gruyeresuisse

07/12/2021

Till Rabus et nos doubles imparfaits

Rabus 3.jpgTill Rabus, - "Monographie", texte de Numa Hambursin et de Lucie Rico, Editions du Griffon, Neuchâtel, Décembre 2021, 184 p., 60 CHF
 
Till  Rabus reste l'espiègle fournisseur du merveilleux.  Demeurent dans ses oeuvres sans aucune formalité mais selon un formalisme surréaliste des histoires troubles où la forme est déjà dans le fond et le fond dans la forme. L'artiste poursuit un travail de fond de l'imaginaire. Tout fragment permet de recommencer ce qui vient de finir. Le corps éclaté fait la belle à la peur, et de la belle une peur.  De ses "morceaux" se créent des démesures d'énigmes.
 
Rabus.pngLa femme elle-même semble rétive aux serments menteurs et aux promesses jamais tenues. Elle est prête à tout. Till Rabus idem. Mâtinées d'absurde et de malice, ses oeuvres sont hyper-référencées voire savantes. Se mélangent aux saluts envers les maîtres anciens et modernes des toiles  labyrinthiques en des jeux de miroir inversés avec  des coups d'oeil sur les intersections de  l'art contemporain par diverses manipulations.
 
Rabus 4.jpgExistent une mélancolie mais aussi un humour exacerbé qui imprègnent les scènes les plus anecdotiques et les éléments du réel. Un insecte se pose sur un bouquet en plastique, les raviolis s'étalent sur le sol dans une lumière caravagesque, des êtres improbables s'avachissent ou se dressent et marchent sur des oeufs pour casser les évidences et lever bien des hypothèses sur nos croyances. Demeure toujours le point de démarcation entre espace vision et de réalité mais aussi de renaissance, entre un état de vie et un état forcément fantomatique dans ce que les corps (ou ce qui les remplace) portent de mystère.
 

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.