête" reste  un paradoxal chant du cygne de la création où l'artiste a bâti les traces de ses foudres qu'il ne conviendra pas pour autant d'arrêter. Des images dorment déjà ailleurs.
 
Pache 3.jpgExit toute morne incuriosité pour explorer encore toutes les possibilités du pouvoir du lieu. Avant d'éliminer les derniers arrière-plans, le photographe s'y concentre pour se relier à ce qui fut.  Il nous fait rentrer dans son univers en faisant sa part au silence qui n'est pas l'équivalent d'un saut dans le vide mais la trace d'un chemin pour une renaissance. La poétique de l'Imaginaire va donc prendre de la sorte un tournant. Mais avant, l'exposition retrace au plus près, au plus juste et avec une "sonorité" particulière ce qui, là, s'est tramé.
 
Jean-Paul Gavard-Perret.

Les commentaires sont fermés.