gruyeresuisse

30/05/2022

Gérard Titus-Carmel et "l'inscrutable beauté de l'absence"

Titus.jpg"Filtrée par l'imposte" - en rien imposteur - surgit l'histoire (plus que la fiction quoique Titus-Carmel suggère ça et là)  du corps et celle de langage sont remis à plat par effet de double face. Preuve - au passage - que l'un est toujours multiple comme le sens est un feuilletage sauf à tomber dans des approximations dérisoires
 
Le poète évite toute simplification sans pour autant rendre la langue absconse. La clarté  est omniprésente pour illustrer notre panorama  à la fois familier mais mystérieux là où nos "tigres" nous agacent.
 
Titus-carmel1.jpgD'un tel langage en miroir et écho il faut retenir l'hallucination calme. Par plans alternatifs et  successifs se découvre une forme de perfection d'une double emprise qui renvoie aussi au jeu de dehors et de dedans où s'instaure une forme de béance propre à suggérer lorsque qu'elle s'impose "l'inscrutable beauté de l'absence".
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Gérard Titus-Carmen, "Travers du temps", Editions Tarabuste, Saint-Benoît-du-Sault, mai 2022, 148 p., 16 E..
 

Les commentaires sont fermés.