gruyeresuisse

19/06/2022

Martine Warner les "épiques-dermiques"

Warner bon 3.jpgIl existe chez Martine Warner un art quasi instinctif de la pose,  de la lumière et de l'angle de prise de vue. Le choix du cadrage allusif crée une sensualité plus qu'un érotisme. Et les femmes photographiées par une autre ne sont plus du tout  chosifiées. Elles deviennent "épiques-dermiques" et ne perdent pas leur quant à soi quels que soient leurs penchants.
 
Pour elles toutefois le péché de la chair n’est qu’une pieuse fadaise. Elles en font leurs quatre-heures, leurs cinq à sept, leurs vêpres et se donnent du plaisir sans pour autant que l'artiste sous des voiles ajourés aux alchimies piquantes soumette leurs cartes du tendre. Warner.jpgDes processions s’ensuivent dans les vallées de l’onirisme ou du fantasme.
 
Au besoin Martine Warner s’amuse avec toutes sortes de fétiches qui rendent les voyeurs, maigres comme des clous, marteaux. Mais chez l’artiste  le corps féminin est fièrement dressé et libre là où tout reste dentelé, élastique. Et ce, dans la bonne humeur et le sourire. Les âmes - quand elles sont visibles - se crachent comme un noyau de cerise.
 
Jean-Paul Gavard-Perret

12:07 Publié dans Femmes, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.