gruyeresuisse

01/08/2022

Christophe Esnault le "délirant"

Esnault.jpgLes quarante combinaisons délirantes donc drôles mais tout autant lucides voire désespérées créent un univers onirique qui renvoie au fameux couteau sans lame dont il manque un manche. D'où  le plaisir que procure cette destruction de l’aliénation au réel.
 
Une dissidence se tend à l'extrême en de tels poèmes clownesques de chacun une dizaine de lignes fait pour casser le sens admis. Une oie sauvage repentie passe son permis de chasse, un vaillant se bat contre dix mille compétiteurs sur un carré d’invisibilité.
 
Certes rien ici n'est jamais définitif car ce serait clore le sens. Esnault à mieux à faire et dans le genre surréaliste c'est parfait.  Une sybille prodigue ses caresses à l’idiot du village rescapé de la chaux vive et nul ne peut lui en vouloir - bien au contraire... Le monde se métamorphose en divers accents aigus et décalés en éclaboussures nonsensiques. Mais pour mieux survivre.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
 
Christophe Esnault, "Vivre, 1 - 40', Éditions des Rues et des Bois, 2022, 40 pages, 14 €..

Commentaires

admin

Écrit par : admin | 04/08/2022

admin

Écrit par : admin | 04/08/2022

Les commentaires sont fermés.