gruyeresuisse

20/06/2022

Poux dingues

Bettina Gorn Bon.jpgA Buffle à l'eau et tas unis des rats porcs velus ptueux font que des seins dits cas tant dûs mai dites. Ah ma zone, des missions sang suivent en chauds mage haut sale air ou en raie eue sites. L'indu ment sans ces i, s'en à parent sous six.
 
Toute chose mentale a son arrière-pays disait  la désirable. "Je me suis perdu dans ses ténèbres" ajouta-t-elle. Et pour ma part même si je ne fus jamais bien avancé pour mon âge, mon écriture cherche encore à dialoguer avec une telle femme. Je l’éprouve encore dans son là-bas. Dans son noir. "Il n’est pas du côté de l’insaisissable" disait-elle en ajoutant encore la femme : "il est du côté de ton manche et de ma tombe Issoire".  Et de voir encore son ombre se dessiner, surgir, s’avancer, reculer, se perdre. Mais ta tempérante reprend  : "Est-ce bien une ombre ? N’est-ce pas plutôt ton double ? Tu n’es rien tant que ton sexe n'a pas pénétré le mien. Je le remplis d’ombre tandis que tu m'oins de ton suc". Ma langue entraîne alors vers la page la présence essentielle. Comme si, vide et blanche, la surface entrouvrait la porte du retour vers le paradis perdu de l’unité. Ecrire  les métamorphoses d'une telle nymphe revient ainsi à s’arracher à l'erreur mystique. Ce  qui habite l'être n'a rien à voir avec dieu. Sauf à penser que ce nuisible possède une spiritualité vagissante ou qu'il soit moins Narcisse mélancolique qu'une mante religieuse hantée par la maladie de l’idéalité.  Il est facile alors de comprendre que dans nos marais ou  nos étendues continentales, nous sommes en territoire,  conquis  - et non en territoire conquis. Si bien qu'archiptères, thysanoures peuplent l’antre où nous habitons. Ils sont nos hôtes innombrables et accouchent notre chimère.   A chacun donc ses nuisibles, leur thorax et leur abdomen. L'âme humaine est soluble dans leurs larves. Epoux ou non, tout naît dans la fièvre de nos poux.  Sachons que nos raies alitées font nos succès damnés. Nous en somme affectés.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Photo de Bettina Gorn

Écrire un commentaire