gruyeresuisse

08/11/2021

Rim Battal : s'attendre à tout

Rim Battal.jpgPoète et artiste, Rim Battal offre un nouveau modèle de femme, d’amour et de corps politique à travers les mots, la performance et les arts visuels. Elle s’intéresse autant à l’aspect rétinien de l’image qu'à à la manière de la regarder pour la dire. Si bien qu’écrire devient le moyen de voir les femmes et participer à la naissance de formes pour créer des mutations  visibles et imaginées aussi importantes que les situations initiales que le réel impose.
 
Alcove.jpegDans "Alcôves" dont elle est la "maîtresse" et qui le premier recueil collectif du Bordel de la poésie comme en sa lettre aux jeunes poétesses Rim Battal trouve sa place et leur indique la leur. En cette maison close  elle devient à la fois Bataille et sa Madame Edwarda mais en inversant sexes et rôles pour déployer une poésie performative et vivante, hors du commun, immersive et intimiste et corporelle. La dynamique décisive de l’écriture s’inscrit entre la figuration reconnaissable et définissable et sa dissolution par les mots.  Dès lors nous n’évoluons plus dans l’univers de la certitude, mais dans le domaine du possible entre le presque rien et le tout au sein d’une nouvelle approche d’une poésie qui  devient mouvante.
 
Battal.jpgFemme-souche Rim Battal avance "Invisible fusil à l’épaule  /  À pas de loup, à pas de chat,  / À pas de char d’assaut". Le tout au nom de l'amour entrevu, espéré puis embrassé au grand jour dans une égalité d'échange. Bref elle choisit tout. La voilà toujours proche à réintégrer sa force. Elle fait Dieu à face et âme féminines. Ses textes rampent en pensées sarcelles lors de ballets que ses images chorégraphient non sans humour. Exit le temps des dites catins et pucelles :  le temps est venu d'ouvrir la persienne d'une geôle secrète que les mâles ont si longtemps fomenté. Au besoin l'artiste et poétesse renonce aux paraboles quand le sang des louves devient vin de la fête de la seule sagesse : celle où les corps s'enracinent dans les méandres de leurs gestes. Chacune s'invite à la noce. Des spasme roulent en des cercles où une partie de soi se débranche. Qu'importent les heures et les fausse  bonnes raisonnables raisons.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Rim Battal, "Alcôves", "Lettres aux jeunes poétesses", Editions de l'Arche 2021, et "Le désir en nous comme défi au monde",  éd. Le Castor astral, 2021. 

Les commentaires sont fermés.