gruyeresuisse

25/10/2021

Julien Spiewak amoureux de Balzac

Spie 3.jpgJulien Spiewak, "Le Chef-d’œuvre inconnu", Espace L, Genève, du 6 novembre au 10 décembre 2021. Editions d'un livre au même titre Éditions espace L.
 
Après sa lecture du "Chef-d’œuvre inconnu" d’Honoré de Balzac, Julien Spiewak est comme abasourdi et sonné.  Tout parle au photographe dans ce conte fantastique : la fiction elle-même mais aussi les mots qui la créent. Ils semblent écrits pour lui et font corps avec sa série de photographies "Corps de style".
 
Spie 2.jpgL'exposition "Le Chef-d’œuvre inconnu", présente ce que Julien Spiewak a réalisé à la Maison de Balzac : recherches, études et photographies prises avec le mobilier de l'auteur. Se retrouve un aperçu de son parcours à travers ses images réalisées ces 15 dernières années dans divers musées européens. Tout est précis, à un détail près : l’artiste introduit des fragments de corps nus dans ses décors, en redonnant vie à ces lieux.
 
Spie.jpgC'est sans doute une sorte d'hommage à Balzac. Non seulement l'écrivain mais l'homme : celui qui rencontra pour la première fois sa future femme Ewelina Hańska en Suisse sur les bords du lac de Neuchâtel après une relation épistolaire. Ewelina est alors encore mariée au comte polonais Wacław Hański. Puis Balzac et Ewelina séjournent de mi-décembre 1833 à la fin janvier 1834 pour la première fois ensemble à Genève.  Les amants peuvent enfin se voir longuement. Et Julien Spiewak rappelant des baisers sur le bord du Léman, introduit ainsi l'amour - autre chef d'oeuvre qui reste (encore et toujours) inconnu.
 
Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.