gruyeresuisse

15/01/2022

V. W.

Lavy.jpgPour Virginia Woolf les mots sont  comme des extensions de cheveux :  pour magnifier la chevelure. Et ce à l'identique pour "La Recherche". On regarde les manuscrits de Proust, on imagine Céleste collant ces petits morceaux de papier à la demande de Marcel. Sept volumes écrits dans une chambre à soi :  un temps/un lieu indispensables pour créer. Peu de femmes se l'autorisent malgré des appartements plus grands de province. Prioriser le quotidien, la famille reste le crédo féminin. Mais Virginia savait depuis toujours que le plus important était d'écrire. Et plus qu'une trace. Pour trouver, organiser sa pensée. Faire bouger quelques lignes pour le pas au-delà. Mais pas celui qui a fini par arriver. Organiser aussi son espace pour pouvoir mettre à mal les idées reçues. Virginia - époustouflée par ce qui sort d'elle, de ses entrailles, à savoir un temps déverrouillé - l'a compris et magnifiquement écrit. Alors - diront certains - pas nécessaire de se remplir les poches pour disparaître sous les flots...  Mais finalement se noyer  pour mieux écrire. L'eau (de là)  n'est-elle pas une forme d'exutoire ? Il n'est pas nécessaire d'avoir un lieu. On peut trouver une rivière. Qui la connait ? Qui le fait ? Woolf n'a pourtant pas prémédité la sortie de sa vie faite de rêves, de dialogues avec ses disparus. Pas de frontières entre son écriture et ses morts en mêlant littérature et politique. Son mari  l'avait d'abord vu de dos puis osa une déclaration d'amour/amitié pour celle qu'il n'a jamais quitté - mais moins au sens propre qu'au figuré. L'homme qui marche et la femme debout puis celle qui chavire - reprise par la tentation du vide, du déséquilibre. Il y a toujours eu de telles femmes puissantes. Milena (voix tchèque de Kafka), Bella, (muse de Chagall), Unica Zürn (celle de Bellmer), Laure (de Bataille), Virginia. Fin tragique pour beaucoup d'entre elles marquées à jamais par des hommes tourmentés, qui eux, souvent n'ont pas eu le courage de tourner le dos à ce qui était. A l'exception d'un seul.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Dessin de Cendres Lavy
 

Les commentaires sont fermés.