gruyeresuisse

05/06/2022

Âme eau

Martine Warner.jpgNous ne sommes pas venus que pour voir la mère, ni pour ne voir personne. Et si on ne se tape pas des fruits de mer les filles et leurs mères nous interpellent. A de telles gentes personnes le sable avenant pour leur séant. Quant à leurs seins dorés si l'on prête l'oreille, ils font résonner sous le ciel bleu, les maillots de Nylon et de petits bidons un cliquetis de boules et un tintouin de couilles. Et avis aux mateurs. Belles rondeurs s'étalent même du côté des mères cabrées dans leur gaine. Et quand un maquereau à groseilles, moustache, poils au torse et visière vient caler ses fesses près d'elles s'élèvent bien des "oh" et des "ah". Des visages rosissent moins de honte que de désir car si l'âge recuit il n'empêche pas certaines outrances le 15 aout ou le 14 juillet. L'envie persiste et certains monokinis s'en trouvent tout mouillés. Certaines Pénélopes ne s'y confinent pas. Elles acceptent des propositions interlopes sans qu'elles soient prises le moins du monde pour de fieffées salopes. Il n'est pas rare alors de voir des couples improbables quitter presque nus la plage afin de quitter ce qui reste sur eux de textile et de ceinture de chasteté dans la chambre d'un hôtel afin de pratiquer une poésie horizontale même chez celles qui faisaient assaut jusque-là de rudesse et chez ceux qui jouaient les narquois ou les narcisses ascète. Vont donc les cinq à sept lorsque le climat s'y prête. Qu'importe si chez l'un ou chez l'autre il y a un peu de graisse - cela peut être coquet. Y déposer son âme et le reste se tente à force de caresses. Sur la porte de la chambre une simple note : "nous n'y sommes pour personne". Derrière, reins éreintants ruissellent.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Photo Martine Warner
 

Commentaires

Merci pour ce joliment dit.
Martine

Écrit par : Martine Warner | 05/06/2022

Merci pour ce joliment dit.
Martine

Écrit par : Martine Warner | 05/06/2022

Les commentaires sont fermés.