gruyeresuisse

02/12/2021

Anne Marie Vurpas : les révoltes d'un Huguenot genevois

Vulpus.jpgEn dix ans et à cheval sur le XVIème et XVIIème siècles ont été publiés de manière anonymes 8 monologues satiriques rédigés en franco-provençal pour se moquer du Duc de Savoie Charles Emmanuel le Grand. Ils ont sans doute été diffusés à Lyon et composé possiblement par un huguenot genevois : Louis Garon venu à Lyon pour échapper aux persécutions religieuses de l'époque.
 
 
 
 
Vulpus 3.jpgCes textes  sont génialement drolatiques et les Genevois ne sont loin d'être épargnés tant ils semblent chatouillés par les diables. Ce qui ravit l'auteur. Il souligne tout autant la mauvaise foi des monarques ou assimilés qu'il n'hésite pas à déclarer "immondes". D'où l'appel aux Savoyards à se soulever en rappelant ce que leur Duc agença. Cette plongée dans le temps ne possède pas qu'un intérêt historique. C'est une leçon de verve poétique dans une langue dont la région de Chambéry devient le centre. 
 
Vulpus bon.jpegL'auteur se dit ni d'un côté, ni de l'autre : voire...  Car les actions du Prince vont de travers en Savoie, en Dauphiné comme en Provence. Il y a là un appel constant à l'irrévérence dans un texte qui bouillant de rage ne manque jamais de sel ironique dans un foisonnement de formes avant que Vaugelas vienne y mettre le holà. Ici tout avance balance avec force et irrévérence. C'est une manière de se ressourcer à une langue presque première.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 

Anne-Marie Vulpus, "Moqueries savoyardes (1594 - 1604)", coll. Régionales, EMCC, Lyon, 192 p., 2021, 10 E..

Les commentaires sont fermés.