gruyeresuisse

26/10/2021

Erik Bulatov : reconstructions

Bula.jpgErik Bulatov, Skopia, Genève, du 9 novembre au 23 décembre 2021

 
Formé dans les écoles d’art moscovites de la période soviétique, Bulatov s’est tenu éloigné de l’activité artistique officielle et du réalisme socialiste. Son langage pictural trouve néanmoins ses influences dans l’histoire de l’art russe, mais dans celle des avant-gardes du début du XXe siècle, notamment le constructivisme, ainsi que dans la tradition paysagère du XIXe siècle.
 
Bula 3.jpgBulatov  crée une synthèse dans laquelle l’impact visuel par des effets de tension qui structurent la composition des toiles et parfois leur arrière-plan (ciel, paysage ou fond abstrait). Avec des compositions marquées par des diagonales fortes, Bulatov crée des effets de profondeur dans ses tableaux, renvoyant à égal distance l’idéal autoréflexif du modernisme occidental et l’idéologie de l’art de propagande communiste auquel il emprunte certains de ses effets typographiques.
 
Bula 2.jpgPar de telles œuvres ironiques et reconstructivistes l’énigme reste toujours présent. Ce travail est riche d’une force motrice entre réel et irréel qui repose toutes les questions de la représentation. Il est aussi virtuose et s’ouvre à la liberté tout en préservant astucieusement un souci ornemental de manière ludique et sérieuse presque ésotérique capable de faire de chaque pièce une cosa mentale. Elle quitte la lourdeur pour l’éther qui n’a plus rien de vague afin de faire partager le « vrai amour » : celui de l’art.
 

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.