gruyeresuisse

06/05/2022

Du moule à l'oeuvre : Jean-François Dubreuil et Max Charvolen,

Dubreuil 2.jpgJean-François Dubreuil et Max Charvolen, "Double Jeu", Galerie St-Hilaire, Fribourg, du 14 maio au 11 juin 2022.
 
Les oeuvres de Jean-François Dubreuil et de Max Charvolen présentent des différences évidentes mais existent néanmoins des correspondances possibles autant dans les démarches et questionnements. 
 
Pour Dubreuil, il y a toujours un journal  de la presse écrite comme prélude à l'oeuvre. Le créateur transcrit sur la toile cet objet en des surfaces de couleurs vives, faisant disparaître son contenu, papier, caractères, photos, publicité etc.. Maquette, places dévolues aux espaces rédactionnels, nombre de pages, tous ces éléments constitutifs sont strictement respectés. Surgit un glissement vers une représentation non-figurative et picturale, par cet écart entre l'objet d'origine et l'œuvre achevée
 
Dubreuil 3.jpgLa disparition des éléments réels, sont également des notions présentes dans la démarche de Charvolen. Le support initial est le bâti, un objet architectural modélisant qu'il utilise comme "matrice". L'artiste décolle ce moulage, source d'un geste pictural. Il crée ensuite la mise à plat qui s'opère par un découpage.
 
Chez les deux artistes la couleur est considérée comme code pour différencier les espaces et non pas à des fins symboliques ou optiques. Il s'agit de divers types de signalétique. Reste dans ces deux oeuvres tout un jeu entre l'aboutissement final et la source où il trouve sa génération.
 
Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.