gruyeresuisse

30/11/2021

Marcel Miracle l'anti-glycémique

Miracle 2.jpgMarcel Miracle demeure l'observateur acidulé et ironique des prétendus bouleversements qui parcourent l'existence. Il reste le seul maître des irrévérences subtiles. D'où la plus grande révérence à  accorder à ses mises en pièce. Ses "zoar" dans leurs apparentes petitesses deviennent des réserves stratégiques sans sirop  d'érable si bien que tout fluctue.
 
Miracle.jpgSe poursuivent dans cette exposition ses fables plastiques et ce, après bien des rencontres d'un troisième type et d'écrivains qui aux récits familiaux gnangnans préfère les parcours initiatiques en Suisse, France et Afrique.  Des grands principes théoriques (même de Bruno Latour)  qui prétendent expliquer, sauver, protéger voir racheter l'humanité,  il souligne l'idiotie par des grands petits dessins asymptomatiques.
 
Miracle 3.jpgMarcel Miracle ne prétend pas pour autant qu'il n'y a plus d'horizon.  Et sa Dauphine (mais pas seulement) vient à bout de la raison, de ses tabous et des routes en déroute.  Qu'importe si enfant il faisait pleurer sa mère tant il était galopin. Pour lui le monde s’apparente à un parc d’attractions sans manèges, mais rempli de bibelots avec chien en porcelaine, coucou suisse, cactus dans des petits pots en faïence bleue. Et plutôt que de s’ennuyer en feuilletant du Saint François de Salle, Miracle a suivi d'autres lectures et des lieux plus philosophaux. C'est ce qui donne à ses dessins l'aspect de diverses opérations (entendons ouvertures) là où le regardeur n'est pas endormi avec du chloroforme. Bien au contraire : chaque oeuvre et dans son genre une petite émeute aussi postmodernes que primitives.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 

Marcel Miracle, "Exposition ZOAR", Galerie Magnin, Paris, du 9 déc 2021 au 1er Mars 2022.

Les commentaires sont fermés.